Le Fascicule 65 adapte les spécifications de l’annexe NAF de la norme NF EN 206/CN aux ouvrages de Génie Civil pour lesquelles la Durée d’Utilisation est de 100 ans.

Il permet de recourir à des spécifications performantielles selon 2 approches (méthode de conception performantielle et concept de performance équivalente). Il autorise l’utilisation d’eau décantée et de granulats recyclés.

Les bétons utilisés sont conformes à la norme NF EN 206/CN. La définition et les spécifications particulières des bétons sont fixées par le prescripteur, conformément aux exigences de la norme NF EN 206/CN.

Les spécifications intègrent les exigences spécifiques des documents particuliers du marché et prennent en compte les exigences relatives :

  • aux spécifications du marché
  • aux méthodes d’exécution
  • à la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction
  • à la prévention des désordres dus aux réactions sulfatiques internes (RSI)
  • à la durabilité des bétons durcis soumis au gel ou au gel et aux fondants
  • à la limitation de la fissuration du béton
  • à la limitation des retraits thermique, endogène, de dessiccation
  • à la qualité des parements
  • à la maitrise des déformations instantanées et différées
  • à la tenue au feu des ouvrages

Les choix pour la prévention de l’alcali-réaction ou de la RSI qui relèvent du maître d’ouvrage doivent être définis dans le marché. Dans le cas général, le prescripteur recourt à un Béton à Propriétés Spécifiées (BPS). Il fait valider par le maître d’œuvre la spécification du béton, avant transmission au producteur.

NOTA : Dans certains cas particuliers, le prescripteur peut recourir à un Béton à Composition Prescrite, sous réserve de justifier que cette composition permet de respecter les spécifications du béton définies dans les documents particuliers du marché.

Béton, béton armé, précontraint par post ou pré-tension

Le béton peut être :

Classes d’exposition par type d'ouvrage

Pour chaque partie d’ouvrage, le marché fixe les classes d’exposition déterminées parmi celles définies par la norme NF EN 206/CN.

Un même béton peut être associé à plusieurs classes d’exposition différentes. Dans ce cas, le béton doit respecter toutes les exigences définies pour chaque classe d’exposition.

Le Fascicule 65 renvoie aux tableaux de l’Ecole Française du Béton (EFB):

  • Guide pour le choix des classes d’exposition des ouvrages d’art en béton
  • Guide pour le choix des classes d’exposition des ouvrages maritimes et fluviaux
  • Guide pour le choix des classes d’exposition des ouvrages divers de génie civil
  • Guide pour le choix des classes d’exposition tunnels routiers creusés
  • Guide pour le choix des classes d’exposition des tranchées couvertes

Classes XF : intensité gel et fréquence du salage

Les classes d’exposition XF sont définies en fonction de l’intensité du gel et de la fréquence de salage en intégrant le degré d’exposition aux risques d’écaillage liés à l’action des fondants.

  Salage peu fréquent ou aucun salage Salage fréquent

Salage très fréquent

Gel faible ou modéré pour les éléments très exposés aux risques d’écaillage XF1 XF2 XF4
Gel faible ou modéré pour les autres éléments XF1 XF2 XF2
Gel sévère XF3 XF4 XF4

 

Cas particulier de la classe XF2

Les bétons soumis à la classe d’exposition XF2 peuvent être formulés de deux façons :

  • avec une teneur en air occlus égale ou supérieure à 4 %,
  • avec une teneur en air occlus inférieure à 4 %, et les spécifications correspondant à la classe d’exposition XD3.

NOTA : Pour les éléments très exposés (surfaces horizontales soumises à des stagnations d’eau et des projections de sels de déverglaçage : corniches, longrines d’ancrages des dispositifs de retenue…), la teneur en liant équivalent minimale sera de 370 kg/m3.



0 commentaires
Voir aussi