Résumé 

Reste l’actualité. Pour les étudiants des vingt-trois écoles d’architecture françaises, c’est la session 1998-1999 du concours “Bétons, matière d’architecture” qui vient d’être lancé sur le thème de “l’institution citoyenne dans la ville”.À suivre.

Sommaire

  1. Gentilly. Logements : un arc de cercle pour rassembler la ville
  2. Issy. Bureaux de l'héliport : géométrie et abstraction, les articulations du cube
  3. Plémet. Centre de rééducation : l'extension jette les bases d'une nouvelle identité
  4. Les sols intérieurs en béton coulé en place
  5. La Garenne Colombes. Lycée : un lycée technique à l'école des réalités
  6. Cap Sicié. Station d'épuration : amphitria, station d'épuration sur site classé


0 commentaires

Voir aussi

  • 01/01/1999
    REVUE

    Construction Moderne n°98

    Près de cinq cents étudiants sont entrés en lice : la session 1998-1999 du concours Bétons, matière d’architecture est maintenant bien lancée.Mais c’est en juin prochain, au moment de la proclamation des résultats, que le concours connaîtra son point d’orgue. Quatrième du nom, ce concours est bien sûr une preuve du dynamisme de la filière béton. Davantage encore, c’est une démonstration renouvelée de l’intérêt des étudiants pour ce matériau d’avenir.
  • 01/06/1999
    REVUE

    Construction Moderne n°99

    Le concours Cimbéton figure désormais parmi les institutions de l’architecture française. C’est en tout cas l’opinion d’ensemble qui s’est exprimée lors de la remise des prix de cette session 1998-1999 du concours, marquée par des sujets contraignants auxquels ont su répondre d’excellents projets. La créativité était donc au rendez-vous.
  • 04/09/1999
    REVUE

    Construction Moderne n°100

    Au-delà des louanges, la rédaction veut retenir que Construction moderne est apparue à ses juges comme “présentant de façon esthétique les réalisations architecturales” et que cette revue “est une véritable ode au béton”, à tel point que le jury“a révisé son opinion sur le sujet”. Autant de gagné, donc, pour l’image de notre matériau. Dont acte.