Principes

La précontrainte additionnelle va introduire dans la structure des sollicitations complémentaires, qui vont compenser les défauts de dimensionnement ou de conception, ou les efforts supplémentaires que doit supporter la structure suite à des modifications des conditions de chargement ou d’utilisation.

Les nouveaux câbles ou torons doivent, en apportant de la compression, re-comprimer les zones tendues, sans ajouter d’excès de contraintes dans les zones comprimées.

Finalités

Cette technique permet, soit :

  • d’améliorer la pérennité des ouvrages ;
  • de renforcer des ouvrages en béton : en particulier ceux en béton précontraint dont les câbles présentent des problèmes de corrosion ou de ruptures de torons ou d’ancrages. Ou encore, qui ont fait l’objet, lors de leur dimensionnement, d'une prise en compte de lois de fluage mal adaptées ;
  • d’augmenter la capacité structurale des ouvrages : augmentation des charges ou des trafics, modification des fonctionnalités, passage de tramways ou de convois exceptionnels.

Application

Elle peut s’appliquer à tous types de structures existantes en béton armé ou en béton précontraint.

La précontrainte extérieure est le plus souvent constituée de câbles fixés à des bossages ancrés à la structure par des barres de précontrainte. Les câbles sont protégés par une gaine en polyéthylène injectée à la cire pétrolière. 

La technique des torons graissés est beaucoup plus simple d’utilisation, car elle permet la mise en tension toron par toron à l’aide de petits vérins. 

Document de référence

Guide FABEM 8.  Réparation et renforcement par précontraint additionnelle, édition du STRRES (Syndicat NationaL des Entrepreneurs SPÉCIALISTES DE TRAVAUX DE RÉPARATION ET RENFORCEMENT DE STRUCTURES), mai 2012.



0 commentaires
Voir aussi
  • 08/01/2019
    GÉNIE CIVIL
    Les facteurs de dégradation du béton
    L’utilisation du béton s’est largement développée depuis le début du XXe siècle dans les ouvrages de Génie Civil, tels que les ponts, les tunnels, les structures de soutènement, etc. aussi bien sur sites terrestres que maritimes. Considéré au début de son utilisation comme un matériau inerte et insensible aux agressions, le béton s’est révélé au fil du temps potentiellement affecté de phénomènes de dégradation plus ou moins complexes, selon les conditions d’exposition des ouvrages aux environnements et/ou selon la composition intrinsèque du béton et ses conditions de mise en œuvre.