Roquebrune

C’est un petit coin de paradis, situé en bord de mer, à Roquebrune-Cap-Martin (Alpes-Maritimes). Son nom : Vista Beach. L’an dernier, la SAS View Star – Tank Spa « Vista Palace », qui possède ce bijou balnéaire (très exposé aux éléments : eau de mer, vent, soleil), a décidé de le rénover. Pour ce faire, elle s’est adressée à l’agence du célèbre architecte et urbaniste Jean-Michel Wilmotte, en liaison avec le cabinet d’architectes Casamanara, basé à Monaco.

L’entreprise Petit (Groupe Vinci) a été chargée de l’ensemble du chantier. « Nous avons l’habitude de nous occuper d’hôtels classés dans la catégorie “Palace”. Ainsi, nous venions d’achever un chantier équivalent : la restauration de l’hôtel Miramar Crouësty, situé à Arzon, sur la presqu’île de Rhuys (Morbihan), en Bretagne. Nous avons été appelés et nous avons suivi notre client sur ce nouveau projet », explique Nicolas-Henri Morin, ingénieur Travaux chez Petit.

Point d’orgue de cette opération menée tambour battant, en seulement deux mois : la réfection et l’embellissement des « terrasses de plage », entièrement minérales et totalement dénuées de sable, contrairement aux apparences. Cette mission délicate a été confiée à un spécialiste azuréen du béton décoratif, la société MB Constructions, dirigée par Christian Genet et basée à Gattières, à proximité de Nice.

Souplesse de mise en oeuvre

« Le choix du revêtement des plages en béton décoratif a été guidé par des considérations essentiellement esthétiques, commente Éric Luong, responsable de projet au sein du cabinet Wilmotte. Nous étions sur un site naturel, en bordure de mer. En parfait accord avec le maître d’ouvrage, nous voulions retrouver un aspect restituant au maximum le côté naturel et minéral – pour le grain et la texture, mais avec une couleur très claire –, tout en bénéficiant de la souplesse de mise en œuvre du béton désactivé. La particularité, c’est que mon équipe et moi-même sommes plutôt des architectes d’intérieur : nous n’avons pas souvent à faire ce choix de matériaux, utilisés en extérieur, même si cela s’est déjà produit quelquefois par le passé. Nous avons été parfaitement conseillés par MB Constructions, qui a su nous proposer des échantillons sur son show-room répondant à nos besoins. »

Des calculs de structure complètement différents

Le confort des baigneurs a été particulièrement pris en compte. « L’idée de départ était que la surface des plages soit, comme un revêtement intérieur, très confortable à fouler pieds nus, confirme Nicolas-Henri Morin. Mais, en extérieur et, qui plus est, au contact de la mer, du soleil et du vent, ce n’était pas envisageable pour des questions de résistance et de glissance. Sur les conseils de Christian Genet, le dirigeant de MB Constructions, nous nous sommes plutôt orientés vers un béton désactivé avec une granulométrie la plus fine possible et une couleur très claire, choix qui ont été validés par les architectes. Les matériaux et le béton ont été sélectionnés pour pouvoir résister aux aléas marins avec, notamment, une grande fréquence de “coups de mer”. Il a fallu que nous nous fondions sur des calculs de structure complètement différents de nos réalisations habituelles pour les routes ou les cheminements piétonniers. Nous avons ainsi pris en compte les vagues qui frappent les plages toute l’année », poursuit l’ingénieur Travaux de l’entreprise Petit.

Vue de l'entrée du restaurant La Cigale Vista Beach, à Roquebrune-Cap-Martin.

« Faire du sur-mesure »

Autre contrainte, et non des moindres : le respect du planning !

« C’est un chantier qui est allé très vite, sur un périmètre relativement exigu, constate Éric Luong, du cabinet Wilmotte. Du coup, en fin de travaux, en juillet, la coordination a été importante pour permettre l’intervention de chacun et notamment pour laisser travailler les équipes de MB Constructions. Il a fallu faire du sur-mesure ! »

Vincent Bastide, du cabinet d’architectes Casamanara, sis à Monaco, le confirme : « Christian Genet et ses équipes ont fait preuve d’une grande réactivité. Ce chantier a été une véritable course contre la montre, une opération “coup de poing” parfaitement réussie ! » Petite anecdote : lors de la mise en œuvre, en juillet, le chantier étant orienté plein est et la chaleur s’intensifiant dès les premières heures de la matinée, le béton s’est solidifié dans la pompe qui permet de l'approvisionner… Il a dû être remplacé en urgence. Mais, à l’exception de cet aléa, le chantier a bénéficié d’une météo très clémente, avec une Méditerranée calme, de sorte que les zones en contact direct avec la mer ont été soigneusement finalisées. En définitive, les délais ont été tenus, ce qui a permis de procéder au nettoyage avant le jour d’ouverture. Au total, 580 m² de béton microdésactivé ont été mis en œuvre, avec un granulat concassé rosé (granulométrie 6/14 en micro-désactivé) provenant de la carrière Somat à la Turbie, située à quelques kilomètres.

« J’ai été agréablement surpris du résultat final, se réjouit Éric Luong, du cabinet Wilmotte. La qualité de matière a parfaitement répondu à notre attente du point de vue de l’esthétique et du confort, tout en offrant le rendu le plus naturel possible. » Pour cette réalisation de prestige, le baptême du feu, comme l’on dit, a eu lieu deux mois plus tard, le 30 septembre : lors d’une puissante marée d’équinoxe, la mer a provisoirement repris possession de l’ensemble des installations durant quelques heures. Aussi solide qu’esthétique, le béton désactivé a parfaitement résisté à cette épreuve ! « MB Constructions ayant l'expérience des chantiers en béton décoratif à proximité immédiate de la mer, réalisés notamment à Monaco, nous avons pu apporter notre expertise à cette opération très qualitative mais complexe, conclut, avec satisfaction, Christian Genet, le gérant de MB Constructions. Le résultat est très esthétique, à la hauteur de nos exigences ! »

Vue des « terrasses de plage ». Le choix du revêtement en béton décoratif a été guidé par des « considérations essentiellement esthétiques », souligne Éric Luong, responsable de projet au sein du cabinet Wilmotte.

Maîtrise d’ouvrage: SAS View Star – Tank Spa « Vista Palace » Maîtrise d’œuvre: Vincent Bastide (cabinet Casamanara, Monaco) Réalisation des bétons décoratifs: MB Constructions (conducteur de travaux : José Mule) Entreprise principale: Petit (Groupe Vinci) (Nicolas-Henri Morin) Fournisseur du béton: Béton Vicat (centrale de Menton – chef des ventes Alpes-Maritimes : Olivier Piselli, chef d'exploitation : Vincent Cicchirillo) Fournisseur du ciment: Vicat



0 commentaires
Voir aussi
  • 20/05/2020
    REVUE
    Routes Info n°2
    Dans les Hauts-de-France, l’Oise recourt régulièrement au retraitement en place au liant hydraulique routier pour l’entretien de ses 3 800 km de routes départementales. Exemple récent : le chantier de la RD85 à Chelles.
  • 01/12/2000
    REVUE
    Routes n°74
    Travaux et équipements routiers - Terrassements - Aménagements urbains - Aéroports