liants hydrauliques routiers

On recense trois principales filières d’application :

  • Le traitement des sols en place ou en centrale,
  • Le traitement des graves en centrale,
  • Le retraitement en place des anciennes chaussées.

La technique du traitement des sols ou des granulats aux liants hydrauliques routiers permet d’utiliser des matériaux, comme le calcaire, les limons, les argiles, les sables, les marnes, les matériaux évolutifs, etc. qui ont des propriétés initiales médiocres pour la réalisation d’ouvrages de terrassements ou d’assises de chaussées.

Il est également possible de retraiter, in situ, les matériaux des chaussées anciennes aux liants hydrauliques routiers, évitant ainsi leur évacuation en décharge lorsqu’ils sont remplacés par des matériaux neufs.

Actuellement, les techniques utilisant des liants hydrauliques routiers pour le retraitement en place à froid des chaussées et le traitement des matériaux routiers fonctionnent parfaitement.

Elles ont énormément d’avantages et notamment parce que :

  • Le traitement à froid permet d’économiser de l’énergie ;
  • Le travail in situ diminue les coûts de transport de matériaux ;
  • Des matériaux qui auraient été mis à la décharge peuvent ainsi être valorisés ;
  • La limitation de l’exploitation des gisements de granulats (carrières et ballastières) contribue à la préservation de l’environnement ;
  • L’économie sur le coût global des projets peut atteindre de 15 à 30 %.

Présentant des atouts aussi bien techniques, qu’économiques et environnementaux, ces procédés suscitent un véritable intérêt de la part des maîtres d’ouvrages et des maîtres d’œuvre. De leur côté, les fabricants de liants et les constructeurs poursuivent leurs innovations pour développer la gamme des liants hydrauliques routiers, pour qu’ils s’adaptent à une plus grande diversité de matériaux et de matériels mais aussi pour qu’ils soient de plus en plus performants. Cela devrait favoriser le développement de ces techniques.



0 commentaires

Voir aussi

  • 01/03/2016
    REVUE

    Routes n°135

    Co-organisées par l'IFSTTAR, l'IDRRIM et le Cerema, les JTR 2016 se sont déroulées les 10 et 11 février à Nantes avec une participation record de 450 personnes.
  • 01/06/2017
    REVUE

    Routes n°140

    Pour qu’un réseau routier soit résilient face au changement climatique, il doit être capable de résister aux effets de l’augmentation de la température et des précipitations, et continuer de fonctionner de la même manière qu’avant la survenue de ces événements. Or, une route, dans sa conception classique, est particulièrement vulnérable au changement climatique.