• Le CEM I ou ciment Portland, contient au moins 95 % de clinker (K) et au plus 5% de constituants secondaires. Les CEM I conviennent pour le béton armé ou le béton précontraint, là où une résistance élevée est recherchée ainsi qu’un décoffrage rapide.
     
  • Le CEM II/A ou B ou ciment Portland composé, contient au moins 65% de clinker (K) et au plus 35 % d'autres constituants secondaires : laitier de haut-fourneau (S), fumée de silice (D)(entre 6 et 10 %, pouzzolane naturelle (P), cendres volantes siliceuses (V), schiste calciné (T) et calcaire (L ou LL). Les CEM II sont adaptés pour le béton armé en général, coulé sur place ou préfabriqué, ainsi que pour des travaux massifs exigeant une élévation de température modérée ou encore pour des travaux exigeant des résistances initiales élevées (classe R).
     
  • Le CEM III/A ou B ou ciment de haut-fourneau, contient entre 36 et 80 % de laitier de haut-fourneau (S) et 20 à 64 % de clinker (K). Le CEM III/ C (également dit ciment de haut-fourneau) contient au moins 81 % de laitier de haut fourneau (S) et 5 à 19 % de clinker (K).
     
  • Le CEM IV/A ou B est un ciment pouzzolanique. Ce type de ciment n'est pas fabriqué en France.
     
  • Le CEM V/A ou B ou ciment pouzzolanique au laitier contient de 20 à 64 % de clinker (K), de 18 à 49 % de laitier de haut fourneau (S) et de 18 à 49 % de cendres volantes siliceuses (V).
     
  • Le CEM VI ou ciment composé contient de 35 à 49 % de clinker (K), de 31 à 59 % de laitier de haut-fourneau (S) et de 6 à 20 % de calcaire (L ou LL).

Les CEM III, CEM V et CEM VI qui comportent du laitier de haut-fourneau sont bien adaptés aux travaux hydrauliques souterrains, aux fondations, aux travaux en milieu agressif, aux travaux à la mer, aux bétons de masse et généralement à tout travaux nécessitant une faible chaleur d’hydratation. Leur utilisation permet de réduire les émissions de CO2 grâce à la substitution du clinker par d'autres constituants.



0 commentaires

Voir aussi

  • 10/04/2018

    Poussières des ciments et bétons

    Le travail avec les matériaux en poudre (ciments) ou le traitement de matériaux durcis (bétons) peut entrainer un risque d’exposition aux particules fines issues de ces matériaux -. Il est donc important de caractériser le potentiel d’émission de poussières inhalables, en particulier la fraction alvéolaire, et leur contenu en éléments potentiellement toxiques (silice cristalline), de manière à mettre en place les dispositions adaptées de prévention et/ou de protection.
  • 03/04/2018

    Bureau de Normalisation des Liants Hydrauliques (BNLH)

    Le BNLH (Bureau de Normalisation des Liants Hydrauliques) est un bureau de normalisation sectoriel. Il a été créé en 1987 et il fonctionne par délégation d'AFNOR (Association Française de Normalisation). Il a pour objectif de contribuer à l'élaboration des normes européennes ou internationales et d'administrer la rédaction des normes françaises utiles, reconnues, cohérentes et pertinentes du domaine des liants hydrauliques et des chaux. Il gère les commissions de normalisation correspondantes dans un environnement économique compétitif en évolution rapide, soumis à des contraintes de sécurité et des contraintes environnementales fortes.