Découvrez le sens précis des termes employés dans l'univers des ciments et bétons.
A


Accélérateur de durcissement
Adjuvant. Introduit dans l'eau de gâchage, il raccourcit la durée de la phase de durcissement du béton
Accélérateur de prise
Adjuvant. Introduit dans l'eau de gâchage, il diminue les temps de début et de fin de prise du ciment dans le béton, en favorisant l'hydratation du liant.
Acoustique
Science des sons, de leur émission, de leur propagation et de leur réception auditive. Par extension, le terme désigne l'ensemble des techniques visant à améliorer la qualité de diffusion des sons au sein de bâtiments ou d'édifices.
Addition
Matériau minéral finement divisé, ajouté au béton pour modifier certaines de ses propriétés. On distingue les additions calcaires, les additions siliceuses, les cendres volantes, les fumées de silice et le laitier de haut-fourneau. Les additions sont normalisées. On distingue : les additions quasiment inertes (de Type I) ; les additions à caractère pouzzolanique ou hydraulique latent (de type II)
Additions minérales
Poudres d’origine minérale ajoutées au béton pour modifier certaines de ses propriétés. Cela peut être des cendres volantes, des fumées de silice, du calcaire ou du laitier de haut-fourneau.
Adjuvant
Constituant secondaire incorporé à faible dose dans le béton pour en modifier l’une des propriétés : pigment, agent de mouture
Adjuvants
Appelés également additifs, produit chimique incorporé à faible dose (moins de 5 % de la masse du ciment) dans le béton ou le mortier, afin de modifier certaines de ses propriétés. L’incorporation se fait soit avant, soit pendant le mélange, soit au cours d’une opération supplémentaire de malaxage. Selon l’effet recherché, on peut distinguer, trois grandes familles d’adjuvant : les accélérateurs de prise et les accélérateurs de durcissement, ainsi que les retardateurs qui ont chacun une action sur les délais de prise et de durcissement; les plastifiant et les surperplastifiants, qui ont une action sur la plasticité et la compacité; les entraîneurs d'air, les antigels, les antigélitifs et les hydrofuges de masse, qui ont une action sur la résistance aux agents extérieurs.
Affaissement au cône d'abrams
Valeur, exprimée en centimètres, obtenue par un essai normalisé, dit " essai d'affaissement " ou " essai au cône d'Abrams " (du nom de son inventeur), ou encore " slump test ", effectué sur un moule tronconique rempli de béton frais.On apprécie ainsi la consistance, donc l'ouvrabilité du béton. Un béton très ferme aura un affaissement inférieur à 3 cm, un béton très plastique (pour voiles et dalles armés), un affaissement supérieur à 16 cm.La Norme européenne NF EN 12350-8 spécifie la méthode de détermination de l'essai d'étalement au cône d’Abrams et du temps t500 pour le béton auto-plaçant. Cet essai ne convient pas lorsque le diamètre maximum des granulats excède 40 mm.
Agent de démoulage
Produit anti adhérent (huile minérale, résine, cire ou autre agent chimique) appliqué à la brosse ou pulvérisé avant le coulage sur les banches, les moules ou les peaux de coffrage, afin de faciliter le décoffrage et la réutilisation des coffrages
Agrégat
Terme impropre, voir granulat.
Aiguille vibrante
voir pervibrateur.
Air entraîné
Bulles d’air microscopiques intentionnellement incorporées au béton lors du malaxage, habituellement par l’utilisation d’agents tensioactifs ; les bulles sont pratiquement sphériques et leur diamètre est généralement compris entre 10 m et 300 m
Air occlus
Vides d’air dans le béton qui ne sont pas intentionnellement créés
Allège
Partie de façade située entre les fenêtres de deux étages différents.
Amortisseur
Elément mécanique limitant l'amplitude des déformations dûes à une vibration par exemple.
Analyse d'incertitude
Procédure systématique permettant de rechercher, puis de quantifier, l’incertitude introduite dans les résultats d’une analyse de l’inventaire du cycle de vie par les effets cumulés de l’incertitude sur les entrants et de la variabilité des données.
Analyse de cycle de vie (ACV)
L'analyse du cycle de vie (ACV) est une méthode d'évaluation normalisée permettant de réaliser un bilan environnemental multicritère et multi-étape d'un système (produit, service, entreprise ou procédé) sur l'ensemble de son cycle de vie.)
Analyse de l'inventaire du cycle de vie
Phase de l’analyse du cycle de vie impliquant la compilation et la quantification des entrants et des sortants pour un système de produits donné au cours de son cycle de vie
Ancrage
Dispositif constructif permettant de bloquer un élément.
Ancre de levage
Dispositif de levage d'un élément préfabriqué en béton, non saillant et dont la tête apparaît dans une réservation hémisphérique.
Antigel
Adjuvant évitant le gel du béton frais grâce à une accélération de la prise et du durcissement du ciment.
Antigélif
Adjuvant entraîneur d'air protégeant le béton durci contre les effets du gel (éclatements, écaillage)
Antimoine
Composé métallique dont les réserves et le taux d’épuisement servent de référence pour le calcul de l’indicateur d’épuisement des ressources
Apparent (béton)
Béton dont la peau n'est revêtue d'aucun parement qui viserait à occulter son aspect.
Appel d’offres
Document contractuel écrit, qui lie une personne physique ou morale (organisme, administration) à un professionnel (maître d'oeuvre, ingénieur...), à un entrepreneur ou à un groupe d'entrepreneurs chargés d'exécuter pour elle des travaux ou prestations déterminés dans desconditions de prix et de délai convenues à l'avance.
Architecte
Professionnel diplômé d'une École d'Architecture, l'architecte est le maître d'œuvre de l'acte de construire, et “l'homme de l'art” : il conçoit, pour le compte de tiers, les édifices et bâtiments de toute nature, ou leur transformation, tant sur le plan technique que fonctionnel et esthétique, puis dirige tous les travaux nécessaires à leur réalisation.
Architectonique (béton)
Béton qui, par sa forme, sa teinte et sa texture, participe pleinement de la qualité architecturale d'un ouvrage, par opposition à un béton caché, dont le rôle ne serait que structurel.
Armatures
Éléments en acier noyés dans le béton afin de lui conférer une résistance à la traction. L'ensemble des armatures d'un élément de construction en béton armé constitue le ferraillage.
Armatures en attentes
Longueur d'armature hors du béton destinée à permettre la continuité avec d'autres armatures par recouvrement lors de la reprise de bétonnage.
Arrêt de coulage
Étape du chantier de mise en place du béton. En raison de ses incidences techniques (notamment, des dispositions à prendre pour les armatures) et esthétiques, cette phase est clairement indiquée sur les plans d'exécution.
Autoplaçant (béton) (BAP)
Les bétons autoplaçants ont la particularité d’être suffisamment fluides pour être mis en oeuvre sans vibration. Ils couvrent l’ensemble des classes de résistance et peuvent donc être de haute résistance. Ils contiennent une quantité de fines supérieure à celle des bétons vibrés, et, généralement, des agents stabilisants évitant la ségrégation.
Avant-bec
Poutre métallique, fixée en tête de tablier, qui permet de guider celui-ci lorsqu'il arrive sur une pile
B


