Vue aérienne du quartier Kœnig en cours de travaux (réalisation du parking sud, traitement au ciment de la fondation), à Bretteville-sur-Odon, dans la périphérie de Caen (Calvados).

En 2010, le 18e régiment de transmission quitte le quartier Kœnig. C’est la fin d’une époque. Ce complexe militaire, situé à Bretteville-sur-Odon, dans la périphérie de Caen (Calvados), a vu le jour en 1936, avant d’être occupé par différentes unités jusqu’en 2010 (voir encadré). Son appellation – le quartier Kœnig – lui vient du maréchal de France Pierre Kœnig (1898-1970), né à Caen et héros de la France libre à Bir Hakeim (1942).

Huit ans plus tard, le quartier a commencé à reprendre vie. Une métamorphose élégamment soulignée par le béton décoratif.

Produit dans l’unité Cemex de Giberville, le béton décoratif mis en œuvre sur les cheminements du nouveau quartier Kœnig est un béton C25/30 XF2 fibré (formule Nuantis Minéral de Cemex, ciment Calcia).

 Zone d’activité économique 

Cette friche militaire disposait de trois beaux atouts : un vaste espace foncier de 52 ha, une surface déjà construite commercialisable et une localisation stratégique, à proximité immédiate de l’aéroport de Caen-Carpiquet, du périphérique et de l’autoroute A84 Caen-Rennes.

En 2011, la communauté d’agglomération de Caen-la-Mer en devient propriétaire pour un euro symbolique. Le site, encombré de munitions (plus de 1 400 engins explosifs de toutes sortes y ont été recensés), est dépollué et déminé. Objectif : transformer le quartier en zone d’activité économique et y créer des emplois (un millier à terme). « Nous allons utiliser la réserve de foncier pour répondre aux demandes des entreprises qui vont crescendo depuis ces deux dernières années », expliquait alors Joël Bruneau, président de Caen-la-Mer. L’ancien complexe comptait 57 bâtiments. Seuls vingt ont été conservés et proposés à des investisseurs privés (30 000 m²), tandis que des constructions neuves ont été lancées. L’agence d’Eurovia sise à Blainville réalise les travaux de requalification complète. Reprise des 15 000 m2 de voirie, 8 km d’assainissement des eaux usées et eaux pluviales et l’ensemble des réseaux sur 5 km (éclairage public, télécommunications, eaux potables, y compris la fibre optique), incluant l’aménagement de deux parkings (l’un de 250 places et l’autre de 650, soit 900 places au total, réalisés uniquement en enrobé) et d’une piste cyclable de 2 km en béton désactivé. En 2017, les implantations vont se multiplier (voir encadré). Et qui dit « implantations » dit « cheminements ».

le béton désactivé des cheminements intégre un mélange de granulats locaux Roche Blain (gris noir) et Barenton (gris blanc).

Cheminements : 12 000 m2 de voies piétonnes en béton

Pour les cheminements piétons justement, le béton décoratif (du désactivé) est préféré aux enrobés traditionnels. Granulats : « Granulats Roche Blain gris et Barenton beige, précise Karl Monnier, conducteur de travaux chez Eurovia. Ce sont des produits issus de gisements locaux. La carrière de Roche Blain est située près de Caen et celle de Barenton, dans le nord de la Mayenne. » Épaisseur : 12 cm. Superficie totale : 12 000 m².

Eurovia entame la réalisation des nouvelles constructions – aujourd’hui, en voie d’achèvement – au cours du premier trimestre 2017, avec du béton fourni par Cemex, à base de ciment Calcia. L’ancien casernement peut achever sa mue par une touche minérale, esthétiquement qualitative et qui présente une durabilité très appréciable.

Le long de route, la voie de circulation douce (piste cyclable) de 2 km en béton désactivé.

« Les contraintes d’accès au chantier ont conduit à l’adoption d’une double solution logistique : la moitié du béton utilisé a été pompée, nécessitant une formule adaptée pour obtenir la même qualité que le béton livré sur le chantier en camion malaxeur. Au rythme de deux coulages hebdomadaires, soit 120 à 160 m3 chaque semaine, notre unité de production de Giberville a parfaitement répondu aux exigences du chantier, explique Nicolas Lamy, technico-commercial Cemex à Caen. D’emblée, les granulats locaux de Roche Blain (gris noir) 4/10 et de Barenton (gris blanc) 4/10 ont été privilégiés pour obtenir l’effet et la résistance désirés, le trottoir devant opérer une rupture esthétique avec l’enrobé de la voirie. Nous avons donc préalablement réalisé quatre échantillons de béton décoratif sous forme de planches d’essai de 4 m2 chacune. La formule Nuantis Minéral au mélange de granulats personnalisé (CXB C25/30 XF2 G1 S3 fibré et pompable) a finalement séduit par sa forme et convaincu par ses qualités de résistance. Sur les dix hectares de voiries du quartier Kœnig, le béton sélectionné répond à des critères à la fois esthétiques et durables pour l’ensemble des cheminements piétons. » 

Bilan : le quartier Kœnig peut aujourd’hui s'enorgueillir de l’élégance de ses voies piétonnes, qui ont nécessité le coulage de 1 400 m3 de béton désactivé.

La voie cyclable étant partagée avec des piétons,  des dalles podotactiles ont été installées pour guider  les personnes à mobilité réduite. Les bordures de trottoirs  en béton extrudé (profil CS1) permettent l’écoulement des eaux pluviales dans les noues végétalisées (et ici bâchées).

