Résumé

Le premier domaine est le bâtiment. Avec 40 % des consommations énergétiques et 30 % des émissions de gaz à effet de serre « GES », il représente un énorme gisement d’économie d’énergie et un levier essentiel de lutte contre l’effet de serre. Les travaux de rénovation sont en cours mais, au rythme actuel, le chemin est très long et le coût est gigantesque.

Le deuxième domaine est le transport qui représente 30 % de la consommation énergétique, 60 % de la consommation de pétrole et la première source d’émission de GES. Il pourra constituer un important gisement d’économie d’énergie si les transformations nécessaires à l’intermodalité sont opérées.

Le troisième domaine, mais souvent oublié dans les bilans, est l’éclairage public. Et pourtant, il représente, quant à lui, 38 % des dépenses d’électricité des communes et il contribue fortement aux émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre. Il constitue donc un poste non négligeable dans une stratégie d’optimisation énergétique et les marges de manœuvre sont importantes : 9 millions de points lumineux installés, une puissance moyenne de 133 W/source, 40 % ont plus de 25 ans, un taux de renouvellement assez faible. De plus, la conception des installations d’éclairage public n’intègre pas les propriétés photométriques des revêtements des rues à éclairer. Or, il est possible « d’éclairer juste », c’est-à-dire d’optimiser la consommation de l’énergie électrique et d’atténuer ses impacts sur l’environnement, tout en réalisant des économies substantielles :

  • En appliquant la norme NF EN 13201 parties 1, 2, 3 et 4 : « Eclairage public » en adoptant les nouvelles technologies en matière d’installation d’éclairage (matériel et souplesse de fonctionnement),
  • En intégrant les propriétés photométriques des revêtements des rues à éclairer dans la conception et le dimensionnement du projet d’éclairage.

« Éclairer juste » permet de faire des gains considérables en matière de puissance installée et de consommation énergétique. C’est un exercice d’optimisation qui se décline dès l’origine, et tout au long d’un projet, puis dans sa phase de réalisation et même au stade de l’exploitation des installations. L’expérience démontre qu’à exigence lumineuse égale, le besoin en puissance diminue de 30 à 40 %, voire 50 %, en privilégiant les matériaux clairs dans le renouvellement des revêtements de chaussée.

Sommaire 

  1. Rhône Alpes (69) : Des réalisations qualitatives à usages multiples en béton désactivé
  2. Montreuil (93) : Une place redevenue conviviale grâce au béton bouchardé
  3. Montferrier-sur-Lez (37) : Un béton « dalmatien » au coeur d’un village historique occitan
  4. Bordeaux (33) : Du béton préfabriqué pour les bordures de voie (GLO) et l’équipement des stations du tramway


0 commentaires

Voir aussi

  • 01/12/2014
    REVUE

    Routes n°130

    Le 12e Symposium international des routes en béton s’est tenu du 23 au 26 septembre 2014 à Prague (République tchèque) au Clarion Congress Hotel. Il a été organisé par EUPAVE (European Concrete Paving Association) et le Czech Research Institute of Binding Materials de Prague.
  • 01/03/2015
    REVUE

    Routes n°131

    L’urbanisation croissante a imperméabilisé les sols et augmenté les risques d’inondation par les eaux pluviales, les réseaux d’assainissement n’ayant généralement pas suivi cette croissance. Ce phénomène va s’aggraver si l’on opère les transformations vers la densification urbaine. Plus on densifie, plus on imperméabilise les surfaces urbaines et plus on va augmenter la fréquence des inondations des centres urbains. Ceci pourrait mettre en péril les biens et les personnes et provoquer des impacts négatifs sur le milieu naturel. Heureusement, des solutions correctives existent.
  • 01/06/2015
    REVUE

    Routes n°132

    Les Rencontres nationales du transport public rassemblent, tous les deux ans, le congrès du GART et de l’UTP ainsi qu’une exposition des métiers du transport public, ferroviaire et routier. L’ensemble des filières y est présenté, ainsi que les dernières innovations en matière de déplacements urbains, interurbains, régionaux et nationaux. Les 25ème Rencontres nationales du transport public se sont déroulées à Lyon, du 30 septembre au 2 octobre 2015.