Le béton s'harmonise avec la pierre constituant un « tapis » de matériaux aux textures différentes

Tout à la fois complexe commercial, parc de loisirs et espace d’art contemporain, Polygone Riviera présente une physionomie inédite. Implanté à Cagnes-sur-Mer, entre Nice et Cannes, au cœur de la Côte d’Azur, et inauguré fin octobre 2015, c’est aussi le premier centre de shopping à ciel ouvert de France.

Résolument contemporaine, son architecture respecte la luminosité et les coloris provençaux. Elle est le fruit de la collaboration du cabinet L35 Architectes (José Ignacio Galán Martínez, architecte mandataire), de Philippe Caron et Frédéric Ducic (architectes associés) ainsi que du spécialiste des fontaines urbaines, Jean-Max Llorca, et de l’éclairagiste Laurent Fachard. À ciel ouvert, entièrement piétonnier, Polygone Riviera s’articule autour de dizaines de bâtiments peu élevés et de plans d’eau, traversés par des ponts ou des passerelles. Très réussies, les rues commerciales en béton décoratif – réalisées par la société MB Constructions – feront le bonheur des promeneurs et des clients !

110 000 m3 de béton

Nous sommes à quelques kilomètres à l’ouest de Cagnes-sur-Mer, juste derrière l’hippodrome de la Côte d’Azur. Pour accéder au centre, un vaste rond-point (de 70 m de diamètre) a été créé sur l’avenue des Alpes – la route de Vence –, qui donne également accès à l’autoroute A8. Une trémie passant sous la voie permet de rejoindre le parking souterrain.

Avec 220 000 m² de plancher, 200 000 m3 de terrassement, 110 000 m3 de béton, 7 500 tonnes d’acier et une centaine d’entreprises mobilisées au total, ce chantier hors du commun visait à faire de Polygone Riviera un développement urbain connecté à la ville, associant tradition provençale et paysage méditerranéen. Pari réussi !

Au plus fort du chantier, lancé début 2013, 1 500 personnes ont été mobilisées. Les terrassements, le gros œuvre et la charpente ont été réalisés en dix-sept mois par Cardinal Édifice, une entreprise d’Ille-et-Vilaine, dont c’était le premier chantier en région PACA.

Jets d’eau et oeuvres d’art

À l’intérieur de l’emprise, les architectes ont voulu créer deux atmosphères : l’une urbaine, autour de grands bâtiments épurés, rappelant une rue commerçante, animée par une végétation luxuriante, une pergola, des jets d’eau et des œuvres d’art ; l’autre plus calme et traditionnelle, évoquant l’héritage provençal, à l’instar de la place centrale, avec sa fontaine et ses arbres.

L’aménagement paysager – où le béton décoratif forme un élément de valorisation et de prestige – constitue le lien entre les deux écritures architecturales. Chargé des aménagements extérieurs, le célèbre architecte-paysagiste Jean Mus – créateur de plus d’un millier de jardins dans le monde – a travaillé plusieurs années sur le projet. « Avec passion », précise-t-il. Son défi : transformer la vallée du Malvan – du nom de la rivière qui y coule – en petit paradis, en lieu de promenade et de shopping, agréable et accueillant. « Polygone Riviera, c’est un concentré de Méditerranée, conçu pour le plaisir des sens », résume-t-il.

Les voies piétonnes et le parvis des magasins de Polygone Riviera ont été réalisés en béton micro-désactivé par la société MB Constructions.
Les voies piétonnes et le parvis des magasins de Polygone Riviera ont été réalisés en béton micro-désactivé par la société MB Constructions.

Un millier d’arbres

Parmi les transformations les plus spectaculaires : l’élargissement du lit du cours d’eau et la création d’un véritable écrin de verdure, avec une végétation polymorphe, qui joue sur les hauteurs, les couleurs et les senteurs. Un millier d’arbres – dont certains grands sujets de 12 à 15 m, originaires de la région PACA ou de l’étranger – ont été plantés. Platanes, érables, oliviers, cyprès, arbres de Judée, troènes du Japon, palmiers de Californie, gommiers, cerisiers, peupliers, aulnes, frênes, saules pleureurs… tous ont été rigoureusement sélectionnés dans les pépinières de la région. « Un choix pas facile » qui a pris « plus d’un an et demi » afin de suivre les végétaux en fonction du cycle des saisons, souligne Jean Mus.

Parcours artistique

Outre son concept audacieux et la richesse de son offre commerciale, l’autre grande réussite de Polygone Riviera réside dans la qualité de ses cheminements piétons. Un aménagement de première importance pour un projet qui prévoit d’accueillir à terme entre 8 et 10 millions de visiteurs par an ! Les espaces publics – facteurs attractifs majeurs du projet – proposent notamment un parcours artistique de dix œuvres. Pour respecter le principe du lieu de promenade, toutes les voies piétonnières ont fait l’objet d’un soin attentif : une partie de celles-ci a été réalisée en pierre de trois teintes de gris, dont le calepinage et le format de dalles varient selon les zones ; le restant a été confié à la société MB Constructions, sous-traitante du lot « revêtement », spécialisée dans le béton décoratif et implantée à Gattières, à quelques kilomètres du chantier.

