Editorial

Une chaussée est une structure conçue et dimensionnée pour garantir l’écoulement du trafic dans de bonnes conditions de sécurité et de confort pour les usagers et assurer sa fonction sur une période de service minimale, fixée au stade de conception du projet. Sa réalisation est l’aboutissement d’une élaboration longue et complexe, nécessitant un enchaînement de choix. Choix du tracé, d’abord, essentiellement politique et économique. Celui-ci devra assurer certaines liaisons et permettre les échanges. Il en résultera un trafic de véhicules que la route devra pouvoir supporter. En fonction de ce trafic et des caractéristiques des sols rencontrés, plusieurs solutions techniques pourront être proposées pour la structure de la chaussée. Une analyse multicritère (technique, économique, environnementale et sociétale) permettra de déterminer la solution la mieux adaptée. Les aspects techniques porteront sur le choix de la structure proprement dite, des matériaux (liants, granulats, etc.) et des différentes couches constituant la chaussée. Les aspects environnementaux porteront sur l’analyse de cycle de vie (ACV) des structures envisagées, en incluant dans l’évaluation les impacts générés durant toute la période de service (la construction de l’ouvrage + les entretiens + la fin de vie + l’utilisation ou la vie de l’ouvrage).

D’autres paramètres, difficiles à quantifier, peuvent évidemment avoir une influence dans le choix de la technique de construction, comme l’aspect sociétal, la permanence du service rendu à l’usager, l’utilisation de matériaux locaux ou de production nationale, l’emploi de main-d’œuvre locale, l’incitation économique régionale, etc.

Enfin, les aspects économiques porteront sur le coût de l’investissement, mais aussi sur le coût d’usage et d’entretien pendant une période de service donnée. Il s’agira en fait d’établir un véritable bilan prévisionnel pour chaque solution technique envisagée. Longtemps, cela n’était pas pratique courante pour des raisons aussi bien techniques qu’administratives ; mais l’élargissement de l’éventail des solutions techniques associé à la préoccupation, de plus en plus marquée de la part des élus et des administrations, de rigueur dans les choix, de bonne gestion, et à une prise de conscience à l’égard de l’environnement, fait que ce bilan est établi aujourd’hui sur de plus en plus de projets routiers et qu'il constitue l’élément de décision majeur du décideur.

Pour chaque projet routier, il est donc nécessaire de procéder à une analyse multicritère détaillée et comparative des diverses solutions afin d’établir les atouts de chacune d’elles. L’analyse de la valeur et le coût global deviennent, dans ce contexte, des outils d’aide à la décision fort importants.

Sommaire 

  1. Remiencourt (80) : RD90, un retraitement en place au liant hydraulique « vert », ciblé et phasé
  2. Salon-de-Provence (13) : Au bonheur des bétons décoratifs
  3. Belgique : E42/A8 Kain-Lamain, BAC avec mention très bien
  4. Demigny (71) : RD62, un retraitement en place réussi, en zone urbaine et sans risque pour l’environnement


0 commentaires

Voir aussi

  • 01/03/2017
    Routes

    Routes n°139

    Travaux et équipements routiers • Terrassements • Aménagements urbains • Aéroports
  • 01/03/2016
    Routes

    Routes n°135

    Co-organisées par l'IFSTTAR, l'IDRRIM et le Cerema, les JTR 2016 se sont déroulées les 10 et 11 février à Nantes avec une participation record de 450 personnes.
  • 01/06/2009
    Routes

    Routes n°108

    Travaux et équipements routiers - Terrassements - Aménagements urbains - Aéroport