La couche de roulement utilise un béton routier BC5 de 23 cm d’épaisseur.

Depuis le printemps de cette année, la deuxième phase du projet permet de rallier la gare de Viroflay-Rive-Droite (Yvelines). Le trajet total mesure 14 km, dont 1,6 en souterrain (foré par tunnelier), avec cinq communes de traversées : trois dans les Hauts-de-Seine (Châtillon, Clamart, Meudon) et deux dans les Yvelines (Vélizy-Villacoublay et Viroflay).

46 tronçons de travaux

Particularité : circulant en site propre, le T6 est un tramway sur pneumatiques. Ce choix est justifié, selon les concepteurs du projet, par l’importance et la longueur des rampes présentes sur le tracé ainsi que par des virages serrés. La fonction de guidage de ce tramway est assurée par un système à rail central, tandis que la fonction de roulement l’est par la présence de bandes de roulement pour les pneumatiques.

La voie du T6 longe les routes départementales D53, D57 et D906. Selon les dernières statistiques disponibles, le T6 a transporté  50 000 personnes par jour avec une prévision de trafic à terme de 22 millions de voyageurs chaque année, soit 82 000 voyageurs par jour. Afin d’en limiter l’impact sur la circulation des riverains et des usagers, les travaux ont été réalisés par tronçons : 46 au total, de 150 à 300 m chacun.

Signature est intervenue pour la réalisation de la plate-forme en béton sur la majorité de ces tronçons, avec quelque 40 000 m² de béton coulé. Il a été retenu une structure constituée de deux couches : une couche de roulement d'épaisseur 23 cm en béton de classe 5 posée sur une couche de fondation en béton compacté.

Le béton a été mise en œuvre par une machine à coffrages glissants du type Slipform (ou à la main en fonction des contraintes des tronçons), en deux demi-plates-formes de l’ordre de 2,8 m de large. Tous les quatre mètres environ, au niveau des joints de préfissuration, des goujons de diamètre 30 mm ont été positionnés à mi-hauteur avant le coulage du béton.

Dans les Hauts-de-Seine, où le chantier s’étendait sur 7,5 km, Signature est intervenue sur 7 des 29 tronçons ; elle a mis en œuvre 15 000 m2 de BC5 goujonné gris (d’une épaisseur de 23 cm). Le nombre important d’accès aux riverains et d’intersections a nécessité de réaliser la plate-forme à la main et en demi-carrefour afin d’assurer la circulation.

La plate-forme du tramway T6 est constituée d’une dalle courte en béton non armé et goujonné

200 m creusés par mois

Dans les Yvelines, les travaux se sont répartis sur près de 6,5 km (dont 1,6 km en souterrain) et sur 17 tronçons. Signature y a également coulé du BC5 goujonné gris (d’une épaisseur de 23 cm) sur une superficie de 25 000 m².

Les travaux se sont déroulés par grandes phases sur plusieurs tronçons simultanément afin de maintenir la circulation automobile :

  • travaux préparatoires de dévoiement des réseaux concessionnaires
  • réalisation des murs des stations en parois moulées
  • construction des dalles de couverture
  • creusement de l’intérieur des stations, avec évacuation des déblais.

En sous-sol, environ 200 mètres ont été creusés en moyenne par mois, en fonction de la nature des terrains rencontrés.

Le béton utilisé : 

Caractéristiques : NF EN 206/CN ; BC5 BPSCC Mecavia C35/35 ; XF2 ; S1 ; Cl 0,65 ; Dmax 14

Formulation :

  • Ciment : CEM III 52,5 PMES Calcia Rombas : 350 kg/m3
  • Granulats :
    • Sable : 0/4 (SPS Martot) : 765 kg/m3
    • Gravier : 11,2/22,4 C ou 16/22 C : 650 kg/m3
    • Gravillons : 6,3/14 (Nivet Saint-Denis-d’Orques) : 1 005 kg/m3 (G/S = 1,23)
  • Eau : 180 l
  • Adjuvants :
    • Entraîneur d'air : Cimpore AE 21 : 3,33 kg/m3
    • Plastifiant : Cimplast 115 – Axim Guerville : 0,875 kg/m3
    • Colorant : Kaolor PP 560 – Grace : 5 kg/m3

Maîtrise d’ouvrage : CD92 département des Hauts-de-Seine, CD78 département des Yvelines - Maîtrise d’œuvre : Setec TPI - Entreprise : Signature - Fournisseur du béton Unibéton - Fournisseur du ciment Calcia



0 commentaires

Voir aussi

  • 05/06/2008
    REVUE

    Routes n°104

    Des mois durant, relayés méthodiquement par l’ensemble des médias, les travaux des Grenelles de l’environnement ont conclu à la nécessité et à l’urgence d’agir pour réduire les impacts de l’homme sur l’environnement et pour mettre au point une gestion raisonnée et optimisée des ressources naturelles. La médiatisation à outrance a fait que les Grenelles de l’environnement ont été ressentis par le commun des mortels comme étant le point de rupture entre un passé, où l’homme gaspillait et polluait sans se soucier, et un futur où on le forcera à devenir gestionnaire, économe et responsable...
  • 01/12/2016
    REVUE

    Routes n°138

    Il se tiendra du 6 au 8 juin 2017 à Paris. Ce symposium est organisé par l’ATILH et l’industrie cimentière française. Il est placé sous le patronage de la Commission nationale française pour l’Unesco et il a reçu le parrainage de l’Académie des sciences, de l’Académie des technologies et de la FIB (International Federation for Structural Concrete). « The Future of Cement » est organisé à la fois pour célébrer les 200 ans de la découverte des lois régissant l’hydraulicité du ciment par Louis Vicat et pour exprimer la vitalité d’une industrie toujours partie prenante des évolutions majeures de notre société.