Efficacité énergétique

Depuis une vingtaine d'années, les cimentiers réduisent leur consommation d'énergie d'origine fossile (coke de pétrole, charbon, fioul lourd) grâce à l'utilisation de déchets sélectionnés comme combustibles. L'industrie cimentière a été sollicitée par les pouvoirs publics pour la destruction des farines animales en raison de sa capacité à assurer une valorisation totales des déchets

En 2014, 950 000 tonnes de déchets sélectionnés pour leur compatibilité avec le procédé cimentier ont été valorisés en cimenterie en remplacement de combustibles fossiles. En 2014, 36 % de l’énergie calorifique nécessaire à la fabrication des ciments provient de la combustion de déchets : déchets industriels, huiles usagées, sciures imprégnées, pneumatiques non recyclables... ce qui permet d’économiser annuellement l’importation de 500 000 TEP (tonne équivalent pétrole).

Valorisation matière

Traditionnellement, l'industrie cimentière emploie 4/5e de calcaire et 1/5e d'argile pour fabriquer du ciment. Or cette argile peut être en partie remplacée par des cendres provenant de centrales thermiques au charbon. Ainsi ces déchets n'ont pas à être éliminés par d'autres moyens.



0 commentaires
Voir aussi
  • 01/03/2016
    Gard

    La Rouvière choisit le retraitement en place

    À l’automne dernier, la mairie de La Rouvière, près de Nîmes (Gard), a fait procéder à la réfection d’une voie communale en recourant au retraitement en place à froid au liant hydraulique. Une opération réalisée par Eiffage TP Méditerranée à la satisfaction générale.
  • 13/11/2018
    Compte-rendu
    Le béton sur le salon Pollutec
    LYON. 27-30 nov. La filière béton était présente sur le salon Pollutec 2018 pour présenter ses solutions de gestion durable de l'eau et sa contribution à un aménagement durable des territoires. Retour les temps forts
  • 12/03/2019
    Dossier
    Infrastructures : retraiter les chaussées en place
    Le retraitement des chaussées en place aux liants hydrauliques est un procédé de rénovation des routes. Proche des principes de l’économie circulaire, il consiste à utiliser le gisement de matériau existant dans une chaussée dégradée pour construire une nouvelle structure de chaussée avec des avantages techniques, économiques, écologiques et de rapidité de mise en œuvre incomparables.