Avec son dernier niveau traité en porte-à-faux, le bâtiment crée un signal fort dans le paysage et affiche son caractère d’équipement emblématique.

Lors de la visite du terrain, bien avant le premier coup de pioche, difficile pour Frédéric Devaux et Arnaud Rousseau, les deux architectes associés de l’agence MDR, d’avoir une véritable idée du panorama qu’allait offrir ce terrain en surplomb au-dessus de la plaine de Nîmes tant la pinède était dense. La topographie était également complexe avec 16 m de dénivelé. Cependant, cette forte pente possédait un bel atout car, descendant d’ouest en est, elle permettrait au futur bâtiment de s’ouvrir non seulement vers le sud, mais aussi à la vue. Site difficile, certes, mais le défi d’en tirer parti pour créer une école innovante a séduit les architectes dès les premiers pas sur ce terrain escarpé.

Le dernier niveau en porte-à-faux repose sur d’épaisses équerres de béton successives qui confèrent une dimension tectonique à l’ensemble.

Situé en zone Rep +, en frange d’un quartier en difficulté de Nîmes, le futur groupe scolaire avait comme ambition majeure de créer un lieu facilement appropriable avec une grande mutualisation des programmes. « Nous souhaitions offrir un espace dans lequel les habitants du quartier aiment à se retrouver, les enfants aient plaisir à aller à l’école, flexible dans son utilisation, mais également d’une grande pérennité », explique Frédéric Devaux.

Le bâtiment s’implante dans la topographie et s’organise comme si trois rez-de-chaussée avaient été empilés pour profiter à chaque niveau d'un prolongement extérieur.

Pôle éducatif

« Consciente de la sensibilité du quartier, la ville de Nîmes, maître d’ouvrage de l’opération, a développé une démarche inédite pour élaborer ce projet », explique Christel Brudieux, chef de projet à la ville de Nîmes. En effet, les différentes étapes du projet du cahier des charges à la construction ont été réalisées en concertation totale avec les habitants du quartier. Pour le cahier des charges, deux sociologues ont travaillé avec les habitants pour faire ressortir les différentes attentes autour du futur groupe scolaire. Rapidement, l’idée de créer un pôle éducatif plutôt qu’un groupe scolaire a émergé. Une ludothèque, une médiathèque et un FabLab sont ainsi venus incrémenter les 15 salles de classe et ateliers d’origine. Autre point spécifique, un vaste atrium commun devait fédérer l’ensemble de ces fonctions. Dans cette nouvelle typologie, l’entrée principale est identifiable et dissociée des cours extérieures. Celles-ci sont à l’inverse sanctuarisées pour éviter tout contact avec le domaine public. Il s’agit de créer un véritable microcosme pour les enfants.

Strates

« Ce terrain à la topographie tellement marquée nous a incités à travailler dans l’idée de reconstituer des plateaux superposés et de marquer ces lignes dans le site pour reformer les strates du terrain d’origine », explique Frédéric Devaux. Ces strates sont constituées de dalles en béton qui abritent, entre chaque plan horizontal, les différents éléments du programme. Véritables mouvements tectoniques dans cette colline marquée par ses affleurements calcaires, les lignes de béton clair viennent s’ourler en rives, créant des pincements et des reliefs qui animent et affirment la minéralité des façades ancrées dans le terrain.

La très forte pente du terrain a autorisé chacun des niveaux à bénéficier d’un prolongement extérieur dans le terrain naturel. De ce fait, les architectes ont rapidement développé le parti « d’empiler, en quelque sorte, trois rez-de-chaussée » reliés directement et de plain-pied avec leur prolongement extérieur. Ceci présente l’avantage de faire bénéficier chacun des niveaux d’une cour ou d’un patio en liaison directe avec les locaux, le tout rassemblé et uni par l’espace fédérateur de l’atrium. Ce parti a séduit le jury du concours.

La ludo-médiathèque s’implante au plus bas et bénéficie d’un patio paysager.

Le bâtiment prend la forme d’un épais ruban de béton qui s’étend sur toute la longueur du terrain, se tourne en se déhanchant. Les différentes unités programmatiques se répartissent par niveau. La ludo-médiathèque en bas, le restaurant et 4 classes au niveau intermédiaire de l’entrée et de la liaison avec la rue. Enfin, l’administration et les 11 classes élémentaires s’ouvrent vers le panorama au dernier niveau.

La topographie avec sa pente ouest-est permet d’offrir au bâtiment des orientations idéales, de profiter des cadrages les plus intéressants au sud et des meilleurs apports de lumière naturelle au fil de la journée.

Dans la cour principale, l’étage supérieur en porte-à-faux dessine un préau naturel.