Ballast
On appelle ballast le lit de pierres, de graviers, ou de granulats concassés durs sur lequel repose une voie de chemin de fer. Il peut être recyclé et utilisé comme matériau de substitution
Banche
Élément modulaire de coffrage, généralement vertical, utilisé pour réaliser des murs, voiles, refends ou, éventuellement, des poteaux.
Banché (béton)
Béton coulé puis généralement vibré entre deux banches de coffrage.
Bande bitumineuse
Bande d'étanchéité composée d'une armature enrobée de bitume. Le bitume est un matériau hydrocarboné noir ou brun foncé, naturel ou provenant de la distillation du pétrole, solide à température ambiante, il devient liquide par élévation de sa température. Son transport et sa mise en œuvre se font généralement entre 150 et 180 °C. Il est utilisé dans des matériaux et produits d'étanchéité.
Bandeau filant
Etroite bande horizontale en saillie
Barge
Bateau plat généralement non motorisé. Un bateau pousseur est utilisé pour l'amener d'un endroit à l'autre.
Bauxite
La bauxite est un minerai d'aluminium, dont le nom vient du village des Baux-de-Provence, où il a été découvert
Bentonite
Variété d'argile servant à constituer des boues bentonitiques, utilisées pour la réalisation de pieux ou de parois moulées à l'intérieur d'une excavation dans le sol. Leur rôle est de colmater le terrain et de s'opposer aux éboulements par contre-pression, grâce à leur forte densité. Utilisées parfois dans certains mortiers ou bétons pour améliorer leur étanchéité.
Béton
Le béton est un matériau de construction formé par un mélange de granulats, de sable, et d'eau aggloméré par un liant hydraulique (ciment), éventuellement complété par des adjuvants et des additions. Ce mélange, qui est mis en place sur le chantier ou en usine à l'état plastique, peut adopter des formes très diverses parce qu'il est moulable ; il durcit progressivement pour former finalement un monolithe. Selon le choix du ciment et son dosage par rapport aux granulats, selon la forme des granulats, selon l'utilisation d'adjuvants, les bétons obtenus peuvent avoir des caractéristiques très diverses. Leur mise en œuvre et leur traitement de surface peuvent également faire varier leurs performances et leur aspect. Le béton est une pierre reconstituée, également appelée « pierre liquide »
Béton à composition prescrite
Béton dont la composition est spécifiée au producteur, qui s'engage à la respecter. Les données de base comprennent : l'exigence de conformité à la norme, le dosage en ciment, le type de ciment et sa classe de résistance, le rapport eau/ciment ou la consistance, la qualité des granulats, la dimension maximale des granulats, le type et la quantité des adjuvants et additions (ainsi que l'origine de leurs constituants) . Cette désignation correspond en principe aux bétons produits sur chantier.
Béton à hautes performances
Béton appartenant à une classe de résistance à la compression supérieure à C50/60, s’agissant de béton de masse volumique normale ou de béton lourd, et supérieure à LC 50/55, s’agissant de béton léger. Béton soigneusement étudié (composition, choix des granulats, du liant, des adjuvants, mise en œuvre) afin d'obtenir un haut niveau de performances (meilleure résistance, meilleure ouvrabilité, fluage plus faible, meilleure durabilité)
Béton à propriétés spécifiées
Béton pour lequel les propriétés requises et les caractéristiques supplémentaires sont spécifiées au producteur qui est responsable de fournir un béton qui satisfait à ces propriétés requises et à ces caractéristiques supplémentaires
Béton acidé
Béton dont la peau a subi, après durcissement, un traitement chimique par application d'une solution d’acide chlorhydrique. La profondeur de l’attaque varie selon la concentration de la solution et la durée du traitement. Ce dernier doit être suivi d’un rinçage à l’eau pour éviter, notamment, l’éventuelle corrosion des armatures. Le traitement à l’acide peut s’obtenir soit par trempage de l’élément en béton dans un bain acide, soit par décapage des surfaces de béton concernées. Les aspects de surface obtenus vont du lisse au légèrement granuleux.
Béton architectonique
Béton moulé dont le parement n'est ni plan ni lisse, mais présente un relief décoratif obtenu par divers procédés techniques (par exemple, un négatif appliqué sur la peau de coffrage)
Béton armé
Béton dans lequel est incorporée une cage d'armatures (qui améliore le comportement en traction et en flexion du béton)
Béton armé
Le béton de ciment, très robuste face à la compression, est moins résistant à la traction et donc à la flexion, contrairement à l'acier qui offre une très haute résistance à la traction. Le béton armé est un matériau composite obtenu en noyant des armatures d'acier (fils, ronds, barre, treillis soudés etc... dans la masse du béton afin de cumuler les qualités de résistance en compression et en traction
Béton autonivelant (B.A.N.)
Ces bétons, variantes des bétons autoplaçants, ont une composition granulométrique spécialement étudiée pour un étalement fluide. Ils permettent d'obtenir des dallages à surface lisse sans vibration ni surfaçage (action de rendre plane une surface)
Béton balayé
Béton utilisé pour les sols, dallages ou chaussées ayant subi, avant durcissement, un traitement mécanique superficiel par brossage ou balayage.
Béton banché
Béton coffré à l’aide de banches
Béton blanc
Béton de teinte claire dont le liant est du ciment blanc et qui comporte également des sables blancs, auxquels sont éventuellement ajoutés des fines blanches
Béton bouchardé
Béton dont la peau a subi, après durcissement, un traitement mécanique par martelage à l'aide d'un outil à pointes, la boucharde. Les aspects de surface varient selon la profondeur de frappe et le type de boucharde utilisé. 2. On peut également boucharder au rouleau une chape.
Béton brossé
Aspect de surface obtenu sur béton frais par passage d’une brosse à poils durs faisant apparaître partiellement les granulats et formant sur la surface de fines cannelures
Béton brut
Béton dont le parement est de couleur claire, du fait que l'ensemble de ses constituants sont de teinte claire.
Béton clair
Béton dont le ciment et les autres constituants - éléments fins, sables, granulats - sont tous de teinte claire.
Béton coloré
Béton dont le parement est teinté par l'incorporation de pigment dans la formulation.
Béton de masse volumique normale
Béton dont la masse volumique est supérieure à 2 000 kg/m3 mais inférieure ou égale à 2 600 kg/m3
Béton de propreté
Béton maigre, étalé sur le sol naturel ou en fond de fouilles pour réaliser une aire de travail plane
Béton désactivé
Aspect de surface obtenu par pulvérisation d’un désactivant juste après la mise en œuvre du béton. La surface est ensuite décapée au jet d’eau ou brossée pour faire apparaître les granulats
Béton durci
Béton à l’état solide, après prise et en cours de durcissement, ayant acquis une résistance
Béton étuvé
Béton dont on a accéléré la prise et le durcissement en le chauffant dans une ambiance humide (c'est l'étuvage). Ce procédé, généralement destiné à la fabrication d'éléments industrialisés, permet de réduire les délais de décoffrage
Béton fibré
Matériau composite formé de béton ou mortier mélangé avec des fibres de diverses natures (polypropylène, métallique, verre filé, carbone, etc.), dont la section est de l’ordre du millimètre et la longueur de quelques centimètres et destinées à constituer un maillage d'armature et à améliorer les caractéristiques de cohésion et de résistance à la fissuration.
Béton fibré à ultra-hautes performances (B.F.U.H.P.)
Béton composé de sables, ciment, fumées de silice et micro-fibres métalliques ou de synthèse. Ses performances mécaniques, sont de l’ordre de 200 MPa (une résistance 6 fois plus élevée qu'un béton normal avec une durabilité elle aussi plus élevée) .
Béton frais
Béton dans la phase qui suit le malaxage et précède la prise, c’est-à-dire dans un état plastique qui permet son transport et sa mise en place. On apprécie l’ouvrabilité d’un béton durant cette phase, en soumettant un échantillon à un essai d’affaissement au cône d’Abrams
Béton grenaillé
Béton dont la peau a subi, après durcissement, une projection de grenaille (petites billes d’acier de dimension inférieure à 1 mm)
Béton grésé
Béton dont la peau a subi, après durcissement, un grésage, c'est-à-dire une abrasion à la meule. Ce procédé uniformise le parement en supprimant les irrégularités superficielles dues au coffrage. Le grésage est l'une des premières opérations du processus de polissage
Béton gris
Béton dont le parement brut est de couleur grise, principalement du fait de la couleur du ciment. C'est la couleur des bétons courants.
Béton imprimé
Béton frais sur la peau duquel on a appliqué un colorant puis une matrice pour reproduire en négatif le motif qu'elle porte en positif ; on peut ainsi obtenir, par exemple, un effet de pavés à la parisienne
Béton lavé
Béton dont la peau a subi, avant durcissement, un lavage par jet d'eau à faible pression, qui enlève la laitance superficielle et dégage les granulats.
Béton léger
Les bétons légers ont une masse volumique comprise entre 800 et 2 000 kg/m3 ; ils ont un caractère caverneux (bétons cellulaires) ou bien utilisent des granulats légers (argile expansée, vermiculite, polystyrène, particules de bois…). Dans le bâtiment ils sont utilisés pour alléger des structures, pour des chapes légères en rénovation, et l’isolation thermique et phonique.
Béton lourd
Béton dont la masse volumique dépasse 3 000 kg/m3 et peut atteindre 6 000 kg/m3 (contre 2 300 kg/m3 pour un béton courant), grâce à l'usage de granulats très denses. Les bétons lourds sont utilisés notamment pour la réalisation de lests ou la protection contre les rayons radioactifs
Béton poli
Béton dont la peau a subi, après durcissement, des meulages successifs de plus en plus fins, généralement suivis d'un bouchonnage et de l'application d'un produit de protection. Si l'on dépasse quatre passes, on parle de " poli marbrier ", qui permet l'obtention d'une surface parfaitement lisse et brillante.
Béton poncé
Parement, obtenu par abrasion superficielle de la surface à l’aide d’une meule, dégageant partiellement les sables
Béton précontraint
Béton qui a subi une mise en compression lors de sa fabrication, et avant son durcissement. Cela lui permet de résister à la traction et à la flexion. La technique de précontrainte a été mise au point dans les années trente par Eugène Freyssinet. La précontrainte, qui est pratiquée sur le site en génie civil et pour des éléments de construction de grande portée, peut être mise en oeuvre par pré ou post-tension de câbles d'acier
Béton préfabriqué
La technique du béton préfabriqué ou du béton manufacturé permet d'accélérer la vitesse de construction. Elle consiste à mouler et préparer des pièces de béton en atelier ou à proximité du chantier et à les acheminer ensuite sur le chantier.
Béton prêt á l’emploi (BPE)
Béton frais préparé dans une centrale à béton, généralement extérieure au site de construction. Il est livré sur le chantier, dans des camions toupies, malaxé et prêt à être coulé
Béton projeté
Béton propulsé, après malaxage par voie mouillée, ou par voie sèche, sur un support sous forme de jet, en couches successives. Il permet de réaliser les formes les plus complexes (dômes, coques, etc.). Il est également souvent utilisé dans les travaux souterrains.
Béton propreté
Béton maigre (c'est-à-dire peu dosé en ciment), étalé sur le sol naturel ou en fond de fouilles pour réaliser une aire de travail plane et non terreuse
Béton réfractaire
Béton pouvant résister à des températures très élevées (jusqu'à 1 800 °C). Sa formulation fait appel à des ciments et à des granulats réfractaires. Il est utilisé par exemple pour réaliser des parois intérieures de fours ou des cheminées
Béton sablé
Béton dont la peau a subi, après durcissement, un traitement mécanique d'érosion plus ou moins profonde par sablage
Béton taloché
Aspect de surface obtenu sur béton frais par passage d’une taloche
Bétonnière
Machine servant à fabriquer sur le chantier du béton. Elle comporte une cuve, tournant sur un axe horizontal ou faiblement incliné, où sont mélangés les constituants du béton. Le mélange ainsi obtenu est ensuite mis en place à l'intérieur des coffrages
BHP
Abréviation pour " béton à hautes performances ". Ce béton - rendu par sa formulation particulièrement compact, donc de faible porosité - présente une résistance mécanique de 60 à 120 MPa et une durabilité très supérieures à celles des bétons courants.
Bilan carbone
Méthode mise au point par l’ADEME pour comptabiliser les émissions de Gaz à Effet de Serre d’une activité ou d’une entreprise, à partir de données facilement disponibles
Biodiversité
Diversité des espèces vivantes et de leurs caractères génétiques (Petit Larousse 2001)
Biomasse
La biomasse est l'ensemble des matières organiques qui peuvent devenir des sources d'énergie. C'est la fraction biodégradable : des produits, déchets et résidus de l'agriculture, de la sylviculture et de leurs industries connexes, des déchets et résidus végétaux de l'industrie
Bloc béton
Élément de construction pour maçonnerie, de forme parallélépipédique, couramment appelé " parpaing ". Un bloc creux pèse environ 20 kg, pour des dimensions de 20 x 20 x 50 cm.
Bouchonnage
Opération intermédiaire du polissage et du sablage de la peau du béton après durcissement, qui consiste à boucher avec une pâte de ciment les petites cavités qui seraient apparues lors de ce traitement de surface.
BPE
Abréviation pour " béton prêt à l'emploi ". Béton frais préparé dans une centrale à béton, généralement extérieure au site de construction. Il est livré sur le chantier, dans des camionstoupie, malaxé et prêt à être coulé.
BUHP sigle.
Abréviation pour " béton à ultrahautes performances ". Béton qui représente un exemple de l'évolution la plus récente du matériau, composé de sables, ciment, fumées de silice et de micro-fibres métalliques ou de synthèse. Ses performances mécaniques, très élevées, sont de l'ordre de 200 MPa. Il est également nommé béton fibré ultraperformant (BFHP)
Bullage
Défaut de surface caractérisé par la présence de petites cavités sur la peau du béton à l'issue du décoffrage, lié à la persistance de bulles d'air dans le mélange
Bureau d'etudes technique (B.E.T)
Entreprise, société ou service chargés des études, des calculs et de la réalisation des plans, dans un ou plusieurs corps d'état ou domaines techniques.
Bureau des méthodes
Département de l'entreprise où les ingénieurs et techniciens décident des méthodes de réalisation les plus adaptées à la construction de l'ouvrage. Ils organisent également le chantier et prévoient toute la logistique nécessaire.
Bureaux d'etudes
Département de l'entreprise où les ingénieurs et techniciens conçoivent l'ouvrage. Ils produisent les notes de calculs justifiant les choix techniques et technologiques, ainsi que tous les dessins d'exécution, nécessaires à la réalisation de l'ouvrage
Bureaux de contrôle
Entreprise habilitée à assister, sur contrat, des maîtres d'ouvrage ou maîtres d'oeuvre. Ils vérifient d'une part, la conformité des solutions proposées par le B.E.T. avec la réglementation en vigueur et d'autre part, leur mise en oeuvre sur chantier. Le bureau de contrôle, en intervenant, engage sa responsabilité au même titre que le maître d'oeuvre
Bureaux d’etudes spécialisés
Les bureaux d'études techniques (B.E.T.) sont chargés de la conception des ouvrages. Ils peuvent être spécialisés dans le conseil et l'assistance technique aux maîtres d'ouvrage ou aux maîtres d'oeuvre. Certains B.E.T., chargés d'opérations particulières, sont appelés bureaux d'ingénierie. Leurs effectifs peuvent atteindre plusieurs centaines de personnes.
C


