Phénomène

Il se manifeste quand le béton est encore plastique et donc déformable (de la fin du ressuage à la fin de la prise) dès que la surface du béton n’est plus recouverte d’une pellicule d’eau (eau de ressuage entièrement évaporée) et qu’elle présente un déséquilibre hydrodynamique avec le milieu ambiant.

Il est généré par la contraction du squelette granulaires et des dépressions capillaires : la variation des pressions dans les capillaires du béton (matériau poreux) développe des contraintes de traction qui peuvent provoquer des fissures, si les effets générés sont supérieurs à la capacité de déformation du béton.

Le retrait plastique peut générer une fissuration superficielle du béton parfois ouverte mais jamais très profonde (faïençage).

Facteurs aggravants

Le retrait plastique dépend des conditions climatiques, il est piloté par la vitesse de dessiccation et d’évaporation de l’eau.

La vitesse d’évaporation est d’autant plus rapide que l’atmosphère est plus sèche, que le vent est fort et que la différence de température entre la partie d’ouvrage en béton et l’air ambiant est importante.

Les conditions qui prolongent la durée de la période plastique ou accélèrent l’évaporation augmentent les conséquences du retrait plastique et le risque de fissuration.

Le retrait plastique augmente donc par temps froid et lorsque le béton est formulé avec un retardateur de prise et que la prise est lente.

Nota : il se manifeste en particulier sur des parties d’ouvrages qui présentent une grande surface d’évaporation par rapport à leur volume (ex : dalles, chaussées, revêtements…)

Principes de prévention

Le retrait plastique peut être limité ou évité :

  • En optimisant la formulation du béton ;
  • En assurant une cure efficace de la surface du béton (humidification, produit de cure, feuille de polyane…) le plus tôt possible après la mise en place du béton;
  • En humidifiant les coffrages ou en utilisant des coffrages non absorbants : Les coffrages poreux et absorbants facilitent l’évaporation de l’eau ;
  • En protégeant le béton de l’ensoleillement et du vent ;
  • En évitant des écarts de température trop importants entre le béton et l’air ambiant.
  • En formulant le béton avec des microfibres de polypropylène.

Nota : dans le béton 1 litre d’eau peut s’évaporer par m2 et par heure en fonction de l’humidité relative, de la vitesse du vent et de la température du béton. On estime que le risque de fissuration est important dès que le taux d’évaporation dépasse cette valeur.



0 commentaires
Voir aussi
  • 21/01/2020
    DURABILITÉ
    Maîtrise de la fissuration structurelle des ouvrages en béton armé
    La norme de dimensionnement des structures en béton est la norme NF EN 1992-1-1 (Eurocode 2 calcul des structures en béton Partie 1-1 Règles générales et Règles pour les bâtiments-Octobre 2005 complétée par son Annexe Nationale -Mars 2007 et l’amendement A1-Février 2015).
  • 03/02/2017
    GÉNIE CIVIL
    Réparation et renforcement des ouvrages de génie civil en béton : Traitement des fissures
    Le choix de la technique adaptée est fonction des caractéristiques de la fissuration : ouverture (microfissures, fissures fines, fissures moyennes…), profondeur, activité (fissures ouvertes, fermées, mortes, actives…), tracé, géométrie, exposition aux intempéries (fissures sèches, humides, saturées, ruisselantes…), présence d’eau libre ou sous pression… de l’état et du type de support et des délais imposés pour la remise en service de l’ouvrage.
  • 01/06/2014
    Brochure
    D15. Le béton préfabriqué dans la maison individuelle : un panel de solutions
    Dans ce cahier pratique, retrouvez un panel des solutions aujourd’hui disponibles pour construire en logement individuel. Réalisé par la Fédération de l’industrie du béton (FIB) en collaboration avec le Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (Cerib) et Cimbéton, cette publication passe en revue les différentes caractéristiques et performances de la préfabrication en béton.