Quelle est la logique derrière votre méthodologie d’évaluation ?

Philippe Osset. Valoriser un parc existant de bâtiments, en lui apportant une seconde vie, permet de réduire les émissions annuelles de gaz à effet de serre du secteur de la construction et le service rendu est équivalent !

Pour ce faire, on valorise l’investissement carbone réalisé initialement à la construction, avec une notion d’amortissement. C’est à dire que l’on étudie les différents scénarios de vie du bâtiment et les résultats vont permettre de réaliser des choix éclairés. On tient compte de l’état actuel du bâtiment suite à son usage et de sa Durée de vie résiduelle (DVR) : la différence entre la Durée de vie estimée (DVE) du bâtiment et le nombre d’années écoulées depuis sa construction.

Notre méthodologie permet en effet de dépasser la simple intuition d’un architecte, en calculant notamment précisément la durée de vie résiduelle du bâtiment, la consommation d’énergie nécessaire pour la démolition de certains éléments et la reconstruction d’autres. Nous apportons des éléments de quantification et des preuves.

Sur quels outils existants vous appuyez-vous pour cette méthode ?

Nous utilisons des briques élémentaires, permettant d’évaluer l’impact environnemental d’un bâtiment complet, comme BETIE (Béton ET Impacts Environnementaux), un outil développé par le SNBPE (Syndicat National du Béton Prêt à l’Emploi) pour les analyses du cycle de vie du BPE.

Nous sommes partis des normes européennes existantes, en appliquant des règles et des coefficients d’amortissement sur des cas d’étude approfondis. Le but est de dresser des recommandations pour une méthode de calcul, dans le cadre du futur texte « Performance Environnementale des Bâtiments Neufs », et de celui concernant la rénovation du Ministère de la Transition écologique et solidaire et de sa Direction de l’Habitat, de l’urbanisme et des paysages qui fasse l’objet d’un consensus.

Quelles sont les perspectives plus larges offertes par ce type de méthodologie ?

Cela ouvre de nombreuses possibilités, comme le calcul de la part d’un parc immobilier de bâtiments en béton qu’il faudrait rénover et celle qu’il faudrait démolir et reconstruire, d’un point de vue purement environnemental. D’autres considérations, notamment sociales et financières, entrent, bien-sûr, aussi en ligne de compte lors de la prise de décision.

Quels sont les éléments de fond allant dans le sens de plus de rénovation ?

Comme la grosse part de l’impact environnemental du bâtiment concerne sa structure existante, la rénovation peut s’avérer de plus en plus pertinente. A La Défense, par exemple, il est très rare que l’on démolisse entièrement une tour : on en garde en général la structure.

Les bétons sont des produits à longue durée de vie. On est souvent certain de pouvoir valoriser ces produits après un premier usage, ce dont on n’est pas forcément sûr avec d’autres matériaux. A l’inverse, si on démolit un bâtiment en béton, on risque de perdre un capital.

 



0 commentaires

Voir aussi

  • 12/03/2019
    Dossier

    Habiter autrement : la construction souterraine

    Le développement des villes au XXesiècle touche à ses limites. L’étalement urbain réduit les surfaces cultivables et dégrade la qualité de vie des habitants avec des temps de déplacement interminables. De ce point de vue, la construction souterraine, à laquelle les hommes ont toujours eu recours, fait partie des solutions pour densifier les villes. Le béton est le matériau privilégié de ces mutations. Entretien avec Jean-Pierre Palisse, directeur opérationnel de Ville10D, Projet National de recherches appliquées sur la contribution du sous-sol au développement urbain durable.
  • 12/03/2019
    Dossier

    Répondre aux enjeux du logement : construire en raisonnant usage

    Afin d’apporter des réponses efficaces aux collectivités qui doivent, dans des délais courts, proposer des solutions d’hébergement à destination de publics tels que les étudiants ou les populations fragiles, l’agence d’architecture Hobo a conçu des bâtiments de logements « à confort augmenté » mais sans « coût augmenté ».
  • 12/03/2019
    Dossier

    Infrastructures : retraiter les chaussées en place

    Le retraitement des chaussées en place aux liants hydrauliques est un procédé de rénovation des routes. Proche des principes de l’économie circulaire, il consiste à utiliser le gisement de matériau existant dans une chaussée dégradée pour construire une nouvelle structure de chaussée avec des avantages techniques, économiques, écologiques et de rapidité de mise en œuvre incomparables.