Depuis l’extérieur, le bâtiment crée un signal fort dans le paysage avec trois de ses quatre façades particulièrement visibles depuis l’espace public. Le projet peut ainsi afficher son caractère d’équipement emblématique. La vision lointaine est marquée par le dernier niveau traité en porte-à-faux. Il repose sur les épaisses équerres de béton successives qui confèrent une dimension tectonique à l’ensemble. 

À l’intérieur, les grandes dalles de béton se dilatent vers le sud et accueillent les cours qui s’ouvrent ainsi à la vue. Elles se déploient pour aller chercher le panorama et amplifier ce qu’on pourrait appeler « la surface d’échange » entre salle de classe et paysage.  Les perspectives s’étirent pour faire participer le grand paysage à toutes les activités des élèves. Ces classes largement ouvertes bénéficient d’un confort lumineux exceptionnel, qui contribue largement à l’ambiance intérieure. Oscillant entre la légèreté des porte-à-faux et l’aspect monolithe du béton, ce bâtiment aux lignes contemporaines a su cependant rester intemporel par la simplicité de ses formes. 

Du fait de la pente, d’importantes quantités de déblais ont été extraites du site. Afin d’éviter leur évacuation, ils ont été concassés sur place pour être directement réutilisés en agrégats dans le béton dans un souci d’économie générale des matériaux et de rationalisation du chantier et des déplacements.

Les classes largement ouvertes bénéficient d’un confort lumineux exceptionnel qui contribue largement à l’ambiance intérieure.

Un projet vertueux

Le projet fait une large place au béton à la fois extérieur et intérieur. On le trouve sur l’ensemble des dalles et également en pignon par la mise en œuvre d’éléments préfabriqués de type mur à coffrage et isolation intégrés (MCII). Ces éléments offrent une surface de béton à l’intérieur comme à l’extérieur. Outre l’aspect esthétique, ce procédé renforce le confort d’été du bâtiment par la paroi intérieure de béton qui participe à la forte inertie thermique. Ce bon confort intérieur doublé d’une bonne performance technique des ouvrages ont permis au bâtiment d’être certifié Bâtiment Durable Méditerranéen niveau argent.

Un vaste atrium commun fédère l’ensemble des fonctions et dessine un amphithéâtre intérieur qui permet d’accueillir des manifestations communes à l’équipement.

Élaboré à la fois dans la relation intime à la topographie et à la nature de son sol, mais également dans un rapport monumental au paysage, le projet transforme le site en un véritable lieu et renouvelle l’idée d’un groupe scolaire qui, bien que protégé, a su s’ouvrir à la ville et au paysage. Pensée au travers de l’épure de la simplicité, la force du site et l’articulation au grand paysage, cette architecture est totalement inscrite dans son environnement, comme si l’alchimie qui avait permis d’élaborer le projet avait su unir non seulement tous les potentiels, mais aussi toutes les contraintes de la parcelle au service du bâtiment. Partant du site et cherchant à le reconstituer, les architectes ont finalement révélé le génie du lieu. 

 

Fiche technique

Reportage photos : Julien Thomazo et Agence MDR

  • Maître d’ouvrage : ville de Nîmes 
  • Maître d’œuvre : MDR architectes 
  • BET structure : Verdier 
  • Entreprise gros œuvre : Berthouly, RGB France BTP 
  • Préfabricant (MCII) : Spurgin 
  • Surface : 3 732 m² SDP
  • Coût : 8,5 M€ HT

Programme : construction neuve d’un pôle éducatif et culturel comprenant : 15 classes modulables (maternelles et élémentaires), un restaurant scolaire de 180 places, un atrium avec un hall en gradins permettant d’accueillir des manifestations, une salle de réunion, une salle polyvalente, des ateliers multiactivités pour les associations, une ludo-médiathèque de 920 m² avec un FabLab de 50 m², un logement de fonction.



0 commentaires
CAPTCHA
Voir aussi
  • 07/12/2020
    Actualités
    PÔLE HABITAT-FFB "72h pour innover" 8-10/12/2020
    Les Challenges du Pôle Habitat FFB de 2020 est en format phygital. Comme toujours il y a quatre catégories - Habitat prospectif, Ma Solution Logement, Nouvelles Approches Digitales et Réalisations remarquables. Inscrivez-vous et, du 8 au 10/12/2020, découvrez un riche programme général, des stands virtuels, des webinaires au quotidien, et plus encore !
  • 18/09/2019
    REVUE
    Construction Moderne n°160
    La transition numérique et la transition climatique sont au coeur des rénovations des diplômes du BTP. Pour les accompagner, l’Éducation nationale est engagée dans une veille technologique très active. L’objectif est d’offrir les formations les plus adaptées aux attentes des entreprises et donc les plus propices à l’employabilité de nos élèves et étudiants.