Au total, le béton micro-désactivé a été mis en œuvre sur une superficie de 1 702 m2 .
Au total, le béton micro-désactivé a été mis en œuvre sur une superficie de 1 702 m2 .

« Nous avons réalisé 1 702 m² de béton micro-désactivé (ciment Vicat CEM II 42,5 R de la Grave-de-Peille), avec du sable (0/4 Courbaisse, 550 kg) et des granulats (6/14 carrière de la Courbaisse, 1 200 kg) provenant du petit village de Tournefort, situé dans l’arrière-pays niçois, explique Christian Genet, le dirigeant de MB Constructions. Nous sommes intervenus en septembre et en octobre 2015, dans les zones ZBb Sud et Nord. Les conditions climatiques étaient celles d’une fin d’été en Côte d’Azur, donc plutôt favorables. Notre équipe était constituée d’un conducteur de travaux, d’un chef de chantier et de sept ouvriers. Après le barriérage, nous avons utilisé des brouettes mécaniques à chenilles pour transporter le béton et des nettoyeurs à haute pression pour la désactivation ainsi que du petit matériel pour la mise en œuvre et la finition du dallage. »

“Un revêtement merveilleux”

Particularité fréquente des chantiers de béton décoratif, intervenant peu avant la livraison des ouvrages : « Les accès et la protection des zones de coulage ont été difficiles, car beaucoup d’ouvriers de tous les corps de métier travaillaient en même temps, nuit et jour, pour livrer le complexe dans les délais fixés, soit à la fin du mois d’octobre 2015. »

Mariage réussi entre la dalle sombre et le béton désactivé clair.
Mariage réussi entre la dalle sombre et le béton désactivé clair.

Bilan : « Un très beau rendu du béton micro-désactivé, avec une jolie teinte foncée, se félicite Christian Genet. Le béton se marie parfaitement avec la pierre sombre du parvis, en créant ce que l’on nomme un “tapis”, qui se caractérise par une différence de texture entre les matériaux mis en œuvre, tout en restant dans le même ton. » Une bien belle façon d’accueillir les visiteurs !

« Quand le béton désactivé retrouve une écriture spécifique à chaque lieu où il est mis en œuvre, il devient un revêtement merveilleux. Cette recherche originale de matière minérale est la préoccupation permanente de Christian Genet depuis de très longues années », souligne de son côté l’architecte-paysagiste Jean Mus.

Les granulats (Courbaisse) proviennent de l'arrière-pays niçois.
Les granulats (Courbaisse) proviennent de l'arrière-pays niçois.

Chiffres clés

  • Superficie totale : 120 000 m2
  • Surface commerciale : 70 000 m²
  • 150 boutiques (dont 18 moyennes surfaces) groupées autour de 4 quartiers : Home and Garden, Lifestyle, Premium, Designer Gallery
  • 1 grand magasin Printemps : 9 000 m²
  • 28 restaurants et pauses gourmandes
  • 1 complexe de 10 salles de cinéma (1 800 places)
  • 1 casino
  • 3 000 places de parking souterrain (dont 92 pour PMR) et des parkings vélos
  • 17 bornes de chargement électrique
  • Des services 4 étoiles (voiturier, personal shopper, etc.)

 

Maîtrise d’ouvrage : Les Terrasses de Saint-Jean, SNC Saint-Jean, SNC Saint-Hubert (Socri/Unibail-Rodamco) - Maîtrise d’œuvre :
Cabinet L35 Architectes, Philippe Caron et Frédéric Ducic (architectes associés), Ingedia (groupe Nox), Jean Mus - Réalisation du béton décoratif : MB Constructions - Fournisseur du béton et du ciment Vicat



0 commentaires
Voir aussi
  • 01/12/2016
    REVUE

    Routes n°138

    Il se tiendra du 6 au 8 juin 2017 à Paris. Ce symposium est organisé par l’ATILH et l’industrie cimentière française. Il est placé sous le patronage de la Commission nationale française pour l’Unesco et il a reçu le parrainage de l’Académie des sciences, de l’Académie des technologies et de la FIB (International Federation for Structural Concrete). « The Future of Cement » est organisé à la fois pour célébrer les 200 ans de la découverte des lois régissant l’hydraulicité du ciment par Louis Vicat et pour exprimer la vitalité d’une industrie toujours partie prenante des évolutions majeures de notre société.
  • 01/09/2014
    REVUE
    Routes n°129
    Sur le plan énergétique, les territoires sont appelés à se mobiliser pour maîtriser leurs consommations énergétiques. Les domaines concernés sont nombreux : bâtiments, transport, éclairage public, etc. La transition énergétique est en cours et c’est un chantier gigantesque.
  • 01/12/2004
    COLLECTION TECHNIQUE
    T60. Le béton de ciment mince collé (BCMC). Une solution durable contre l'ornièrage
    L'orniérage est une dégradation qui affecte les structures bitumineuses et que l'on observe plus particulièrement sur des voies dont le revêtement est significativement sollicité,soit par l'importance du trafic lourd, soit par des conditions d'application de certaines charges roulantes, comme les bus par exemple. Afin de se prémunir durablement contre l'orniérage, qui constitue une dégradation dangereuse pour les usagers, surtout par temps de pluie à cause de l'effet d'aquaplanage, il est possible de recourir au BCMC, une technique d'entretien superficiel des structures bitumineuses.