12 km de béton coulés en place 

Dans le même temps, 12 kilomètres linéaires de bordures de trottoirs en béton extrudé (profil CS1) sont coulés sur place à la machine « à coffrages glissants ») (Gomaco GT 3600 à 3 chenilles, d’un poids de 15 tonnes) avec guidage au fil. Un fil tendu sert à reproduire l’altimétrie et le profil tout au long de l’ouvrage. La machine le suit automatiquement avec une précision de plus ou moins 2 cm. Rendement : « 400 ml par jour », précise Karl Monnier, le conducteur de travaux d’Eurovia.

Étant donné les sollicitations particulières auxquelles ces bordures sont soumises (choc des véhicules, agents atmosphériques comme le vent, la chaleur ou le gel), elles ont été réalisées avec un béton de classe C25/30. Celui-ci possédait en outre une consistance adaptée au démoulage immédiat (S1, norme NF EN 206/CN). Ce béton était constitué de gravillons, de sable, de ciment, d’eau, d’un plastifiant et d’un adjuvant entraîneur d’air.   

Vue sur les parkings avec, en arrière-plan, les derniers locaux occupés par l’armée de l’air. Au premier plan : le cheminement piéton en béton désactivé qui dessert l’ensemble du complexe. Il débute au niveau de l’arrêt de bus, situé à droite.

Qualité d’aménagement et création d’emplois 

Attractivité, qualité d’aménagement et création d’emplois font bon ménage au quartier Kœnig. L’entreprise de gestion du réseau électrique français Enedis a été la première à s’implanter dans le nouveau site du quartier Kœnig, fin 2017, avec 250 salariés, la construction de 4 000 m² de bureaux et de 3 500 m² de locaux techniques. Un restaurant a également ouvert ses portes. Des professions libérales devraient suivre (cabinets de kinésithérapie et d’expertise comptable) ainsi que des entreprises industrielles (chaudronnerie plastique), de services (entretien d’espaces verts ou de bâtiments), de développement de logiciels, de vidéo et même une crèche. Autant de nouveaux résidents professionnels – il n’est pas prévu de construire des logements dans la zone d’activité – qui apprécieront les circulations douces offertes par les cheminements en béton décoratif. Un millier d’emplois devrait ainsi être créé. Par ailleurs, un échangeur permettant de raccorder le site au périphérique devrait être livré fin 2020.

Un passé militaire 

En soixante-dix ans, le quartier Kœnig a vu se succéder de multiples occupants militaires, avant d’être rendu à la vie civile. Dès sa naissance, en 1936, c’est la présence de l’aéroport de Carpiquet qui décide de sa vocation. Ce sera une base aérienne, qui ne tarde pas à être occupée par la Luftwaffe dès l’été 1940. En grande partie détruite en juin-juillet 1944, elle a été reconstruite de 1946 à 1956  et repasse sous l’autorité de l’armée de l’air. En 1967, après le retrait de la France de l’OTAN, l’aéroport devient civil, et les bâtiments, une caserne de l’armée de terre.Le 5e régiment d’artillerie s’y installe (de 1968 à 1973), bientôt remplacé par l’École interarmées du personnel militaire féminin (EIPMF), qui s’y établit pour dix ans. L’École de défense nucléaire, biologique et chimique (EDNBC) lui succède jusqu’en 2000. Après cette date, c’est le 18e régiment de transmission (RT) qui occupe les locaux jusqu’en 2010.

Plan quartier Koening

Principaux intervenants

Maîtrise d’ouvrage : Communauté d’agglomération de Caen-la-Mer - Maître d’œuvre : Sogeti Ingénierie - Entreprise : Eurovia - Mise en œuvre du béton décoratif : Eurovia - Fournisseur du béton : Cemex - Fournisseur du ciment : Calcia



0 commentaires

Voir aussi

  • 01/06/2018
    Haute-Marne

    Réhabilitation de la RD74 entre Bannes et Frécourt

    Près de Langres (Haute-Marne), cet axe départemental structurant vient d’être recalibré avec la création d’une structure homogène et « hors gel » grâce à la technique de retraitement de chaussée au liant hydraulique routier (LHR). Une opération respectueuse de l’environnement, qui a également permis la réutilisation en économie circulaire de matériaux chargés en HAP dans un cadre budgétaire maîtrisé et selon un planning optimisé.
  • 01/06/2018
    HAUTS-DE-SEINE

    Du béton bouchardé pour le « Château »

    Nanterre poursuit sa mutation dans le cadre du futur Grand Paris. Rénovation sociale et urbaine, construction de nouveaux logements, tramway et futur métro… Parmi les réalisations récentes les plus originales : la résurrection de son « château » en laboratoire de l’innovation sociale. Un choix innovant qui s’accompagne d’un réaménagement urbain, valorisé par la mise en œuvre élégante de béton bouchardé.
  • 17/09/2018
    Isère

    Leclerc choisit le béton pour sa nouvelle plate-forme logistique

    Après deux ans de travaux, la nouvelle plate-forme logistique des centres commerciaux Leclerc en Rhône-Alpes (Socara) est opérationnelle à Villette-d’Anthon (Isère), près de Lyon (Rhône). Vaste (44 ha) et ultramoderne, elle fait appel au béton - mis en œuvre par la société Minéral Concept Aménagement (MCA), adhérente du Specbea - d’une part, pour les revêtements afin qu’ils bénéficient de sa robustesse et qu’ils résistent à un trafic intense, d’autre part, pour certains cheminements ou parvis afin de valoriser esthétiquement le site, et enfin pour de nombreuses bordures de trottoirs réalisées en extrudé, en raison de la rapidité de mise en œuvre et du paramètre économique de ce matériau.