Câble de précontrainte
Câble en acier utilisé pour précontraindre le béton
Cabochon
Petit élément décoratif inséré dans une façade
Cage d'armatures
Ensemble des armatures préalablement montées, mis dans le coffrage avant bétonnage
Cahier des charges
Document descriptif d'un ouvrage. Cette description porte sur les fonctionnalités à respecter. Il peut également proposer ou imposer certaines solutions technologiques et les performances minimales des matériaux à employer.
Calage d'armatures
Opération consistant à positionner les armatures conformément aux plans d'exécution afin que, lors du coulage, elles ne bougent pas, leur garantissant ainsi un enrobage suffisant. On a recours à de petites pièces en béton ou en plastique - nommées " cales ", ou encore " distanciers " - qui sont ensuite noyées dans le béton. Dans des cas très particuliers, les cages d'armature peuvent être suspendues pour éviter tout contact avec le coffrage ou le moule.
Calepinage
Établissement d'un calepin, c'est-à-dire d'un ensemble de dessins où sont réglés, pour les murs, l'implantation des divers joints et trous de serrage des banches, ainsi que les éventuelles plages d'enduit ; pour les sols, l'organisation des dalles et joints
Camionnage
Transport par camion. Le préfabricant devra charger au mieux les plateaux des camions pourdiminuer ses coûts de transport tout en prenant en compte l'ordre de livraison des pièces déterminé par l'avancement de la construction de l'ouvrage
Capacité portante
Ce que peut supporter l'élément en termes d'efforts
Capillaire
Petit canal tubulaire (de la largeur d'un cheveu, d'où son nom) présent à l'intérieur d'un matériau. Les capillaires forment un réseau très ramifié reliant entre elles les petites cavités internes au matériau, lui donnant ainsi son caractère de plus ou moins grande porosité
Capillarité
Phénomène physique se traduisant par la progression d'un liquide à travers les canaux les plus fins d'un corps ou dans des tubes fins ; ce phénomène est dû à la tension superficielle d'un liquide au contact d'une paroi.
Carbonatation
Réaction spontannée du CO2 atmosphérique sur la Portlandite issue de l'hydratation du ciment, ainsi que sur les C-S-H et conduisant à la formation de CaCO3
Caverneux drainant (béton)
Béton dont la formulation comporte peu ou pas de fines, ce qui provoque un enrobage partiel des granulats par le liant, donc la formation de vides d'air. Le béton devient dès lors poreux et drainant.
CCTP
Cahier des Clauses Techniques Particulières, il s'agit d'un descritif complet et détaillé de l'ouvrage à réaliser. Le C.C.T.P. est produit par le maître d'oeuvre et fait partie du D.C.E. (dossier de consultation des entreprises)
Cellulaire
Béton léger, constitué de mortier (mélange de sables et de ciment) dans lequel ont été créées artificiellement des bulles de gaz, ce qui a pour effet de l'alléger et d'améliorer sa résistance thermique. Il est produit industriellement en blocs ou en panneaux. Son poids spécifique est de 500 à 600 kg/m3 (au lieu de 2 300 kg/m3 pour un béton courant).
Cellule photovoltaïque
Une cellule photovoltaïque est un composant électronique qui, exposé à la lumière, génère une tension électrique Volt : leur sensibilité à la lumière permet de produire de l'électricité. Le courant obtenu est un courant continu et la tension obtenue est de l'ordre de 0,5 V
Cendres volantes
Les cendres volantes sont des matériaux minéraux finement divisés, issus de la précipitation électrostatique ou mécanique de particules minérales contenues dans les fumées des chaudières alimentées au charbon pulvérisé. Ce sont donc des matériaux pulvérulents, de texture majoritairement vitreuse et de composition silico-alumineuse ou silico- calcique. Les cendres siliceuses ont des propriétés puouzzolaniques et les cendres calciques peuvent posséder des propriété hydrauliques et /ou pouzzolaniques. Les cendres volantes sont utilisées soit addition au béton, soit comme constituant principal autre que le clinker dans les ciments et contribuent ainsi à la réduction des émissions de CO2. Elles peuvent être utilisées dans certains ciments de types CEM II, IV, et V. (Voir NF EN 197-1 pour plus de détails).
Centrale à béton
Equipement fixe de production industrielle de béton prêt à l'emploi (BPE) ou de béton fabriqué sur chantier
Chaînage
Élément de construction en béton armé, qui solidarise les parois et les planchers d'un bâtiment. On distingue le chaînage horizontal, qui ceinture chaque niveau au droit des planchers, et le chaînage vertical, employé aux angles d'une construction et au droit des refends.
Chape
La chape est une couche de mortier d'épaisseur limitée (15 à 50 mm) reposant sur un support (dalle, dallage, etc.). Elle est destinée à obtenir des surfaces planes et reçoit généralement un revêtement (carrelage par exemple)
Charges de service
Efforts qui seront appliqués sur l'ouvrage lors de son utilisation. Cette utilisation est décrite dans le cahier des charges. On doit se référer à une règlementation donnant les types de charges à prendre en compte et leur intensité suivant l'ouvrage concerné, et sa situation géographique.
Chaux
La chaux est un liant obtenu par la calcination de calcaires plus ou moins siliceux. Les chaux se divisent en 2 catégories, selon que leur prise s'effectue sous l'action du gaz carbonique de l'air (chaux aérienne) ou sous l'action de l'eau (chaux hydraulique). La chaux aérienne est surtout utilisée dans les enduits de parement traditionnels, les mortiers de jointoiement et les badigeons au lait de chaux. Quant aux chaux hydrauliques, la présence d'argile leur donne des propriétés proches de celles des ciments, et peuvent par exemple être utilisées en sous-enduits et enduits
Chef de chantier
Le chef de chantier s'occupe principalement de gérer l'intervention des différents ouvriers sur le chantier et seconde le conducteur de travaux dans la gestion du chantier
Cheminée de coulage
Espace réservé dans le ferraillage d'un élément de construction en béton pour permettre le passage du manchon de la benne à béton.
Chevalet
Support réalisé en tubes métalliques permettant de stocker des panneaux en béton préfabriqué, dans une position quasiment verticale. Ce mode de stockage permet de réduire la place nécessaire pour stocker
Ciment
Au sens large, le ciment est une matière pulvérulente formant avec l’eau une pâte liante capable d’agglomérer en durcissant des substances variées (Larousse 2002). Dans le présent contexte, le terme de ciment désigne par défaut un liant hydraulique, i.e. qui fait prise au contact de l’eau par hydratation, dont la composition est régie par la norme EN 197.1. Il existe des ciments spéciaux qui possèdent des propriétés spécifiques de prise ou de résistance : ciment alumineux fondu, ciment prompt naturel…régis par des normes spécifiques. Le ciment est gris le plus souvent mais il existe des ciments blancs composés à partir de matières premières sans oxyde de fer.
Cire
voir décoffrant.
Clair (béton)
Béton dont le parement brut est de teinte claire, par utilisation de ciment et d'autres constituants - éléments fins, sables, granulats - tous de teinte claire.
Classe d'environnement
Élément d'un classement normalisé permettant d'apprécier l'agressivité physique et chimique d'un environnement auquel les constructions en béton sont exposées.
Classe de resistance d’un ciment
La classe de résistance d'un ciment est la valeur minimale de résistance à la compression (exprimée en MPa), mesurée sur éprouvettes 4x4x16cm, 28 jours après leur confection et conservées dans l'eau à 20°C. Il existe trois classes de résistance courante d'un ciment, 32,5 42,5 et 52,5 définies dans la norme NF EN 197-1. À chaque classe de résistance courante correspondent trois classes de résistance à court terme : une classe de résistance à court terme ordinaire, notée N, une classe de résistance à court terme élevée, notée R, et une classe de faible résistance à court terme, notée L. La classe L est uniquement applicable aux ciments CEM III qui sont alors des ciments de haut fourneau à faible résistance à court terme.
Clavetage
Liaison de deux éléments en béton armé préfabriqués à l'aide d'armatures en attente et d'une partie commune coffrée et coulée en place
Clef de voûte
Elément situé au point haut d'une arche servant à bloquer l'ensemble.
Clinker
Le clinker Portland est le constituant principal hydraulique des ciments courants, il est obtenu par calcination (1450 °C) d'un mélange de matières premières, composé d'environ 80 % de calcaire et 20 % d'argile, (farine crue, ou pâte) contenant des éléments couramment exprimés en oxydes CaO, SiO2, Al2O3, Fe2O3 et de petites quantités d'autres matières. La farine crue ou la pâte, sont finement divisées et intimement mélangées, et donc homogène. Le clinker Portland est un matériau hydraulique qui doit être constitué d’au moins deux tiers en masse de silicates de calcium (3CaO • SiO2 : C3S et 2CaO . SiO2: C2S), la partie restante étant constituée de phases contenant de l’aluminium et du fer: C3A et C4AF, et de chaux libre (CaO) ne dépassant pas 2%. Le rapport massique (CaO)/(SiO2) ne doit pas être inférieur à 2,0. La teneur en oxyde de magnésium (MgO) ne doit pas dépasser 5,0 % en masse.
Clinkerisation
Ensemble des réactions physico-chimiques à hautes températures conduisant à la formation du clinker. Il s'agit des réactions de déshydratation et deshydrolylation (150-800°C) puis de décarbonatation (950-1100°C) des minéraux constitutifs du cru de cimenterie. Il s'ensuit une période de réactions en phase solide avec la formation du C2S et des aluminates (C3A+C4AF) et enfin une fusion partielle avec apparition du C4AF + C3A liquide, ce qui permet la formation du C3S et aboutir à la formation des cinq phases hydrauliques constituant le clinker: C3S, C32S, C3A, C4AF et CaO résiduel après refroidissement.
Cloison
Une cloison est une paroi légère, qui sert à diviser un espace intérieur. Elle est très souvent réalisée à l'aide de plaques de plâtre. On distingue les murs et les cloisons. Les murs sont porteurs (c'est-à-dire qu'ils soutiennent les structures supérieures), alors que les cloisons ne sont pas porteuses
Co-incinération
Dans une logique d'écologie indutrielle, la co-incinération consiste à utiliser des déchets comme combustibles de substitution. Les déchets des uns deviennent ainsi les combustibles des autres
Co-produit
L’un quelconque de deux produits ou plus issus du même procédé élémentaire (selon l’ISO 14041). Toute substance ou matière, générée au cours d’une étape industrielle et valorisée, est considérée comme étant un co-produit.
CO2
Constituant normal atmosphérique à hauteur de 400ppmv. Le dioxyde de carbone (CO2) est un gaz à effet de serre. Il est produit notamment lors de la combustion de composés organiques et lors de la respiration des êtres vivants et des végétaux. L'industrie cimentière émet naturellement du CO2 : 60 % des émissions sont dues à la transformation physico-chimique des matières premières à haute température, 40 % résultent de la combustion pour alimenter le four de la cimenterie à 1500 °C
Coffrage
Un coffrage est un moule provisoire préparé pour couler le béton d'un ouvrage, puis retiré après la prise et le durcissement du béton. Il est disposé de manière à supporter le poids ou la pression du béton sans aucune déformation
Coffrage glissant
Coffrage mobile permettant de couler en continu un ouvrage en béton par glissement le long de la paroi déjà réalisée
Compacité
Opération consistant à tasser mécaniquement un béton, par vibration ou pilonnage, afin d'éliminer les vides présents dans le mélange, donc d'en augmenter la compacité.
Compactage
Opération consistant à tasser mécaniquement un béton, par vibration ou pilonnage, afin d'éliminer les vides présents dans le mélange, donc d'en augmenter la compacité.
Compagnon
1. Nom usuel de l'ouvrier qualifié du bâtiment. 2. Composant Elément constitutif d'un matériau ou d'un système constructif
Composition (béton)
voir formulation.
Compression
Mode de travail d'une poutre soumise à des forces (ou actions mécaniques) qui tendent à raccourcir la poutre suivant son axe
Concassage et broyage
Le concassage est une des phases de production des granulats : après le scalpage, qui permet de trier les éléments indésirables (argile, etc), les matériaux sont concassés et broyés, c'est-à-dire fractionnés en petits morceaux
Concession
Gestion et exploitation d'un service public (de l'état ou d'une collectivité locale) cédées par contrat à un organisme privé.
Concours
Compétition entre concepteurs sur la base d'un cahier des charges qui laisse plus ou moins de place à l'initiative et à la créativité. Un jury compare les projets soumis, effectue la sélection et désigne le lauréat
Conducteur de travaux
Le conducteur de travaux est le responsable d'un chantier, ou de plusieurs chantiers ; il est secondé par des chefs de chantier, et éventuellement par des conseillers spécialisés coordinateur, ingénieurs).
Cône de Marsh
Appareil permettant de mesurer la viscosité, c'est-à-dire la capacité à s'écouler d'un coulis de ciment.
Constituant du béton
Elément entrant dans la formulation d’un béton : ciment, granulat, eau adjuvant ou addition et pigment
Constituant du ciment
Ensemble de matériaux définis par la norme NF EN 197-1 entrant dans la composition du ciment dans une proportion variant selon le type de ciment et le type de constitiants. On distingue les constituants principaux (6 à 100%), les constituants secondaires( 0 à 5%), le régulateur de prise et les additifs (0 à 1%). Les différents constituants principaux sont le clinker Portland, le laitier de haut-fourneau, les pouzzolanes naturelles, les cendres volantes, les schistes calcinés, les calcaires, les fumées de silice. (voir NF EN 197-1).
Construction durable
La construction durable consiste à limiter l'impact des bâtiments sur l'environnement, tout en leur garantissant une qualité supérieure en matière d'esthétique, de durabilité et de résistance. Elle prend en compte tout le cycle de vie des ouvrages, du choix des produits initiaux jusqu'à leur démolition et recyclage. Construire durable signifie notamment : utiliser des matériaux recyclables pour préserver les ressources naturelles, optimiser l'inertie thermique des bâtiments, intégrer des sources d'énergies renouvelables dans la conception du bâtiment
Contrainte
Densité de répartition d'une force (en Newton) sur une surface (mètre carré), se mesure en pascal. Contrôle technique voir Bureaux de contrôle
Convenance (épreuve de)
Ensemble d'essais ayant pour but de vérifier a priori qu'un béton - défini par sa formulation et fabriqué, transporté et mis en oeuvre dans les conditions du chantier - satisfera aux exigences précisées dans le marché. Cette épreuve n'est pratiquée que pour les ouvrages de génie civil.
Corniche
Partie saillante, dans notre cas, fixée le long du tablier.
Corrosion des armatures
Phénomène chimique d'oxydation altérant la surface des armatures d'acier dû, soit à une trop grande porosité du béton, soit à un enrobage insuffisant.
Coulis de ciment
Mélange fluide de ciment, d'adjuvants et d'eau destiné au remplissage des joints et des fissures, ou à l'injection dans des gaines de précontrainte.
Coulure
Défaut d'aspect d'une paroi en béton, due au ruissellement des eaux salies sur une façade.
COV
Les Composés Organiques Volatils (butane, propane, éthanol…) entrent dans la composition de nombreux produits courants comme les carburants, les peintures, les colles… Les COV regroupent une multitude de substances qui sont toujours composées de l’élément carbone auquel s’ajoutent d’autres éléments tels que l’hydrogène, les halogènes, l’oxygène, le soufre. Ils se vaporisent à une température relativement basse et peuvent contaminer l’ai
CP
Notation normalisée de ciments à teneur en sulfures limitée. Ces ciments sont essentiellement utilisés  pour les bétons précontraints.
Criblage
Le criblage intervient après le concassage et le broyage. Il s'agit de passer les graviers au crible, au tamisage, afin de purifier et d'homogénéiser le mélange et d'obtenir le niveau de granularité souhaité
Cru
Le cru est un mélange de roches finement broyées, délayées avec de l'eau. Il est dosé et homogénéisé avant d'être introduit dans le four pour fabriquer du ciment.
Culée
Appui d'extrémité de l'ouvrage, qui est généralement là pour reprendre les poussées horizontales dues à des freinages par exemple
Cure
Opération de protection du béton consistant à le maintenir dans l’état d’humidité nécessaire à son durcissement pour éviter sa dessiccation. La cure doit être mise en œuvre dès les première heures et maintenue jusqu’à plusieurs jours après le coulage
Cycle de vie
Le cycle de vie d'un produit ou d'un service est une série d'étapes prenant en compte toutes les activités qui entrent en jeu dans la fabrication, l'utilisation, le transport et l'élimination de ce produit ou service
D


