Les abords de l'immense nef dédiée au vin et conçue par les architectes Anouk Legendre et Nicolas Desmazières font la part belle au béton décoratif.

La ville de Montaigne et de Montesquieu est en pleine métamorphose : réputée pour sa qualité de vie et la beauté de son architecture (le tiers de sa superficie est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007), Bordeaux se tourne désormais vers l’avenir ! Au fil des mois, la physionomie de plusieurs de ses « vieux quartiers » portuaires change à la vitesse grand V. Le signal de cette mutation a été donné, voici plus d’une décennie, par le tramway, inauguré en 2003. Son réseau, qui atteint aujourd’hui une soixantaine de kilomètres, est toujours en développement, et de nouvelles extensions sont envisagées. En cette année 2016, ce sont les quartiers de Bacalan et des Bassins à flot qui donnent le ton. Sur ces anciens terrains industriels, situés au nord de l’agglomération, pas moins de dix grands projets sont en cours sur une superficie de 300 000 m² : plusieurs hôtels (dont un très haut de gamme), un musée de la Mer et de la Marine, des sièges d’entreprises, un cinéma multiplex, une marina, deux résidences étudiantes et des centaines d’appartements locatifs ou à l’achat… Ces nouveaux équipements doivent être achevés en 2017, année de l’entrée en service de la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (LGV-SEA) : celle-ci mettra la métropole girondine à 2 h 04 de Paris, au lieu des trois heures actuelles.

« Évocation de l'âme du vin»

Mais le futur a déjà fait irruption sur les bords de la Garonne, sous une forme inattendue : la Cité du Vin – anciennement baptisée Cité des civilisations du vin (CCV) –, inaugurée ce 31 mai par le président de la République, François Hollande, et ouverte au public depuis le 1er juin. Une gigantesque nef (13 350 m² répartis sur dix niveaux) aux courbes voluptueuses et de couleur irisée ! Conçue comme le phare des savoir-faire et des civilisations inspirés par la « divine boisson », sa vaste tour de verre translucide, griffée de jaune blond, culmine à 55 m de hauteur. Un Ovni design dans le sage paysage bordelais, qui dialogue avec un autre édifice ultramoderne, le pont Chaban-Delmas et ses quatre piles vertigineuses, situés à proximité.

Selon ses concepteurs, les architectes Anouk Legendre et Nicolas Desmazières (agence X-TU Architects), « le bâtiment ne ressemble à aucune forme connue, parce qu’il se veut une évocation de l’âme du vin entre le fleuve et la ville ». Sa forme – « une rondeur sans couture, immatérielle et sensuelle » – peut évoquer tour à tour un cep de vigne, le vin qui tourne dans un verre ou tout simplement… les remous de la Garonne ! À l’intérieur, le visiteur se voit proposer une série de voyages dans le monde du vin, agrémentés de multiples expériences.

Pour être à la hauteur du geste architectural, les abords de cette Cité du Vin se devaient d’être particulièrement innovants et soignés, constituant tout à la fois un espace vivant, accueillant et respectueux de l’environnement. Autant de raisons pour choisir le béton décoratif !

« Écosystème des bords de l'eau »

Les maîtres d’œuvre ont souhaité adoucir la transition entre l’espace urbain, minéral (avec les voies de circulation automobiles, cyclistes, et le tramway), et la zone végétalisée qui sert d’écrin au bâtiment : celle-ci s’effectue presque naturellement… Baptisé le Jardin sauvage, ce concept paysager est en conformité avec le classement Natura 2000 de la zone. « Ce projet s’inscrit dans une démarche environnementale globale », précise l’architecte Anouk Legendre, qui a reconstitué un « écosystème des bords de l’eau pour rafraîchir l’environnement immédiat du bâtiment ».

Le jardin est décliné en quatre séquences : le parvis, la promenade des berges, le patio central et la grande prairie… Au sol, le cheminement des visiteurs est marqué par l’utilisation de matériaux dont la couleur contraste avec l’environnement verdoyant : d’abord, du bois aux deux entrées du périmètre ; puis du béton décoratif, qui suit les courbes du bâtiment.

« Sols Aquitaine a commencé son intervention l’an dernier, à partir d’octobre, pour le compte d’Eiffage-Route (agence du Haillan). Nous avons mis en œuvre deux types de bétons élaborés, pour le premier, à la centrale BPE de Point P de Bordeaux-Achard et, pour le second, à la centrale BPE Lafarge Béton à Lormont, résument Dominique Noraz, chef d’agence de Sols Aquitaine, et Éric Salle, conducteur de travaux, en charge du chantier. Un premier béton (C 30/37 XF2 D22 fibre) a été coulé en deux épaisseurs : 15 cm sur une surface de 3 200 m² et 12 cm sur 700 m². Le second béton (10/20 Bergouey fibre) a été utilisé sur 350 m² pour réaliser le raccordement entre le parvis extérieur et l’accès aux pompiers, et sur une épaisseur de 12 cm – soit une quantité totale de 600 m³ ! »

