• Le CEM I ou ciment Portland, contient au moins 95 % de clinker (K) et au plus 5% de constituants secondaires. Les CEM I conviennent pour le béton armé ou le béton précontraint, là où une résistance élevée est recherchée ainsi qu’un décoffrage rapide.
     
  • Le CEM II/A ou B ou ciment Portland composé, contient au moins 65% de clinker (K) et au plus 35 % d'autres constituants secondaires : laitier de haut-fourneau (S), fumée de silice (D)(entre 6 et 10 %, pouzzolane naturelle (P), cendres volantes siliceuses (V), schiste calciné (T) et calcaire (L ou LL). Les CEM II sont adaptés pour le béton armé en général, coulé sur place ou préfabriqué, ainsi que pour des travaux massifs exigeant une élévation de température modérée ou encore pour des travaux exigeant des résistances initiales élevées (classe R).
     
  • Le CEM III/A ou B ou ciment de haut-fourneau, contient entre 36 et 80 % de laitier de haut-fourneau (S) et 20 à 64 % de clinker (K). Le CEM III/ C (également dit ciment de haut-fourneau) contient au moins 81 % de laitier de haut fourneau (S) et 5 à 19 % de clinker (K).
     
  • Le CEM IV/A ou B est un ciment pouzzolanique. Ce type de ciment n'est pas fabriqué en France.
     
  • Le CEM V/A ou B ou ciment pouzzolanique au laitier contient de 20 à 64 % de clinker (K), de 18 à 49 % de laitier de haut fourneau (S) et de 18 à 49 % de cendres volantes siliceuses (V).
     
  • Le CEM VI ou ciment composé contient de 35 à 49 % de clinker (K), de 31 à 59 % de laitier de haut-fourneau (S) et de 6 à 20 % de calcaire (L ou LL).

Les CEM III, CEM V et CEM VI qui comportent du laitier de haut-fourneau sont bien adaptés aux travaux hydrauliques souterrains, aux fondations, aux travaux en milieu agressif, aux travaux à la mer, aux bétons de masse et généralement à tout travaux nécessitant une faible chaleur d’hydratation. Leur utilisation permet de réduire les émissions de CO2 grâce à la substitution du clinker par d'autres constituants.



0 commentaires

Voir aussi

  • 10/04/2018

    Ciments et évaluation des émissions de COV

    Le décret n°2011-321 du 23 mars 2011 instaure l’obligation d’indiquer sur une étiquette, placée sur le produit ou son emballage, les caractéristiques en matière d’émission de substances organiques volatiles polluantes, une fois le produit mis en œuvre. L’arrêté du 19 avril 2011 relatif à l’étiquetage des produits de construction donne les définitions des composés organiques volatils (COV) et des composés organiques volatils totaux (COVT), la liste des substances en cohérence avec l’article R221-27 du code de l’environnement, les critères à mesurer, les classes d’émissivité ainsi que les caractéristiques de l’étiquette.
  • 10/04/2018

    Ciments et nanoparticules

    Aujourd’hui, les nanomatériaux sont omniprésents dans notre vie quotidienne. Peu de domaines, de la cosmétique en passant par l’habillement, l’automobile mais aussi le bâtiment, échappent au développement de ces nouveaux matériaux 50 000 fois plus petits que le diamètre d’un cheveu.