Déchet
Tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon [article L 541-1.II du Code de l’Environnement]
Déclaration d'utilité publique
Acte administratif affirmant l'intérêt de la réalisation d'un ouvrage et déclenchant le début des procédures (achat des terrains nécessaires par exemple)
Déclaration environnementale
Revendication indiquant les aspects environnementaux d'un produit ou d'un service (selon l’ISO 14020). La déclaration environnementale peut être une affirmation, un symbole ou graphique qui indique un aspect environnemental d'un produit, d'un composant ou d'un emballage (ISO 14021).
Décoffrage
Opération d'enlèvement des coffrages dans lesquels a été coulé le béton, après durcissement de celui-ci. Démoulage
Décoffrant
Produit anti-adhérent - huile minérale, résine, cire ou autre agent chimique - appliqué à la brosse ou pulvérisé avant le coulage sur les banches ou peaux de coffrage, afin de faciliter le décoffrage et la réutilisation des coffrages. Démoulant.
Décompte
Opération comptable consistant à rémunérer les entreprises suivant les travaux déjà réalisés par chacune d'elles
Déformation
Rapport entre la variation des caractéristiques géométriques d'une poutre soumise à des forces et sa longueur initiale. Elle est souvent exprimée en %
Dépouille
Légère inclinaison donnée aux faces latérales d'un moule ou d'un coffrage, afin de faciliter le démoulage
Désactivant
Produit répandu sur un béton frais après mise en œuvre, afin de ralentir fortement la prise en surface en vue d'obtenir un béton à gravillons lavés ou apparents
Désactivé (béton)
Béton, soit coulé dans un coffrage sur la peau duquel on a appliqué un produit désactivant, soit lorsqu'il est coulé à plat, à la surface duquel on a appliqué, à l'état frais, un tel produit. La prise du béton est ainsi retardée en surface, ce qui permet de mettre à nu superficiellement les granulats, par lavage à l'eau puis brossage.
Dessication
Phénomène d'évaporation de l'eau contenue dans un béton. Cette phase ne doit pas intervenir trop vite, afin de ne pas interrompre les processus de prise et de durcissement.
Développement durable
La Commission mondiale sur l'environnement et le développement le définit ainsi : « c'est un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. » (rapport Brundtland, ONU, 1987). L'objectif du développement durable est de concilier 3 enjeux majeurs : la performance économique, les conséquences sociales de l'action de l'entreprise (au niveau des collaborateurs, des fournisseurs, des clients, mais aussi des communautés locales), les aspects environnementaux (comment rendre compatibles l'activité de l'entreprise et le maintien des écosystèmes)
Devis descriptif
Document préparatoire à l'établissement du devis estimatif, présentant l'inventaire des travaux à réaliser (détaillés dans le C.C.T.P.)
Devis estimatif
Document présentant les prix des ouvrages à réaliser, détaillés dans les devis descriptif et quantitatif.
Devis quantitatif
Document préparatoire à l'établissement du devis estimatif, présentant l'inventaire des matériaux et produits (détaillés dans le C.C.T.P.) à mettre en œuvre
Dilatation thermique
Allongement d'un élément dû à une augmentation de température.
Dimensionner
Déterminer par le calcul les dimensions d'une structure.
Diorite
Roche magmatique de profondeur
Dormante (phase)
Étape préalable à la prise du ciment, après son gâchage à l'eau. Pendant une durée qui va de quelques minutes à quelques heures, la pâte semble rester inchangée.
Drainant
Béton, utilisé en dallage ou en revêtement de chaussée, suffisamment poreux pour absorber l'eau de pluie et prévenir la formation de flaques.
Ductilité
La ductilité désigne la capacité d'un matériau à être étiré, étendu, courbé ou déformé sans se rompre. Un matériau ne possédant pas cette qualité est dit fragile
Durabilite
Qualité caractérisant la tenue dans le temps sans altération ni détérioration d'un matériau.
Durcissement
Étape dans l'évolution des mortiers et bétons : après la prise, le matériau passe de l'état plastique à l'état solide et acquiert sa résistance.
Durée de vie typique
Période de référence utilisée dans la définition des unités fonctionnelles des produits. Cette valeur intègre l'entretien et d'éventuelles réparations du produit de construction. Elle est une estimation faite par le fabricant à partir de valeurs d'usage. Elle correspond à la durée de vie du produit pour un usage normal et avec un entretien normal. Elle est découplée de tout système de garantie même si la valeur doit être justifiée par le fabricant. Abrev. DVT
Dynamique
Etude du mouvement d'un élément sous l'influence des forces qui lui sont appliquées
E


E/c
Grandeur exprimant le rapport entre le poids d'eau de gâchage et le poids de ciment d'un béton.
Eau de gâchage
Eau incorporée au mélange liant et granulats afin d'enclencher sa prise et de conférer au béton sa plasticité, donc son ouvrabilité. La qualité de l'eau de gâchage doit répondre à la norme NF EN 1008.
Eau efficace (teneur en eau efficace)
Quantité d’eau théoriquement disponible pour l’hydratation du ciment. Elle est égale à la différence entre la quantité d’eau totale contenue dans le béton frais et la quantité d’eau absorbable par les granulats
Ecologie industrielle
L'écologie industrielle ("resource recovery" en anglais) est une pratique du management environnemental : elle cherche à mieux intégrer les enjeux environnementaux (préservation des ressources énergétiques, des matières premières naturelles, etc.) dans la stratégie des entreprises. L'écologie industrielle s'inspire du fonctionnement quasi cyclique des écosystèmes naturels. De même que la nature connaît des cycles de production, de destruction et de recyclage, de même les déchets de certains industriels peuvent servir de matières premières ou de combustibles à d'autres industriels
Effet de serre
L’effet de serre est un phénomène de piégeage naturel de la fraction de rayonnement solaire retransmis par la surface de la terre. La terre réfléchit une partie du rayonnement infrarouge reçu du soleil. L’effet de serre est provoqué par l’accumulation de certains gaz (vapeur d’eau, gaz carbonique, méthane…) appelés gaz à effet de serre, dans l’atmosphère. Ces gaz absorbent une partie du rayonnement infrarouge réfléchit par la surface de la terre. Une partie de l’énergie solaire reste ainsi piégée dans les basses couches de l’atmosphère ce qui permet à la terre de conserver une température moyenne de 15°C. Sans effet de serre, cette température serait en effet de -18°C. Les émissions dues aux activités humaines accentuent l’effet de serre, et provoquent des modifications du climat par un réchauffement planétaire
Efflorescence (du béton)
Défaut d'aspect affectant la peau des bétons, mortiers et enduits, qui consiste en l'apparition d'un dépôt cristallin souvent blanchâtre dû à la carbonatation de la chaux
Elasto-plasticité
Propriété d'un matériau à se déformer sous l'effet d'une charge et à ne pas reprendre exactement sa forme initiale lorsque l'on relâche la charge, conservant ainsi une déformation plastique dite "résiduelle".
Electricité consommée
Electricité consommée sur l’ensemble des lignes de production. Elle est exprimée en kWh
Elingues
Câble, cordage utilisé pour le levage
Emaux de verres
Revêtement dur à base d'oxydes de plomb, nécessitant une cuisson au four.
Emballage
Matériau utilisé pour protéger et/ou contenir un produit de construction pendant le transport, le stockage, la commercialisation ou l'utilisation. Pour les besoins de la norme NF P01-010, le terme "emballage" inclut tout article qui est physiquement relié à, ou compris avec, un produit de construction ou son conteneur aux fins de le commercialiser ou de communiquer des informations à son sujet (selon l’ISO 14021)
Empilement granulaire
L'empilement granulaire n'est pas un procédé, c'est une propriété de la matière en grains de constituer un assemblage "en vrac" de compacité variable. L'optimisation granulaire est précisément le procédé (méthodologie) qui permet d'optimiser (maximiser) l'empilement des grains en minimisant l'espace intergranulaire et donc en diminuant les vides, ce qui améliore l'aptitude à l'écoulement et les résistances mécaniques du béton.
Encorbellement
Partie d'ossature qui déborde par rapport aux appuis qui la supportent.
Enduit
Revêtement superficiel (environ 2 cm pour les enduits traditionnels) constitué d'un mortier de ciment et/ou de chaux hydraulique, destiné à recouvrir une paroi, afin d'en homogénéiser la surface et de l'imperméabiliser. On distingue les enduits traditionnels (qui nécessitent trois couches), les bicouches, enfin les monocouches (à base de mortiers industriels et appliqués en deux passes)
Energie grise
Énergie qui a été nécessaire pour fabriquer, emballer, distribuer puis éliminer un produit
Energie matière
Elle correspond à la part de l’énergie primaire contenue dans les matériaux entrant dans le système non utilisés comme combustibles (par exemple la consommation de pétrole entrant dans la composition du produit fabriqué)
Energie primaire totale
Elle représente la somme de toutes les sources d’énergie qui sont directement puisées dans les réserves naturelles telles que le gaz naturel, le pétrole, le charbon, le minerai d’uranium, la biomasse, l’énergie hydraulique, la géothermie. Elle est divisée en énergie renouvelable et non renouvelable d’une part, et en énergie procédé et en énergie matière d’autre part. Énergie primaire totale = énergie non renouvelable + énergie renouvelable = énergie procédé + énergie matière
Energie procédé
Apport d’énergie nécessaire dans un processus élémentaire pour mettre en œuvre le processus ou faire fonctionner l’équipement correspondant, à l’exclusion des entrants énergétiques de production et de livraison de cette énergie
Enrobage des armatures
Épaisseur de béton (généralement de 2,5 à 4 cm en bâtiment) entre une armature et la peau de la paroi coulée, qui permet d'assurer la protection contre la corrosion du ferraillage.
Enrobés bitumineux
Les enrobés bitumineux, également appelés bétons bitumineux, se composent de gravillons, de sable, de filler et de bitume (un dérivé pétrolier), qui sert de liant. Ils sont généralement utilisés pour le revêtement de la couche supérieure des chaussées
Entraîneur d'air
Adjuvant. Introduit dans l'eau de gâchage, il provoque dans le béton ou le mortier la formation de microbulles d'air. Réparties uniformément dans le mélange, elles améliorent la résistance au gel du béton après son durcissement en freinant la circulation interne de l’eau
Entrant
Matière ou énergie entrant dans un processus élémentaire (ISO 14040)
Entretoisement
Dispositif, constitué d'une entretoise ou écarteur, d'une tige d'entretoisement et de boulons de serrage, qui sert à maintenir la distance voulue entre les deux banches à l'intérieur desquelles un béton est coulé. Syn. écarteur (de banches)
Environnement
Milieu dans lequel un organisme fonctionne, incluant l'air, l'eau, la terre, les ressources naturelles, la flore, la faune, les êtres humains et leurs interrelations (selon l’ISO 14050)
ES
Notation désignant des ciments utilisés pour les travaux en eaux à forte teneur en sulfates et conforment à la norme NF P15-319.Les ciments pour travaux en eaux à haute teneur en sulfates ont une composition minéralogique qui leur permet de conférer au béton une résistance accrue à l'agression des ions sulfate au cours de la prise et ultérieurement. NOTE Sont considérées comme eaux à haute teneur en sulfates, les solutions, autres que l’eau de mer, présentant une concentration en ions SO4-- > 600 mg/l correspondant aux classes d’exposition XA2 et XA3 de la norme NF EN 206/CN.
Eutrophisation
L’eutrophisation des eaux superficielles est l’asphyxie des milieux aquatiques par la prolifération d’algues qui, en se développant, appauvrissent les eaux en oxygène au détriment des autres espèces. Ce phénomène est généré par les rejets industriels, agricoles ,de matières nutritives (comme le phosphore, l’azote…) dans le cycle de l’eau et donc dans les eaux superficielles
É


Échantillon
Prélévement effectué afin de réaliser des essais en laboratoire
Élasticité
Propriété d'un matériau à se déformer sous l'effet d'une charge et à reprendre exactement sa forme initiale lors que l'on relâche la charge
Élastomère
Polymère ayant un fort comportement élastique (caoutchouc par ex.).
Épaufrure
Défaut de surface dû à un choc accidentel sur le parement ou l'arête d'un élément de béton durci.
Éprouvette
Pièce de forme et de dimensions normalisées, soumise à une série d'essais pour déterminer les caractéristiques des matériaux
Équivalent de sable
Test normalisé pratiqué sur un échantillon de sable afin d'en mesurer la propreté.
Étanchéité
Aptitude d'une paroi à ne pas laisser passer l'eau, l'air, les poussières, etc. Sur une façade constituée d'éléments préfabriqués, des dispositifs spéciaux permettant d'assurer l'étanchéité à l'eau et à l'air sont placés au niveau des joints
Étude d'impact
Document présentant les effets de la réalisation du projet sur l'environnement. Par exemple, l'effet visuel est obtenu à partir d'images de synthèse, élaborées à l'aide de moyens informatiques. On vérifie alors que l'ouvrage s'intègre bien dans le paysage sans le dénaturer
F


