La « maison A » se situe dans une commune du département de la Haute-Garonne. Elle est implantée dans un quartier résidentiel peu dense. Construites sur de grandes parcelles, les villas qui le composent sont entourées de beaux jardins. « Le projet d’extension de la « maison A » consistait à réaliser la suite parentale des propriétaires comprenant leur chambre, le dressing et la salle d’eau, auxquels s’ajoutait une salle de sport », précisent les architectes. « Sur la base d’un plan carré, la maison existante de plain-pied s’organise autour d’un patio central. Les clients souhaitaient une extension contemporaine, mais voulaient qu’elle ne soit pas en rupture avec la maison existante à laquelle ils sont attachés. Ils nous ont également demandé que leur chambre soit en lien avec la piscine. Cela a impliqué que l’extension se situe à l’est. Son volume principal, implanté parallèlement à la villa, est un parallélépipède de béton brut préfabriqué au calepinage extrêmement précis. Il abrite la salle d’eau, le dressing et la chambre parentale. Un volume perpendiculaire, de même hauteur, assure la jonction entre la maison et la partie principale de l’extension. Plus qu’un simple couloir, il est surdimensionné pour devenir la salle de sport. Les larges baies vitrées qui le bordent s’ouvrent de part et d’autre sur le jardin et aménagent des vues vers les différents espaces paysagers. »

Une extension en béton brut

L’ensemble de l’extension prend ainsi en plan la forme d’un T. Elle se connecte avec la maison au niveau des chambres. Une pièce de rangement a été transformée en une circulation desservant les parties ancienne et nouvelle. Dans le volume linéaire de la suite parentale, la chambre occupe la partie orientée au sud-ouest. Elle est prolongée par sa terrasse couverte, qui donne sur la piscine. La salle d’eau est aménagée à l’extrémité opposée. Entre les deux, la boîte cubique, en chêne clair et sans aspérité du dressing, assure l’articulation entre les trois fonctions principales, que sont la salle d’eau, la chambre et la salle de sport. Les matériaux intérieurs sont simples et restreints à leurs fonctions. Les murs et le plafond sont en béton brut gris clair. Le chêne clair naturel est utilisé pour les meubles et le cloisonnement. Cela contribue à la lecture des volumes et de leurs fonctions. Le sol de toute l’extension est en travertin.

 

Structure et architecture

L’enveloppe structurelle en béton dessine le volume et caractérise l’écriture architecturale aux lignes épurées de l’extension. Les panneaux préfabriqués en béton brut gris clair et les baies vitrées rythment la géométrie rigoureuse et réglée des façades, soulignée par le calepinage des joints creux verticaux et horizontaux de construction. Les panneaux mis en œuvre sont de type mur à coffrage et isolation intégrés (MCII). Ils ont une épaisseur de 41 cm, qui est constituée de deux parois en béton gris de 7 cm, d’une couche d’isolant de 14 cm assurant l’isolation thermique par l’extérieur et d’un vide de 13 cm dans lequel sont positionnées les armatures et est coulé le béton lors de la mise en œuvre. Le parement visible des deux parois en béton présente une finition lisse. « Le choix de ce type de panneaux préfabriqués nous permet d’obtenir la qualité et l’homogénéité de parement brut qui répond à l’écriture architecturale de ce projet », soulignent les architectes. « Leurs performances en termes d’isolation et leur inertie participent au confort thermique d’été et d’hiver. » La dalle de couverture est coulée sur des coffrages en bois recouverts de linoléum, afin d’avoir un parement brut lisse et soigné pour le plafond de l’extension. Des baguettes sont disposées sur le coffrage pour dessiner au plafond des faux joints, qui viennent en continuité de ceux existants entre les panneaux des murs. Les parements intérieurs en béton sont lasurés pour réfléchir la lumière. La dalle de toiture est isolée par l’extérieur. L’acrotère béton de l’extension se glisse sous l’avant de la toiture tuile de la maison existante, greffant ainsi en douceur la partie neuve à l’existant. Des panneaux de métal déployé en acier inoxydable viennent au nu des façades, devant les baies vitrées de l’extension. La maille de leur texture permet, pendant les périodes de fort ensoleillement, de protéger les espaces intérieurs de tout rayonnement direct et d’éviter ainsi les risques de surchauffe. L’inertie des murs et du plafond en béton va contribuer au confort thermique de la maison, les grilles en métal déployé permettent la ventilation naturelle et le rafraîchissement nocturne en été, tout en assurant la sécurité des propriétaires.

 

Localiser la réalisation

Fiche technique

Reportage photos : Luc Boegly

  • Maître d’ouvrage : particulier
  • Maîtrise d’œuvre : TAA Toulouse, chef de projet : Nicolas Wojcik, assistante chef de projet : Audrey Leduc
  • BET (structure) : IB2M 
  • Entreprise (générale) : ETB 31
  • Préfabricant : Soriba
  • Surface : 90 m² SDP
  • Coût : NC
  • Programme : extension de plain-pied avec chambre parentale, dressing, salle d’eau, salle de sport.



0 commentaires
Voir aussi
  • 24/02/2020
    Chambéry
    Deux maisons dans un prisme pur
    Inscrit dans le paysage et dans la pente, un volume aux lignes pures, en béton coffré à la planche, assemble deux maisons dans une même unité.
  • 01/06/2015
    REVUE
    Construction Moderne n°144
    Juin 2015 Quel est le rapport entre qualité de la construction et architecture ? Construction Moderne propose une réponse à cette question en portant au premier plan l’exemple de l’utilisation d’un matériau courant de notre temps, le béton.