Face aux enjeux actuels de maîtrise d'utilisation des ressources naturelles, il est fondamental d'intégrer dans tout projet de construction la notion de durabilité. Construire bien et pour longtemps permet de lisser les impacts sur l'environnement sur une période plus importante, tout en  limitant l'entretien. La tradition minérale en France a permis de préserver un patrimoine tant collectif qu'individuel avec des structures susceptibles de résister aux agressions extérieures et à l'usure du temps.

Préserver la valeur patrimoniale en combinant qualité et durabilité

Construire de manière écologique, c'est tout d'abord aborder la conception de manière globale en optimisant  les avantages de chaque matériau, de chaque solution constructive.  Présenter des matériaux comme écologiques, sans se préoccuper de leur cycle de vie, de leur acheminement et de leur durabilité, est malheureusement une tendance très répandue qui est susceptible de semer le trouble dans l'esprit de notre société. Construire pour longtemps, avec des matériaux résistants et une conception soignée et de qualité, c'est autoriser la transmission d'un patrimoine de génération en génération.  

Le béton : un matériau qui s'adapte à toutes les situations

Si le béton est aussi durable, c'est parce qu'il offre une multitude de formulations possibles. Il s'adapte toujours aux contraintes de l'ouvrage, tant d'un point de vue mécanique qu'environnemental. La Norme NF EN 206 et les normes relatives aux produits préfabriqués en béton, au-delà du respect des règles de l'art en matière de mise en œuvre encouragent une approche performancielle. Cette logique de progrès vise l'optimisation des performances et de la durabilité des bétons en mettant à disposition du prescripteur et du concepteur une définition de la classe d'exposition pour prendre en compte l'environnement dans lequel se trouve l'ouvrage. Cette approche, déterminante en matière d'ouvrage d'art dont la durée de service doit être garantie, est également valable pour le bâtiment. On n'utilise pas les mêmes formulations, en bord de mer, en milieu très froid ou à l'inverse très chaud. 

Bien entendu, au-delà du matériau, la durabilité est fonction de la qualité de la mise en œuvre, de l'adéquation de l'exposition, enfin d'une approche globale qui doit dès aujourd'hui sous-tendre tout projet de construction dans une approche globale où le calcul des coûts doit intégrer la vie en œuvre de la construction.  



0 commentaires

Voir aussi

  • 06/04/2018

    Recyclage du béton

    Quel avenir pour le béton recyclé ? - 2ème édition des « Rencontres Béton ! »
  • 06/04/2018

    Valorisation matière et efficacité énergétique

    L'industrie cimentière participe à l'effort collectif pour la préservation des ressources naturelles et le traitement des déchets. Certains déchets sélectionnées pour leur compatibilité avec le procédé cimentier sont valorisés en cimenterie en remplacement des combustibles fossiles : c'est la valorisation énergétique. Les cimentiers utilisent depuis longtemps des sous-produits issus d'autres industries (laitiers de hauts-fourneaux, cendres volantes) en remplacement de certains constituants du ciment, sans en modifier la qualité.