Façade
Chacune des parois extérieures verticales d'un bâtiment, désignées par sa situation géographique (façade Sud par ex.), ou par référence à l'entrée principale (façade arrière par exemple).
Faïençage
Phénomène de microfissuration régulière et superficielle de la peau des enduits et bétons, dû à un retrait superficiel trop important ou rapide
Famille de bétons
Groupe de compositions de béton pour lesquelles une relation fiable entre les propriétés pertinentes a été démontrée ; cette démonstration étant consignée par écrit et conservée
Fatigue
Contrainte que subit un matériau soumis à un chargement cyclique, se répétant au cours du temps
FDES
Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire (selon la norme NF P 01-010)
Ferraillage
Ensemble des armatures d'acier d'un élément de construction en béton armé. 2. Opération de mise en place de ces armatures dans les coffrages avant le coulage.
Fibre (béton de)
Matériau composite formé de béton ou de mortier mélangé avec des fibres métalliques, de verre ou de synthèse, dont la section est de l'ordre du millimètre et la longueur de quelques centimètres. Les bétons de fibre présentent une très bonne résistance aux chocs et un comportement à la rupture supérieur à celui des bétons courants.
Filler
Matière minérale, finement divisée destinée à remplir (de l'anglais to fill) les vides laissés par un empilement granulaire de graviers, gravillons et sables. Le terme filler se rapporte à la petite taille des grains qui le constitue. La nature chimico- minéralogique du filler peut varier, il s'agit généralement de calcaire broyé mais les cendres volantes, la fumée de silice, ou une combinaison de ces matériaux peut être urilisée comme filler. Selon la norme NF EN 12620 (granulats pour bétons), les fillers sont des granulats de taille inférieure à 0,063mm. synonyme: granulat filler ou addition minérale fine. L'utilisation des fillers dans des dosages appropriés dans la formulation des bétons permet d'améliorer les propriétés d'écoulement du béton frais et les résistances mécaniques du béton durcis.
Fines
Eléments fins – quel que soit le constituant dont ils font partie (ciment, filler, sable, addition) – dont la dimension est inférieure à 0,063 mm
Fissure
Ouverture dans le béton due à une rupture, généralement par traction
Fléau
Partie du tablier constituée de voussoirs formant deux consoles en équilibre de part et d'autre d'une pile
Flèche
Valeur du déplacement du point de la poutre présentant la déformation la plus importante sous l'effet d'un chargement en flexion
Flexion
Mode de travail d'une structure soumise à des forces (ou actions mécaniques) qui tendent à modifier la courbure de sa ligne moyenne
Floculation
Précipitation de substances en solution sous forme colloïdale
Fluage
Déformation lente que subit un matériau soumis à une charge constante et permanente
Flux de référence
Mesure des sortants nécessaires des processus, dans un système de produits donné, pour remplir la fonction telle qu’elle est exprimée par l’unité fonctionnelle (selon l’ISO 14041)
Flux élémentaire
1. Matière ou énergie entrant dans le système étudié, qui a été puisée dans l'environnement sans transformation humaine préalable. 2. Matière ou énergie sortant du système étudié, qui a été rejetée dans l'environnement sans transformation humaine ultérieure.
Flux énergétique
Entrant ou sortant d’un processus élémentaire ou d’un système de produits, exprimé en unités d’énergie
Fondation
Partie de la structure transférant les efforts au sol. Les fondations peuvent être superficielles, semi- profondes ou profondes suivant le niveau du terrain sur lequel elles s'appuient. Les fondations d'un ouvrage assurent la transmission et la répartition des charges et donc l'assise du bâtiment. Elles sont coulées en béton. La conception des fondations doit leur permettre de porter la construction en évitant tout risque de déplacement vertical ou latéral
Fonte
Alliage de fer et de carbone, à forte teneur en carbone (2,5 à 4,5 %).
Force
Action mécanique qui peut avoir pour conséquence de déformer un objet, de modifier sa trajectoire ou sa vitesse ou de le maintenir au repos. Son application peut être localisée en un point ou répartie sur sa surface
Formation d'ozone photochimique
Regroupe toutes les émissions dans l’air susceptibles de conduire à la formation d’ozone dans les basses couches de l’atmosphère par réaction photochimique (réaction utilisant l’énergie du rayonnement solaire)
Formulation
Opération consistant à définir le dosage des divers constituants d’un béton, afin de satisfaire aux exigences de résistances et d’aspect souhaitées.
Fragile
Comportement d'un matériau à rompre très rapidement dès le dépassement de sa limite élastique
Frontière du système
Interface entre un système de produits et l'environnement ou d'autres systèmes de produits (ISO 14040)
Fumée de silice
Constituant éventuel des ciments et/ou addition éventuelle des bétons, composé de particules vitreuses et sphériques très fines .La fumée de silice provient de la réduction de quartz de grande pureté par du charbon dans des fours à arc électrique utilisés pour la production de silicium et d'alliages de ferrosilicium ; elle est formée de particules sphériques très fines (environ 0,001 mm) contenant au moins 85 % en masse de dioxyde de silicium amorphe. La teneur en silicium élémentaire, si elle est déterminée conformément à l’ISO 9286, ne doit pas être supérieure à 0,4 % en masse.
G


Gabarit fluvial
Espace compris entre l'ouvrage et la surface de l'eau qui doit rester libre (sans aucun obstacle) pour permettre la circulation des bateaux. On parle également de gabarit routier et ferroviaire
Gabion
Enceinte cylindrique ou parallélépipédique, remplie de matériaux afin d'assurer sa stabilité. Dans notre cas, l'enceinte de ces gabions est réalisée à l'aide de palplanches
Gâchage
Phase de la fabrication des bétons au cours de laquelle sont mélangés les différents constituants. voir aussi Malaxage.
Gâchée
Quantité de béton frais obtenue en une seule opération de malaxage.
Gaine
Tube de protection, enveloppe cylindrique
Gaz à effet de serre
Gaz comme le dioxyde de carbone, l’ozone, le dioxyde d’azote, l’oxyde nitreux, le méthane et la vapeur d’eau présents dans l’atmosphère qui absorbent les rayons solaires et produisent de la chaleur, et sont donc un catalyseur de l’effet de serre
Gelivité
Sensibilité d'un matériau au gel (températures négatives). La durabilité des bétons peut être affectée par les cycles de gel et dégel ainsi que par les sels de déverglaçage, du fait de leur porosité plus ou moins importante. L'utilisation d'un entraîneur d'air permet d'améliorer la tenue au gel d'un béton.
Geotextile
Textile tissé (fils entrecroisés) ou non-tissé (nappe de fibres), perméable à l'eau, qui retient les particules fines transportées par l'eau.
Gommage
Opération de sablage extrèmement fin d'une surface de béton pour en homogénéiser l'aspect ou le nettoyer
Goulotte
Plan incliné à rebords latéraux formant un toboggan, placé à l'arrière des toupies, qui permet d'alimenter le chantier en béton
Gouvernance
La gouvernance d'entreprise est constituée de l'ensemble des mécanismes d'orientation, de contrôle et d'évaluation qu'elle met en place. De façon plus précise, ce terme peut également désigner les règles de fonctionnement du conseil d'administration et du conseil de surveillance
Granularité
Distribution dimensionnelle des grains d'un mélange granulaire obtenue par l’analyse granulométrique. 2. Distribution et proportion relative des différents granulats composant un béton.
Granulat artificiel
Granulat d’origine minérale résultant d’un procédé industriel comprenant des transformations thermiques ou autres
Granulat courant
Granulat ayant après séchage à l’étuve, une masse volumique > 2 000 kg/m3 et < 3 000 kg/m3
Granulat léger
Granulat de masse volumique inférieure à 2000 kg/m3
Granulat lourd
Granulat de masse volumique supérieure à 3000 kg/m3
Granulat naturel
Granulat d’origine minéral n’ayant subi aucune transformation autre que mécanique
Granulat recyclé
Granulat obtenu par traitement mécanique d’une matière inorganique inherte précédemment utilisée dans la construction. En général, cette matière provient de la déconstruction des bâtiments et d'ouvrages de génie civil.
Granulats
Constituant du béton. Ensemble de grains minéraux que l'on désigne, suivant leur dimension qui est comprise entre 0 et 125 mm (la dimension est la longueur du côté de la maille carée du tamis à travers laquelle le grain peut passer) : fillers, sablons, sables ou gravillons. Il existe différents types de granulats : maritimes, fluviaux ou terrestres. On distingue les granulats naturels - issus de roches meubles ou massives lorsqu'ils ne subissent aucun traitement autre que mécanique - les granulats artificiels - lorsqu'ils proviennent de la transformation thermique ou mécanique de roches ou minerais- et les granulats recyclés. Le terme de granulat a remplacé, dans les normes, celui d'agrégat.
Granulométrie
Mesure de la granularité d'un granulat, c'est-à-dire de l'échelonnement des dimensions des grains qu'il contient, par passage de celui-ci à travers une série de tamis à mailles carrées dont les dimensions sont normalisées
Gravillons
Granulat constituant du béton, dont les grains ont une dimension comprise entre 1 et 125 mm (voir granulat).
Grenaillé (béton)
Béton dont la peau a subi, après durcissement, une projection violente de grenaille, c'est-à-dire de petites billes d'acier de dimension inférieure à 1 mm. Ce procédé décape le parement et produit un effet qui rappelle celui du sablage, en plus rugueux.
Gros œuvre
Ensemble des ouvrages d'un bâtiment qui composent son ossature et assurent sa stabilité
Gypse
Roche monominérale cristallisée d’origine sédimentaire formée de sulfate de calcium hydraté (CaSO4, 2H2O) utilisée comme régulateur de prise dans les ciments. Les gisements naturels peuvent contenir dune proportion non négligeable d'anhydrite (sulfate de calcium anhydre: CaSO4). Seul le gypse (sulfate de calcium hydraté) est utilisé dans la fabrication du plâtre pour former du semi- hydrate (CaSO4, 0,5H2O).
Gypse de synthèse
Sous produits de différents procédés de l'industrie chimique. En fonction du procédée générateur, le sulfate de calcium peut éventuellement contenir des impuretés néfastes au ciment. L'utilisation de gypse chimique permet de limiter le recours à des ressources naturelles non renouvelables. Les principales sources de gypse chimique sont les suivantes : l'acide phosphorique, les autres acides minéraux (acide citrique...), la désulfuration des gaz, la neutralisation des eaux acides (acide sulfurique) des industries du dioxyde de titane.
H


Hauban
Câble utilisé pour supporter, par exemple, le tablier d'un pont ou une toiture suspendue
Haubanage
Mise en place des haubans entre le tablier du pont et les pylônes.
HLM
Habitation à Loyer Modéré
Homogène
Qualifie un matériau dont les caractéristiques (physiques ou chimiques) sont identiques en tout point. Opposé : hétérogène
Homogénéité (du béton)
Caractère d'un béton, qui désigne la qualité de cohésion entre ses divers constituants et la régularité de leur mélange. L'homogénéité conditionne l'uniformité des propriétés physiques et chimiques du béton (résistance, porosité, aspect de surface, etc.)
Hors d'eau
Mise à sec d'une plate-forme de travail
Hourdis
Corps creux de remplissage, en béton, terre cuite ou polystyrène, posé entre les poutrelles d'un plancher. Les hourdis en béton servent généralement de coffrage à une dalle de compression solidaire des poutrelles ; dans d'autres cas, ils intègrent la dalle de compression et sont porteurs. Les hourdis en polystyrène, spécialement adaptés aux planchers sur vide sanitaire et hauts de cave, assurent une isolation thermique performante. Syn. entrevous
Huilage
Le coffrage est parfaitement nettoyé et ensuite huilé avant la mise en place de la cage d'armature et le bétonnage, afin que le béton n'adhère pas aux parois lors du décoffrage, une fois qu'il a fait prise
Hydratation des ciments
L'hydratation est l'ensemble des réactions chimiques qui s'effectuent lors et après le mélange du ciment avec l'eau. Celles-ci sont régies par les phénomènes de dissolution- précipitation et entrainent, après une période dite "dormante" (dissolution des aluminates et des silicates), la prise puis le durcissement du ciment. Ces réactions s'accompagnent d'un dégagement de chaleur plus ou moins important selon le type de ciment.
Hydrate
Composé formé par une hydratation
Hydraulicité
Faculté d'un matériau minéral finement broyé de réagir chimiquement avec l'eau et de former une pâte qui fait prise et durci sous l'eau
Hydraulique
Matériau qui a la propriété, en présence d’eau, de faire prise et de développer des résistances mécaniques, même sous l’eau
Hydrofuge
Adjuvant. Produit qui améliore l'étanchéité du béton. Hydrofuge de masse : Adjuvant introduit dans l'eau de gâchage, il réduit, après le durcissement du béton, l'absorption de l'eau par capillarité, et donc améliore l'étanchéité. Hydrofuge de surface : Adjuvant. Appliqué à la brosse ou pulvérisé sur la peau du béton après durcissement, il l'imperméabilise superficiellement.
Hydrolyse
Décomposition chimique d'une substance par l'action directe ou indirecte de l'eau.
I