Zoom : deux bétons (C30/37) mis en œuvre par Sols Aquitaine.
Dispositifs indispensables dans les établissements recevant du public (ERP) : des clous podotactiles ont été insérés dans le béton pour guider les personnes à mobilité réduite (PMR).
Pour limiter les risques de  ssuration, des traits de scie ont été réalisés, selon un calepinage précis, autour des éclairages insérés dans le béton.
Quelque 145 jardinières – 1 m de long sur 20 cm de large – ont été implantées en quinconce dans le prolongement du patio central.
Le scintillement du béton tiré à la règle est obtenu par l'intégration en plusieurs passes d'éléments métalliques (3/6 mm) à raison d’un dosage très spécifique par mètre carré et d’une finition lissée à l’hélicoptère.
Autour de la Cité du Vin, le parvis et les cheminements ont été réalisés en béton décoratif : plus de 4 000 m2 au total.

« Finition à l'hélicoptère & désactivation légère »

Particularité intéressante : « À la demande des architectes, le cheminement extérieur, situé le long de la Garonne, a été réalisé en béton désactivé scintillant, poursuit Dominique Noraz. La volonté d’Anouk Legendre était de retrouver l’aspect d’un vieux dallage de chai qui s’illumine sous l’action du soleil. Pour parvenir au résultat souhaité, nous avons réalisé plusieurs échantillons. Nous nous sommes finalement fixés sur un béton tiré à la règle et incorporant des éléments métalliques (3/6 mm) intégrés en plusieurs passes à raison d’un dosage très spécifique par mètre carré et d’une finition lissée à l’hélicoptère. » La qualité du résultat – visible par temps ensoleillé – tient à la répartition uniforme des éléments métalliques et à la « désactivation légère, qui permet d’apercevoir le scintillement sans une présence visuelle trop importante des granulats, souligne le chef d’agence de Sols Aquitaine. En l’absence de lumière directe, le cheminement reprend son apparence de béton classique, d’un gris argent profond ».

Un calepinage très précis

Autre particularité : « Nous avons assuré la mise en place de 145 jardinières – de 1 m de long x 20 cm de large – implantées en quinconce dans le prolongement du patio central, poursuit Éric Salle. Les joints de retrait ont également fait l’objet d’un calepinage très précis, qui tient compte des courbes suivies par le bâtiment et par les cheminements. »

Ce chantier complexe, qui s’est achevé le 26 mai, a imposé une coordination précise des interventions des différents corps d’état. « L’une des difficultés se situait au niveau des accès, compte tenu du nombre d’intervenants », souligne le conducteur de travaux. Sols Aquitaine a mobilisé une équipe de cinq personnes (dont une en insertion) avec des moyens de coulage classiques : « directement depuis la toupie ou à l’aide de dumpers ».

Le 31 mai, lors de l’inauguration officielle, François Hollande est arrivé par bateau depuis la Garonne. Il a emprunté le ponton de 90 m, amarré sur les berges et prévu à cet effet. C’est désormais par ce même accès qu’une partie des visiteurs, passagers des paquebots fluviaux qui naviguent sur la Gironde, découvriront la Cité du Vin. Ils devraient être plus de 450 000 chaque année, notamment des Chinois et des Américains. Et en traversant le Jardin sauvage, ils ne manqueront pas d’être éblouis par l’architecture du bâtiment et par le scintillement de ces cheminements en béton !

Maîtrise d’ouvrage: Ville de Bordeaux, Association de la Cité du Vin - Maîtrise d’œuvre: Cabinet X-TU Architects, SNC Lavalin - Réalisation du béton décoratif: Sols Aquitaine - Entreprises: GTM, Soletanche, Antoine Espaces verts, Eiffage-Route  -Fournisseurs du béton: Point P Béton & Lafarge Béton - Fournisseurs du ciment: Ciments Calcia & Lafarge Ciment



0 commentaires
Voir aussi
  • 14/09/2018
    BATIMENT
    L'architecture Low tech
    L’architecture Low Tech consiste à rendre un bâtiment frugal dans ses besoins en énergie, tout en assurant à la fois la performance environnementale et la qualité d’usages.
  • 01/06/2007
    REVUE
    Routes n°100
    Je tiens, tout d’abord, à remercier tous ceux et celles qui ont accepté de jouer le jeu en participant au concours Spécial 25e anniversaire de la revue Routes...
  • 01/12/2012
    collection technique
    Logements collectifs et béton
    Logements collectifs et béton, une belle histoire ! Le logement en France fait l’objet de toutes les attentions de nos politiques. De très nombreuses réglementations et incitations ont été mises en œuvre afin d’augmenter le nombre de logements construits et de résorber un déficit chronique entre l’offre et la demande. Mais il faut également construire des logements correspondant à des critères de qualité de plus en plus exigeants, tout en limitant au maximum les impacts environnementaux et à des coûts (foncier plus bâti) compatibles avec les revenus de nos concitoyens.