Le propriétaire de la Maison P possédait, à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, une demeure bourgeoise datant de la fin du XIXe siècle. Souhaitant changer de cadre de vie, il a fait construire, juste à côté de son ancienne habitation, une villa contemporaine.

La ville de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or se situe au sud du massif du Mont-d’Or et au nord du 9e arrondissement de Lyon. Elle s’étend à la charnière entre la densité urbaine de la capitale des Gaules et un territoire naturel qui se développe jusqu’au mont Thou. Durant la première partie du XXe siècle, la commune abritait les grandes propriétés des résidences de vacances de la bourgeoisie lyonnaise. À partir des années 1960, le morcellement de ces propriétés s’est accompagné d’une augmentation régulière de la population et du développement d’un important tissu urbain d’habitations individuelles. Saint-Cyr-au-Mont-d’Or est ainsi devenue une cité résidentielle.

Depuis le haut du site, la maison se déploie en escalier dans le sens descendant de la pente.

Le propriétaire de la Maison P possédait, dans la commune, une demeure bourgeoise datant de la fin du XIXe siècle, sise sur un terrain dominant les monts du Lyonnais. Souhaitant changer de cadre de vie, il a fait construire, juste à côté de son ancienne habitation, une villa contemporaine conçue par l’agence Tectoniques Architectes.

Les avancées successives dessinent trois blocs décalés qui sculptent le volume et fabriquent deux terrasses offertes aux espaces intérieurs. La texture et la couleur ocre clair du béton des façades béton rappellent la pierre dorée du Beaujolais que l’on retrouve dans la construction locale.

Une minéralité exprimée

« En contrepoint de la maison existante, dressée à l’aplomb de la rue, la construction neuve se fond dans la pente du terrain », expliquent les architectes. « Elle ne s’érige pas et n’est pas visible depuis la chaussée. Elle semble devenir un double inversé, comme si elle émergeait du sol et de la terre. Cette apparente "disparition" s’accompagne d’une forte matérialité. Elle est très singulière par sa forme et sa texture. 

Sa géométrie est simple, brute et présente un grand parallélépipède rectangle évidé de deux terrasses. Il n’y a aucun compromis ni intention décorative. Sa beauté plastique vient de cette sobriété. Le dépouillement accentue son caractère dense et massif. Son aspect rugueux et rustique complète le dispositif et confirme la minéralité tellurique de l’ensemble. Enchâssée dans le sol, c’est une maison iceberg. Malgré cela, elle est très ouverte sur le paysage, avec de belles vues à chaque niveau et des terrasses qui projettent les espaces intérieurs vers le lointain. »

La maison neuve se fond dans la pente du terrain et n’est pas visible depuis la rue.

Parcours domestique

Depuis le haut du site, la maison se déploie en escalier dans le sens descendant de la pente. En façade ouest, les avancées successives dessinent trois blocs décalés qui sculptent le volume et fabriquent deux terrasses offertes aux espaces intérieurs. La toiture-terrasse de la partie supérieure de la maison accueille le stationnement des voitures. De là, sur le côté nord, un escalier extérieur conduit à l’étage inférieur vers la porte d’entrée. Ce niveau (R+2) est réservé à la suite parentale, dont la partie chambre donne, à l’ouest, sur la grande terrasse qui la prolonge et offre des vues panoramiques sur le paysage lointain. Dans la continuité du vestibule de l’entrée, une nouvelle volée d’escalier, longeant la façade nord, invite à descendre vers l’étage suivant (R+1) occupé par les chambres des enfants. Enfin, un dernier escalier aboutit au rez-de-chaussée sur la pièce de vie commune où sont aménagés séjour, salle à manger, cuisine, dans un espace continu, ouvert par une grande baie vitrée sur le jardin. Avec ses trois volées qui s’enchaînent, l’escalier permet de passer de la rue au jardin en traversant toute la maison. Il offre un jeu de vues et de perspectives, ainsi qu’une promenade qui parcourt tous les espaces, de part en part et de haut en bas.

 

En béton ocre clair et texturé 

Comme la nouvelle demeure est enchâssée dans la pente du terrain, une paroi berlinoise de 8 m de haut a été réalisée pour contenir la terre de la colline. La Maison P est construite en béton coulé en place. Elle est portée par les murs en béton de 35 cm d’épaisseur de ses façades nord et sud auxquelles s’ajoute un grand voile intérieur. Afin d’éviter les ponts thermiques, les dalles de planchers sont liées par des jonctions ponctuelles aux murs de façade, dont elles sont séparées par un vide de plusieurs centimètres laissé entre les points de connexion. Le vide est rempli avec l’isolant en laine de bois, qui est mis en œuvre pour réaliser l’isolation thermique par l’intérieur. Du fait de son encastrement partiel dans le sol et de la présence du béton, la maison possède une importante inertie thermique qui participe à son confort thermique d’hiver et d’été. Pendant la saison chaude, par exemple, ses habitants apprécient le fait qu’elle reste très fraîche et conserve sa fraîcheur le jour et la nuit.

Pour l’enveloppe, c’est un béton blanc coloré dans la masse avec des pigments ocre clair, utilisant de gros granulats, épais, vibré à la main et laissé brut, qui est utilisé. Il est coulé, dans des banches traditionnelles en bois de 50 cm de haut, superposées verticalement en couches successives. La texture de ce béton, sa teinte dorée, les strates horizontales dessinées par son processus de mise en œuvre rappellent la pierre dorée du Beaujolais qui donne son nom aux Monts-d’Or et que l’on retrouve dans la construction locale. Le béton brut des façades se retrouve à l’intérieur. Associées au chêne pour les menuiseries et les parquets, à l’épicéa blanchi pour les plafonds, sa couleur comme sa matière participent à l’ambiance lumineuse et claire des espaces de la vie domestique.

Localiser la réalisation

Fiche technique

Reportage photos : Jérôme RICOLLEAU

  • Maître d’ouvrage : privé
  • Maîtrise d’œuvre : Tectoniques Architectes
  • BET (structure) : Tectoniques Ingénieurs
  • Entreprise (gros œuvre) : SC Bat
  • Surface : 226 m2 SDP 
  • Coût : non communiqué

Programme : séjour, repas, cuisine, chambres enfants, suite parentale, terrasses, dépendances, stationnements en toiture.



0 commentaires
Voir aussi
  • 01/01/2005
    REVUE
    Construction Moderne n°121
    La maison conçue par un architecte est longtemps restée l’apanage d’un cercle restreint désirant une habitation originale, voire exceptionnelle. Les temps changent :que ce soit pour une modeste extension de pavillon ou pour une villa d’importance, on fait de plus en plus appel au talent du concepteur.
  • 09/06/2021
    Toulouse
    Extension de la « maison A »
    Le volume en béton brut aux lignes épurées et contemporaines de l’extension abritant la suite parentale des propriétaires se greffe avec discrétion et en douceur à la maison existante.
  • 01/11/2009
    Écologie Constructive
    D23. Portfolio : Les bons exemples
    La maison A+B par François Pélegrin L'architecte François Pélegrin a conçu une maison béton BBC, sur la base de l’étude QEB. Baptisée A+B (A pour Architecture, B pour Béton), la maison se décline comme une gamme, en maison individuelle et en habitat intermédiaire. Accessible aux primo accédants, modulable en fonction de la densité du tissu urbain, intégrant les évolutions des modes de vie des habitants, cette maison contemporaine illustre toutes les potentialités du béton