ICV
Inventaire du cycle de vie
Ignifuge
Matériau ou produit qui empêche ou retarde l'inflammation d'un objet naturellement combustible. Les propriétés ignifuges peuvent venir soit de l'adjonction de produits chimiques dans la masse des matériaux, soit par enduction ou application superficielle d'un produit ignifugeant.
Impact environnemental
Toute modification de l’environnement, négative ou bénéfique, résultant totalement ou partiellement des activités, produits ou services d’un organisme
Impression
Obtention d'un motif sur un parement à l'aide d'empreintes réalisées sur un béton frais.
Incrustation
Opération consistant à insérer des éléments décoratifs - galets, verre, plaques métalliques, céramiques... - dans le béton, soit avant le coulage en fond de coffrage, soit après le décoffrage, à l'intérieur de réservations ménagées à cet effet.
Inertie thermique
Ce terme désigne la capacité pour un matériau d'accumuler et de stocker de l'énergie calorifique pour ensuite la restituer en un temps plus ou moins long
Insert
Elément fixé à l'intérieur du coffrage avant le coulage du béton, destiné à assurer une fonction ultérieure dans la pièce produite : douille de fixation, rail d'ancrage, pièce de manutention, plaque de soudage, élément de levage, etc.
Inventaire de cycle de vie
Phase de l'analyse de cycle de vie (ACV) impliquant la compilation et la quantification des entrants et des sortants, pour un système de produits donné, au cours de son cycle de vie (ISO 14040)
IUT
Institut Universitaire de Technologie
J


Jeu fonctionnel
Espace libre conçu pour permettre que les éléments préfabriqués puissent subir des variations dimensionnelles (dilatation, retrait) sans subir de contraintes et afin de pouvoir mettre en place et régler les éléments à leur emplacement définitif sur l'ossature du bâtiment
Jeune âge (béton au)
Expression indiquant la phase au cours de laquelle les propriétés chimiques et physiques du béton, en cours de prise et en début de durcissement, évoluent rapidement. Cette terminologie ne fait pas l'objet d'une normalisation.
Joint
Un joint désigne soit le garnissage ou le calfeutrement d'un interstice entre 2 éléments de construction, soit une solution de continuité voulue, c'est-à-dire une rupture rectiligne dans un ouvrage, qui absorbe des différences de mouvement ou de comportement
Joint de dilatation
Joint de structure, qui divise un ouvrage en plusieurs parties indépendantes de dimensions limitées, afin de reprendre les divers mouvements de la construction et éviter ainsi une fissuration diffuse
Joint de retrait
Joint dont la fonction est de reprendre le retrait lié à la prise du matériau, en concentrant la fissuration sur la ligne de faiblesse structurelle qu'il forme. Il est réalisé soit par réservation avant le coulage (baguette), soit par scellement de profilés perdus dans le support, soit par sciage a posteriori.
Joint de rupture
Joint de structure ménagé entre deux parties distinctes d'une même construction, afin que les divers mouvements de chacune d'elles ne soient pas transmis à l'autre
L


Laitance
Mélange très fluide de ciment, d'éléments fins et d'eau, qui a tendance à migrer vers la peau et à couler dans les irrégularités, trous et interstices des moules, créant en surface des taches et auréoles dues à l'enrichissement en grains de ciment.
Laitier de Haut Fourneau
Les Laitiers de haut-fourneaux, sont des matériaux majoritairement vitreux, sous-produits de l’élaboration de la fonte résultant de la réduction des minerais de fer (Hématite Fe2O3 ou Magnétite Fe3O4) par le coke (combustible et agent réducteur) pour obtenir de la fonte (alliage de fer-Carbone, saturé en carbone ; Fonte = pig-iron). Les minerais de fer étant toujours associés à une gangue d’oxydes et de silicates, ceux- ci forment des scories qui en s’agglomérant par fusion sous l’effet de la température. En effet, lors du processus métallurgique, la température de chauffe du haut fourneau est telle que l’on atteint la fusion des matériaux. La fonte présente une densité de 7 alors que le laitier est autour de 3, ainsi les deux liquides en fusion initialement réunis se séparent par densité, la fonte restant à la base du four et le laitier (liquide silicaté fondu) constituant le « surnageant » à la partie supérieure, ce qui permet de l’éliminer facilement par une « veine » qui permet l’écoulement du liquide en fusion sur un éclateur puis dans une fosse à eau où il subit un refroidissement très rapidement (trempe) et se solidifie pour donner un matériau vitreux disponible sous forme de sable. Les laitiers de hauts fourneaux présentent un hydraulicité potentielle qui nécessite une activation calcique ou sulfo-calcique et qui confère aux ciments en contenant une stabilité accrue aux agents chimiques agressifs. Une fois broyé finement le laitier vitrfié de haut fourneau peut être un constituant proincipal du ciment autre que le clnker ou introduit comme addition au béton.
Laminer
Laminer signifie réduire une masse en feuilles, en lames ou en barres minces
Lasure
Solution translucide, le plus souvent à base de copolymères, appliquée au rouleau, utilisée pour protéger et décorer le béton. Généralement colorée, elle laisse transparaître la matière de la peau du béton.
Levée
Hauteur mise en oeuvre, hauteur de coffrage par passe
Liant
Qui est propre à lier, à maintenir ensemble différents éléments, à assurer leur cohésion ou leur union. Matière minérale ou organique dont la fonction première est de lier entre eux des éléments inertes pour assurer leur cohésion.
Liant hydraulique
Matière finement broyée qui réagit avec l'eau pour former une pâte qui fait prise et durci sous l'eau
Lissage
Finition d'un parement non coffré de béton pour obtenir une surface lisse (talochage ou finition à la lisseuse)
M


Maître d'ouvrage
Personne physique ou morale, pour qui des travaux sont exécutés et qui en assure le paiement. Il choisit le maître d'oeuvre (parfois sur concours), s'entend avec lui sur un avant projet, puis sur un projet et sur les solutions techniques proposées
Maître d'œuvre
Personne physique ou morale chargée de la conception de l'ouvrage et du suivi des travaux pour le compte de son client (maître d'ouvrage) : en général, il s'agit d'un architecte.
Malaxage
Phase de la fabrication des bétons, au cours de laquelle sont mélangés les divers constituants dans une bétonnière ou un malaxeur.
Malaxeur
Machine fixe servant à fabriquer du béton. Elle comporte une cuve équipée de palettes tournant sur un axe généralement vertical. Le malaxeur permet une meilleure homogénéité du mélange qu'une bétonnière.
Manchon
Tube souple (également appelé " manche ") placé en partie inférieure d'une benne de chantier, qui permet de déverser le béton à l'intérieur de banches tout en limitant sa hauteur de chute.
Mannequin
Outil destiné à faire des réservations dans des éléments préfabriqués ou dans des pièces en béton banché.
Massif
Elément en béton armé de volume important
Massif de fondation
Elément en béton armé de volume important constituant une fondation
Matériau recyclé
Matériau qui a fait l’objet d’une nouvelle mise en œuvre à partir d’un matériau récupéré (pour valorisation) au moyen d’un processus de fabrication et transformé en produit fini ou en composant pour être intégré à un produit
Matière récupérée
Toute matière première prélévée dans un stock (NF P01-010)
Matières et énergies récupérées
Les matières et énergie récupérées correspondent aux co-produits et aux produits valorisés en fin de vie. Comme les matières secondaires consommées dans le cycle de vie du produit, elles apparaissent ou non en sortie de l’inventaire suivant le choix méthodologique qui leur a été appliqué (NF P01-010)
Matrice
Panneau de matière souple doté de motifs décoratifs en creux ou en relief, servant en peau de coffrage ou fond de moule pour couler des parois en béton architectonique
Maturation du béton
Opération qui consiste à accélérer le durcissement du béton, le plus souvent par un traitement thermique, afin de pouvoir décoffrer plus rapidement. Ce traitement permet de diminuer la durée du cycle de fabrication d'une pièce
Mémoire
État récapitulatif des travaux déjà exécutés pour en demander le paiement
Métreur-économiste de la construction
Spécialiste qui détermine le coût réel des ouvrages de bâtiments et de travaux publics
Meulage
Opération d'affûtage ou de ponçage à la meule. S'agissant du béton, on le pratique sur la peau, après durcissement, pour obtenir les finitions suivantes : grésée, adoucie et polie.
Meule
Outil abrasif plat et cylindrique, en pierre naturelle ou reconstituée, monté sur un axe de rotation et destiné à affûter, aiguiser, poncer ou polir
Modénature
Proportion et disposition de l'ensemble des éléments, des moulures et des membres d'architecture qui caractérise une façade
Module de finesse
Valeur, exprimée en pourcentage, qui rend compte de la granularité d'un granulat, en réalité surtout utilisée pour les sables. Son calcul est effectué à la suite du passage du granulat à travers une série normalisée de tamis
Module d’élasticité
Une des caractéristiques physiques d’un matériau solide. Il caractérise sa déformabilité sous sollicitation normale (compression ou traction)
Monolithique
Ouvrage constitué d'un seul tenant en béton armé ou précontraint sans joint, parfois même sans reprise
Mortier
Mélange de ciment, de sables et d'eau, éventuellement complété par des adjuvants et des additions. Il se distingue du béton par son absence de gravillons. Préparés sur le chantier - à partir de mortier industriel sec prédosé ou en dosant et mélangeant tous les constituants - ou livrés sur place depuis une centrale, les mortiers sont utilisés pour la réalisation de joints, d'enduits, de chapes et pour divers travaux de scellement, reprise et bouchage
Moulabilité
Aptitude du béton frais à épouser les formes d'un coffrage ou d'un moule et à en garder la mémoire, à l'état durci, après décoffrage ou démoulage
Moule
Modèle en creux dans lequel on coule un matériau fluide - en l'occurrence le béton - qui, après durcissement et retrait du coffrage, aura pris sa forme. Les moules sont métalliques, en bois ou en diverses matières de synthèse
N


Nanotechnologies
Ensemble des procédés de fabrication, de caractérisation et de manipulation de structures, de dispositifs et de systèmes matériels à l'échelle du nanomètre (10-9 m). Pour être reconnu à l'état nanoparticulaire, un matérau pulvérulent doint contenir au moins 50% en nombre de particules isolées de taille inférieure à 100nm, soit 0,1um.
Nettoyage du béton
Opération consistant à éliminer, après le décoffrage ou avant la livraison de l'ouvrage, les éventuelles salissures dues au chantier : ruissellements accidentels, projections de mortier, traces de rouille, etc.
Nivellement
Égalisation de la surface d'un terrain, etc.
Norme
Une norme désigne un ensemble de spécifications techniques décrivant un objet, un être ou une manière d’opérer. Une norme est un état de l'art partagé par tous et dont la rédaction a fait l'objet d'un consensus. Il en résulte un principe servant de règle et de référence technique garantissant les meilleures conditions d'utilisation d'un produit ou d'une technique. Une norme n'est pas obligatoire, son adhésion est un acte volontaire. Certaines sont rendues obligatoires par un texte réglementaire ou décret de loi. On distingue les normes produits des normes d'applications.
Note de calculs
Document regroupant les calculs nécessaires au dimensionnement des ouvrages
O


Organisation de chantier
L'organisation de chantier consiste à prévoir toutes les ressources nécessaires en moyens humains, matériels et matériaux
Ossature
Ensemble des éléments porteurs d'un ouvrage
Ouvrabilité
Qualité rendant compte de l'aptitude d'un béton à être mis en oeuvre. Consistance. Pour les bétons courants, on l'apprécie par une valeur de consistance, qui est déterminée par l'affaissement au cône d'Abrams. Il permet de distinguer quatre classes normalisées de béton : ferme (F), qui correspond à un affaissement inférieur à 4 cm ; plastique (P) - affaissement 5 à 9 cm ; très plastique (TP) - affaissement 10 à 15 cm ; enfin fluide (FL), pour un affaissement supérieur à 16 cm. Syn. maniabilité.
Ouvrage d'art
Désigne une construction importante de travaux publics : pont, tunnel, barrage, etc
P


