Les Laitiers de haut-fourneaux, sont des matériaux majoritairement vitreux, sous-produits de l’élaboration de la fonte résultant de la réduction des minerais de fer (Hématite Fe2O3 ou Magnétite Fe3O4) par le coke (combustible et agent réducteur) pour obtenir de la fonte (alliage de fer-Carbone, saturé en carbone ; Fonte = pig-iron). Les minerais de fer étant toujours associés à une gangue d’oxydes et de silicates, ceux- ci forment des scories qui en s’agglomérant par fusion sous l’effet de la température. En effet, lors du processus métallurgique, la température de chauffe du haut fourneau est telle que l’on atteint la fusion des matériaux. La fonte présente une densité de 7 alors que le laitier est autour de 3, ainsi les deux liquides en fusion initialement réunis se séparent par densité, la fonte restant à la base du four et le laitier (liquide silicaté fondu) constituant le « surnageant » à la partie supérieure, ce qui permet de l’éliminer facilement par une « veine » qui permet l’écoulement du liquide en fusion sur un éclateur puis dans une fosse à eau où il subit un refroidissement très rapidement (trempe) et se solidifie pour donner un matériau vitreux disponible sous forme de sable. Les laitiers de hauts fourneaux présentent un hydraulicité potentielle qui nécessite une activation calcique ou sulfo-calcique et qui confère aux ciments en contenant une stabilité accrue aux agents chimiques agressifs. Une fois broyé finement le laitier vitrifié de haut fourneau peut être un constituant principal du ciment autre que le clinker ou introduit comme addition au béton.

Tous les termes du Glossaire


Voir aussi

  • 25/01/2013
    Extrait Routes 125

    À Varenne : le retraitement d'une voie communale en une journée

    Construite sur un plateau argileux, cette ancienne voie communale a subi de nombreuses réparations. Face à une énième intervention, le choix de la technique du retraitement en place au liant hydraulique routier (LHR) s’est imposé pour réhabiliter durablement cette voie usée par les engins agricoles et les voitures. Une solution avantageuse tant sur les plans techniques que financiers et environnementaux.
  • 01/12/2007
    REVUE

    Routes n°102

    Le 23e Congrès Mondial de la Route, organisé par l’Association Mondiale de la Route (AIPCR) sous l’égide du Ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables, s’est tenu du 17 au 21 septembre 2007 au Palais des Congrès à Paris...
  • 12/11/2018
    beton

    Les bétons autoplaçants

    Les bétons autoplaçants (BAP) s’inscrivent dans une logique de progrès qui contribue à une meilleure maîtrise de la construction des ouvrages, à la sécurité et à la santé des ouvriers. Sur les chantiers, comme dans les usines de préfabrication, ils offrent une chaîne d’avantages multiples, liés à leurs caractéristiques exceptionnelles d’écoulement et leur mise en œuvre sans vibration : réduction des délais d’exécution, qualité des parements, bétonnage aisé de structures complexes, de très grande hauteur ou très armées, remplissage optimal des coffrages et des moules, réduction considérable de la pénibilité pour les ouvriers et des nuisances sonores, gain de sécurité…