Palplanches
Profilés métalliques, qui, une fois assemblés entre eux, servent d'écran de protection vis-à-vis de venues d'eau et/ou d'éboulement possible de sol. On parle d'écran souple, car ces éléments peuvent se déformer sous l'action des charges qui leur sont appliquées. Les palplanches sont souvent utilisées aussi pour l'aménagement des berges de fleuves et rivières
Parement
Face d'un élément de construction conçue pour rester apparente, qui peut faire l'objet de nombreux traitements mécaniques ou chimiques
Parpaing
voir bloc béton.
Pâte de ciment
Mélange dans des proportions définies par les normes (pâte pure) de ciment et d'eau, réalisé pour différents essais relatifs aux caractéristiques du ciment comme par exemple la norme NF EN 196-3 sur la détermination du temps de prise et de la stabilité.
Patio
Cour ou petit jardin clos dans une construction
Peau de coffrage
Surface interne du moule dans lequel est coulé le mélange. Sa qualité et son aspect déterminent ceux de la peau du béton
Peau du béton
Surface externe d'un élément de construction, qui peut faire l'objet de nombreux traitements afin de modifier l'apparence du béton.
Permis de construire
Document administratif délivré par la mairie qui donne l'autorisation de construire un ouvrage sur un lieu défini en respectant un certain nombre de prescriptions locales.
Personne morale
Une personne morale est un organisme (HLM, entreprise…) ou une administration (mairie, état…)
Pervibrateur
Outil, couramment appelé " aiguille vibrante ", permettant la vibration interne, sur le chantier, d'un béton frais venant d'être coulé. Il s'agit d'un tube métallique (contenant un moteur et un élément vibrant), d'un diamètre de 25 à 100mm, que l'on plonge manuellement dans le béton
Pieu
Fondation s'appuyant sur une couche de sol située à une grande profondeur. La fondation est dite profonde, lorsqu'à partir d'une profondeur de 3 m, le quotient de la hauteur de la fondation sur sa largeur est supérieur à 6. Syn. Fondation profonde. Fondation spéciale
Pigment
Produit colorant broyé en poudre, introduit dans le mélange des constituants des mortiers et bétons pour les teinter dans la masse. Il s'agit essentiellement d'oxydes minéraux ou métalliques, ou de poudres organiques de synthèse
Pile
Appui intermédiaire du tablier de pont.
Plan d'exécution
Ensemble des plans nécessaires à la réalisation des ouvrages.
Planning
Ordonnancement dans le temps des différentes tâches à réaliser sur un chantier, avec leurs durées respectives. Par extension, nom donné au document qui contient ces informations
Plaques de plâtre
Les plaques de plâtre sont des composants industrialisés du bâtiment. Elles sont fabriquées en usine à partir du plâtre gaché avec des adjuvants enfermés dans des feuilles de cartons, ce qui permet de composer des éléments de faible épaisseur. Elles se posent par vissage ou par collage avec un mortier adhésif.
Plasticité
Propriété d'un matériau à se déformer sous l'effet d'une charge et à conserver exactement sa forme déformée lorsque l'on relâche la charge
Plastifiant
Adjuvant. Introduit dans l'eau de gâchage, il améliore l'ouvrabilité d'un béton en diminuant les frottements entre les grains du mélange
Plate-forme offshore
Une plate-forme offshore est un ouvrage situé en mer servant, le plus souvent, à l'extraction du pétrole
Plâtre
Le plâtre est un matériau de construction obtenu à partir d'une roche appelée gypse, déshydratée par cuisson et broyée. Il peut être utilisé sous forme de pâte ou de plaque. Mélangé avec de l'eau, il forme un gel et fait prise en quelques dizaines de minutes pour durcir ensuite. Il est majoritairement destiné aux travaux intérieurs : enduits sur murs et plafonds, cloisons sèches et doublages sous forme de carreaux ou de plaques de plâtre. Ses propriétés sont nombreuses : isolation thermique, régulation de l'hygrométrie (humidité de l'air), isolation acoustique et résistance au feu
PM, abréviation pour " prise mer "
Désignation normalisée de ciments pour les travaux réalisés en environnement marin et conforment à la norme NF P15-317 (Ciments pour travaux à la mer).
Polystyrène expansé
Thermoplastique utilisé sous forme expansée comme isolant thermique (mousse de polystyrène).Il est mis en forme par moulage en plaques ou panneaux, ou par extrusion et usinage sous des formes diverses. Abrev. PSE
Pompage
Procédé d'acheminement du béton, poussé depuis une trémie d'alimentation vers le lieu de coulage, à travers des tubes. Il permet de parcourir des distances horizontales pouvant atteindre 400 m (voire 1,5 km) et des distances verticales de 100 m (voire 300 m)
Pompe à chaleur géothermique
Une pompe à chaleur est un dispositif thermodynamique permettant de transférer la chaleur du milieu le plus froid vers le milieu le plus chaud, alors que spontanément la chaleur se diffuse du plus chaud vers le plus froid jusqu'à l'égalité des températures. La pompe à chaleur géothermique utilise la chaleur du sol selon ce principe
Pont à arches
Type de pont dont le tablier est supporté par une arche composée de voussoirs et d'une clef de voûte
Pont à haubans
Type de pont dont le tablier est suspendu par l'intermédiaire de câbles appelés haubans. Ces câbles sont ancrés dans des pylônes situés de chaque côté de la travée centrale
Pont à poutres
Type de pont dont le tablier repose est supporté pas des poutres qui s'appuient sur des piles
Pont suspendu
Type de pont dont le tablier est supporté par un câble ancré de part et d'autre du pont
Porosité
Volume des vides d'une matière poreuse. On la mesure par un pourcentage rapportant le volume de pores emplis d'eau ou d'air par unité de volume du matériau
Portée
Distance entre deux appuis consécutifs
Portland (ciment)
Le ciment Portland est un nom générique qui désigne les ciments hydrauliques courants, contenant au moins 50% de clinker de ciment Portland. Ils sont obtenus par mouture de clinker résultant de la cuisson d'un mélange précis de calcaire, de silice et d'alumine et éventuellement d'autres constituants. Le nom Portland provient d'une presqu'île de Grande-Bretagne où était extrait un calcaire de couleur grise d'aspect analogue au ciment.
Post-tension
Technique de précontrainte consistant à mettre en tension les armatures de précontrainte - qui sont constituées de câbles d'acier à haute limite d'élasticité (HLE) coulissant à l'intérieur de conduits ou de gaines - après le durcissement du béton, par actionnement progressif de vérins
Poteau
Elément vertical portant la structure située au-dessus de cet élément. Les efforts appliqués le mettent en compression
Poussage en escalier
Le tablier de chacun des viaducs est poussé par des vérins en respectant une pente, et déplacé par palier correspondant à une longueur de voussoir
Poutre
Elément porteur horizontal et linéaire faisant partie de l'ossature d'un plancher de bâtiment ou d'un tablier de pont. Une poutre reçoit des actions mécaniques, et les transmet sur des appuis. Plus généralement, au sens de la résistance des matériaux, une poutre est un élément de forme élancée, de section constante.
Poutrelle
Élément de construction préfabriqué en béton armé ou précontraint. Ce composant industrialisé de faible section est utilisé pour constituer la structure de planchers en béton
Pouzzolane naturelle
La pouzzolane naturelle est une roche naturelle de composition silico- alumineuse et de texture majoritairement vitreuse généralement d'origine volcanique. Il existe toutefois des pouzzolanes d'origine sédimentaire (Diatomite, radiolarite, Gaize) et des pouzzolanes artificielles (cendres volantes, argiles calcinées, ...). Les pouzzolanes développent par hydratation en présence de chaux des hydrates liants de nature analogue à ceux du clinker. Elles sont reconnues comme constituant principal des ciments autre que le clinker. Le terme pouzzolane tire son nom de Pouzzole, une localité près de Naples en Italie, riche cendres volcanqiues issues du Vésuve.
Pouzzolanique (matériau pouzzolanique)
Matériau qui a la propriété, en présence d’eau et de calcium réactif, de réagir avec l'eau et de former des hydrates liants (C-S-H).
Prédalle
Élément de construction préfabriqué en béton armé ou précontraint, de faible épaisseur (de 5 à 12 cm) pour une largeur d'environ 2,50 m. Les prédalles servent à la fois de coffrage et d'armature pour les dalles pleines en béton : elles sont complétées par un béton coulé sur le chantier, de façon à constituer des dalles dont l'épaisseur totale varie, selon leur portée, de 16 à 20 cm
Préfabricant
Industriel dont l'activité consiste à préfabriquer des éléments en béton
Préfabrication
Réalisation de composants de construction en béton (poteaux, poutres, panneaux de façade, blocs, poutrelles, prédalles, dalles alvéolées, etc.) hors de leur emplacement définitif, en usine ou sur un site à proximité de l'ouvrage
Prétension
Technique de précontrainte d'éléments préfabriqués, nommée également " par fils adhérents ", consistant à mettre en tension les armatures de précontrainte avant le coulage du béton. Après durcissement de celui-ci, on libère la tension de l'armature, qui se transmet au béton par adhérence des fils ou torons en engendrant, par réaction, sa mise en compression.
Prise du ciment
La prise du ciment n’est pas un séchage de la pâte après ajout de l’eau ; il s’agit d’un ensemble de réactions chimiques d’hydratation permettant le passage de la pâte de ciment (ciment additionné d’eau) de l’état liquide (plastique) à l’état solide (rigidification). Le temps de prise se mesure sur une pâte de constistance normalisée à l'aide de l'aiguille de Vicat (NF EN 196-3)
Processus élémentaire
Plus petite partie d'un système de produit pour lequel les données sont recueillies lors de l'analyse du cycle de vie (ISO 14040)
Produit de construction
Tout produit fabriqué en vue d'être incorporé, assemblé, utilisé ou installé de façon durable dans des ouvrages tant de bâtiment que de génie civil. (selon la Directive CE89/106 – décret 92-647 du 8/07/1992)
Produit démoulant
Produit anti-adhérent – huile minérale, résine, cire ou autre agent chimique – appliqué à la brosse ou pulvérisé avant le coulage sur les banches ou peaux de coffrage, afin de faciliter le décoffrage et la réutilisation des coffrages
Profil en long
Dessin d'un ouvrage dans son ensemble, vu de côté suivant sa plus grande longueur
Profil en travers
Coupe transversale d'un ouvrage, définissant la géométrie suivant son épaisseur
Protocole de kyoto
Le Protocole de Kyoto vise à lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz carbonique. Entré en vigueur en février 2005, il a été ratifié par plus de 150 pays, à l'exception notamment des Etats-Unis. Ce protocole prévoit d'ici 2012 une réduction globale de 5,2 % des émissions de CO2 des pays industrialisés par rapport aux émissions de 1990
Prototype
Premier exemplaire d'un modèle construit avant la fabrication en série
PVC
Le Poly-Chlorure de Vinyle est un matériau synthétique utilisé couramment pour fabriquer des tuyaux (canalisation d'eau potable…) ou des menuiseries (fenêtres, volets...)
Q


Quota de CO2
Ce mécanisme détermine, pour une période donnée, une limite quantifiée d'émissions pour les entreprises (1 quota = 1 tonne de CO2) et donne à celles qui ne peuvent respecter cette limite la possibilité d'acheter des droits à des entreprises « vertueuses », en situation excédentaire de quotas. Les quotas de CO2 peuvent être échangés : de gré à gré entre 2 industriels qui en négocient le prix, ou sur l'une des "bourses carbone" créées en Europe. Les quotas d'émission de gaz à effet de serre ont été mis en place en 2003 par une directive européenne actuellement en cours de révision. Elle vise à réguler les émissions de CO2 dans les pays de l'Union européenne pour 5 secteurs industriels : la production d'électricité, l'acier, le raffinage, le papier, l'industrie minérale (ciment, verre, chaux).
R


Ragréage
Opération d'enduction partielle d'une maçonnerie ou d'un voile à l'aide d'un mortier fin. On y a recours pour obturer le bullage, les épaufrures et les défauts de surface éventuels consécutifs au décoffrage, et obtenir un parement lisse
Rapport eau/ciment
(e/c) Rapport de la teneur massique en eau à la teneur massique en ciment de la pâte de ciment. Pour les mortiers et les bétons, on parle de rapport Eeff (Eau efficace)/Liant equivalent pour tenir compte de la part d'eau absorpbée par les granulats et la possibilité de substituer le ciment par son liant equivalent ciment + addition (C=kA). (Voir NF EN206)
Réception des travaux
Visite et procédure par lesquelles le maître d'ouvrage, assisté du maître d'œuvre, vérifie la conformité des ouvrages réalisés vis-à-vis du C.C.T.P
Réception sur chantier
Opération consistant à contrôler les pièces lors de leur livraison sur le chantier ; c'est un représentant de l'entreprise effectuant la pose des éléments qui contrôle les pièces livrées par le préfabricant
Recyclable
Caractéristique d’un produit, d’un emballage ou d’un composant associé qui peut être collecté, traité et remis en usage sous la forme de matière première ou de produits
Recyclage matière
Recyclage par d'autres moyens que le recyclage organique (NF EN 13193)
Réducteur d'eau
Adjuvant. Introduit dans l'eau de gâchage, il réduit, à ouvrabilité constante, la teneur en eau, et par conséquent augmente les résistances mécaniques des bétons, mortiers et coulis
Réglage
Opération consistant à positionner de façon satisfaisante un élément (alignement, niveau, verticalité)
Règle vibrante
Outil permettant la vibration externe de chapes et dalles de béton, constitué d'un profilé métallique équipé d'un vibrateur, que l'on fait glisser sur la surface à traiter.
Remontée capillaire
Phénomène physique de remontée d'humidité depuis les fondations par capillarité des constituants d'une paroi
Reprise
La reprise, dans le domaine de la construction, désigne la réfection d'un bâtiment dégradé ou non conforme aux normes de sécurité
Reprise du bétonnage
Étape de la mise en place du béton, postérieure à l'arrêt de coulage. Elle donne souvent lieu à des dispositions particulières : armatures en attente, aciers de couture, repiquage de la surface
Réservation
Cavité ménagée dans une paroi ou une dalle, avant ou lors du coulage, en prévision du passage de conduit ou de la pose d'un équipement ou de la réalisation d'un clavetage
Résistance caractéristique
Valeur de résistance du béton (ou du ciment) en dessous de laquelle peuvent se situer 5 % de la population de tous les résultats des mesures de résistance possibles effectués pour le volume de béton considéré
Résistance d’un béton
Ensemble des caractéristiques de comportement sous les sollicitations de compression, traction et flexion. En France, elle est conventionnellement vérifiée pour les ouvrages en béton vingt-huit jours après leur mise en place. Aux États-Unis, ce délai est de cinquante-six jours.
Résistance mécanique d’un béton
Comportement d’un béton sous différentes sollicitations mécaniques
Résonnance
Augmentation de l'amplitude d'une vibration.
Ressource non renouvelable
Ressource qui existe en quantité fixe en différents points de la croûte terrestre et qui ne peut pas être renouvelée sur une échelle de temps humaine. Les ressources non renouvelables ne peuvent potentiellement se renouveler que par des procédés géologiques, physiques et chimiques, qui se déroulent sur plusieurs milliers d’années
Ressource renouvelable
Ressource qui est soit cultivée, soit naturellement renouvelée ou régénérée, à une vitesse qui excède la vitesse d’épuisement de cette ressource, et cela, moyennant une gestion correcte de la ressource (NF P01-010)
Ressources abondantes
Certaines matières présentes sur terre sont constituées d’éléments (granulats, eau, fer, calcium, magnésium, sodium, potassium…) si abondants qu’elles sont jugées inépuisables ou quasi-inépuisables
Ressources fossiles
Matières premières présentes dans les couches géologiques terrestres, telles que le pétrole, le charbon, le gaz…
Ressuage
Phénomène d'exsudation de l'eau de gâchage d'un béton avant le début de prise. Ce processus est souvent dû à une formulation insuffisante en fines
Retardateur de prise
Adjuvant. Introduit dans l'eau de gâchage, il augmente les temps de début et de fin de prise du ciment dans un béton, un mortier ou un coulis
Rétracter
Des éléments mis en traction s'allongent. Une fois l'effort de traction supprimé, ils reprennent leur longueur initiale en se raccourcissant, donc en se rétractant
Retrait
C’est un phénomène de raccourcissement du béton au cours d’une part de l’hydratation, et, d’autre part, de la dessiccation de la structure. Le retrait varie entre 0,1 mm/m à 1 mm/m selon le type de béton. Des armatures d’aciers spécifiques sont utilisés, non pas pour diminuer le retrait, mais pour répartir les fissures de retrait empêché en microfissures plus nombreuses mais invisibles.
Révision
Modification (ou actualisation) de données prenant en compte la variation de paramètres comme par exemple les hausses de prix de matériaux et/ou de main d'œuvre
Rez-de-jardin
Niveau d'un bâtiment de plain-pied avec un jardin
Rhéologie
Étude des caractéristiques de viscosité d'un matériau fluide et donc, pour le béton, de son ouvrabilité. Le terme provient du grec « rheo » (couler) et « logos » (étude). La rhéologie est l'étude de l'écoulement (plasticité, élasticité, viscosité et fluidité) des matières déformables. En architecture, la rhéologie permet notamment d'étudier la déformation des fondations. Domaines d'application à titre d'exemple : les glissements de terrain en géophysique, la déformation des fondations en géo-mécanique
Roches massives
Ces roches proviennent de gisements épais de roches dures. Il s'agit surtout de calcaires de formations géologiques anciennes ou de roches d'origine magmatique, que l'on nomme roches éruptives. Ces roches peuvent être récupérées pour faire des granulats. Les produits de l'extraction sont scalpés avant d'être concassés
Roches meubles
Les roches meubles sont des dépôts alluvionnaires présents dans les lits de rivière. Elles peuvent être récupérées pour faire des granulats
S


Sablage
Technique d'abrasion du parement d'une paroi durcie par projection à l'air comprimé d'un jet de sable. Selon la durée, la pression et la distance de cette opération, généralement pratiquée manuellement, l'érosion des granulats, donc l'homogénéité de la peau du béton, est plus ou moins importante. Le sablage peut être utilisé pour le nettoyage et l'entretien des ouvrages
Sable
Granulat constituant du béton, résultant de la désagrégation naturelle d'une roche minérale ou de son concassage mécanique, dont les grains sont de dimension inférieure à 6 mm (voir granulat)
Sable (béton de)
Béton dont les granulats sont uniquement constitués par le sable. Généralement utilisé localement dans les régions pauvres en gravillons
Sablon
Granulat constituant du béton qui, du point de vue dimensionnel, se situe entre les fillers et les sables
Scellement
Le scellement est une opération de maçonnerie qui consiste à fixer dans un mur, un plafond ou un dallage l'extrémité d'une pièce de bois ou de métal. Un scellement est réalisé, en général, par le creusement d'une cavité, puis par son regarnissage avec un mortier à prise rapide, du plâtre, du plomb ou du soufre.
Séchage (du béton)
Terme impropre, voir durcissement
Second œuvre
Ensemble des éléments ne participant pas à la structure porteuse d'un ouvrage. Dans un bâtiment, cela regroupe l'électricité, la plomberie, l'étanchéité…
Section
Forme, surface présentée par une poutre à l'endroit où elle est coupée par un plan transversal (perpendiculaire à son axe)
Ségrégation
Phénomène de séparation des constituants d'un béton frais, qui peut être provoqué par un malaxage insuffisant ou par une vibration excessive
Semelle
Dalle épaisse participant à la fondation
Serrage
Étape de la fabrication des bétons, qui consiste, essentiellement par vibration, à chasser l'air et à optimiser l'arrangement des grains du mélange pour en améliorer la compacité
Sous-traitant
Entrepreneur ou artisan réalisant un travail pour une autre entreprise
Spectre des armatures
Défaut d'aspect de la peau d'un béton, dû à la présence d'armatures trop proches de la surface, ou à leur mise en vibration
Stabilisation
Mise en œuvre de dispositifs permettant d'immobiliser un élément préfabriqué en phase provisoire (avant liaison définitive à l'ossature) et en phase définitive (par divers systèmes possibles de liaison à l'ossature)
Striction
Phénomène observé avant la rupture d'une structure, où lorsqu'une fois la valeur de la force limite admissible par le matériau est atteinte, la structure continue à se déformer de façon irréversible jusqu'à la rupture
Substratum
Couche de sol ayant de bonnes caractéristiques mécaniques, capable de reprendre les efforts sollicitant la structure et transmis par l'intermédiaire des fondations
Superplastifiant
Le superplastifiant est un adjuvant. Introduit dans des bétons, mortiers ou coulis peu avant la mise en oeuvre, il a pour fonction principale d'améliorer l'ouvrabilité du mélange sans ajout d’eau, ou de diminuer la quantité d’eau pour augmenter les résistances mécaniques sans modifier l’ouvrabilité du béton. Sa fonction secondaire est de modifier le temps de prise ou de durcissement. Les superplastifiants étaient auparavant appelés « fluidifiants »
Surface spécifique (surface blaine)
Somme de la surface développée des grains d’un mélange pulvérulent de masse unitaire donnée. Valeurs courantes pour le ciment : 3000 à 4000 cm2/g.
Suspentes
Eléments verticaux fonctionnant en traction (câbles par exemple). Ils permettent de relier, dans le cas d'un pont suspendu, le tablier aux câbles porteurs
Système d'information du projet
Echanges électroniques, par câble ou lignes téléphoniques, entre tous les acteurs du projets, architectes, bureaux d'études, bureaux de contrôle, entreprises, contribuant à assurer la qualité des travaux et la tenue des délais
T


Talochage
Surfaçage d'un enduit, d'un parement en béton, à l'aide d'une taloche (outil plat muni d'une poignée)
Talonnette
Élément de faible épaisseur en béton coulé en place, qui sert de butée aux pieds des banches
Taux de fréquence des accidents
Le taux de fréquence des accidents du travail avec arrêt est le nombre d'accidents entraînant un arrêt de travail par million d'heures travaillées
Technico-commercial
Le technico-commercial est un collaborateur du service commercial qui rencontre périodiquement les clients de l'entreprise, analyse leurs problèmes et leurs besoins en termes de produit, de prix, de services (conditionnement, logistique) et réalise les ventes
Teneur en eau efficace
Différence entre la quantité d’eau totale contenue dans le béton frais et la quantité d’eau absorbable par les granulats
Teneur en eau totale
L’eau d’apport plus l’eau contenue dans et à la surface des granulats plus l’eau des adjuvants et des additions utilisée sous la forme de suspension et toute eau résultant de l’ajout de glace ou de chauffage à la vapeur
Tenue au feu
Aptitude d'une structure à rester stable au cours d'un incendie
Terrassement
Ensemble des ouvrages destinés à modifier, provisoirement ou définitivement, les formes naturelles d'un terrain, en vue de la réalisation de travaux
Thixotropie
Propriété de certains colloïdes de se comporter comme un gel au repos ou comme un liquide quand on l’agite
Toron
Ensemble de fils d'acier à haute résistance torsadés en hélice. Un câble est constitué d'un toron (monotoron) ou de plusieurs torons
Torsion
Mode de travail d'une poutre soumise à des actions mécaniques qui tendent à vriller la poutre. La torsion provoque une rotation des sections de la poutre autour de l'axe de la poutre
Toupie (camion)
Camion équipé d'une cuve rotative inclinée dans laquelle le béton frais est maintenu en mouvement durant son transport vers le chantier.
Tracé en plan
Dessin d'un ouvrage dans son ensemble, vu de dessus
Traction
Mode de travail d'une poutre soumise à des forces (ou actions mécaniques) qui tendent à allonger la poutre suivant son axe
Travée
Portion de tablier comprise entre deux points d'appui, par exemple les piles
Treuil
Appareil servant à hisser de lourdes charges
Trou de serrage
Orifice, également appelé trou de banche, ménagé dans une paroi de béton banché, par lequel a été passé une tige d'entretoisement ; il est généralement bouché après coup au mortier
Trumeau
Partie de façade située entre deux fenêtres d'un même étage
Type de ciment
Selon la norme NF EN 197-1 (Composition, spécifications et critères de conformitédes ciments courants) on distingue, selon la nature des constituants, six types de ciment : - CEM I Ciment Portland ; - CEM II Ciment Portland composé ; - CEM III Ciments de haut fourneau ; - CEM IV Ciment pouzzolanique ; - CEM V Ciment pouzzolanique au laitier ; - CEM VI Ciment composé.
U


Ultrafines
Eléments très fins de dimensions de l’ordre de 0,01 à 1μm. Les ultrafines les plus utilisées actuellement sont les fumées de silice
Unité fonctionnelle
Performance quantifiée d'un système de produits destinée à être utilisée comme unité de référence dans une analyse du cycle de vie (selon l’ISO 14040)
V


Valorisation
Procédé qui permet de donner une seconde vie à un produit. On distingue la valorisation énergétique (ex : la combustion) et la valorisation matière (ex :recyclage)
Valorisation énergétique
Tout traitement dans lequel la valeur calorifique ou la chaleur sensible d'un matériau est convertie en chaleur ou électricité utile (NF EN 13193)
Vérin hydraulique
Appareil permettant d'exercer des efforts importants de poussée (ou de traction), et permettant la mise en place ou le réglage progressif de la position d'un ouvrage ou d'une partie d'ouvrage
Vibration
Opération de serrage du béton frais après sa mise en place, afin d'en améliorer la compacité. La vibration peut être interne ou externe au béton
Vibreur externe
Elément fixé au coffrage utilisé en préfabrication lors de l'utilisation de coffrages compliqués, en complément de la vibration interne réalisée par un pervibrateur (aiguille vibrante) ou lorsque l'on ne peut pas utiliser ce dernier
Viscosité
Caractéristique d'un matériau fluide tendant à s'opposer à son écoulement par gravité. Plus la viscosité d'un béton est faible, plus son ouvrabilité est bonne
Voussoir
Elément constitutif du tablier