L’enchaînement continu des plans horizontaux et verticaux en béton noir dessine la figure, façonne la volumétrie générale et la spatialité intérieure.

Le nouveau siège de l’agence AUM Pierre Minassian se situe à Tassin-la-Demi-Lune, à proximité de la porte de Valvert, qui donne accès au boulevard périphérique lyonnais, ainsi qu’aux autoroutes A6 et A7. Par ailleurs, la proximité de l’arrêt Écully-la-Demi-Lune du tram-train de l’Ouest lyonnais offre, pour le personnel de l’agence, une bonne desserte en transport en commun depuis la gare Saint-Paul, située à l’entrée nord du quartier du Vieux Lyon.

Sculpture monolithique

L’environnement bâti est aujourd’hui essentiellement résidentiel, constitué majoritairement de maisons individuelles et de quelques petits immeubles collectifs. Ce paysage est appelé à se transformer radicalement à moyen et long termes pour devenir une zone d’activité tertiaire. Avant les travaux, le terrain se présentait sous la forme d’une friche laissée à l’abandon où régnait une végétation sauvage dominée par un magnifique cèdre du Liban. Il est bordé par la voie ferrée du tram-train au sud et le boulevard du Valvert au nord. Cette voie à grande circulation est appelée à être enterrée, dans le cadre du bouclage du périphérique projeté entre Tassin-la-Demi-Lune et Saint-Fons. Son emprise sera alors aménagée en parc urbain. « Je voulais un bâtIment très simple et iconique de notre architecture », commente Pierre Minassian. « Le bâtiment projeté, par sa volumétrie et sa transparence, est une transition entre l’univers minéral de l’espace urbain au nord et le jardin au sud. Il est conçu comme un signal dans la ville et l’aboutissement d’une forme génératrice d’espaces et d’usages. C’est une sculpture monolithique dans laquelle les matériaux prennent, de par leur mise en œuvre, une valeur esthétique forte qui respecte l’intégrité de la conception architecturale. Le béton noir, teinté dans la masse et laissé brut de décoffrage, est présent sur toutes les faces de la construction. »

Vue de la façade sud ouverte sur le jardin dominé par un majestueux cèdre du Liban.

Deux volumes rectangulaires, l’un vertical sur trois niveaux et l’autre horizontal au premier étage caractérisent l’architecture de l’édifice. Ils composent une figure en T couchée sur le côté, lisible en façades nord et sud. L’enchaînement continu des plans horizontaux et verticaux dessine la figure, façonne la volumétrie générale et la spatialité intérieure. De vastes baies vitrées viennent clore les espaces intérieurs enveloppés dans ce ruban de béton, installant ainsi la transparence voulue par l’architecte. Sous le volume horizontal, le rez-de-chaussée vient en retrait. Côté rue, cela permet d’aménager des places de stationnement protégées. Sur le jardin, le retrait est moins important. De part et d’autre, la mise en lévitation de l’espace de travail souligne sa totale ouverture sur l’extérieur.

Vue de la façade sur rue.

Hall vertical et traversant

L’entrée dans l’agence se fait par le volume vertical, qui se dresse au bord de la limite mitoyenne ouest du terrain. Elle donne sur un espace traversant et ouvert sur trois étages, qui fait le lien entre la rue et le jardin. Au rez-de-chaussée, une salle d’exposition accueille les visiteurs. Des photographies de réalisations, des maquettes, des prototypes et des morceaux de façades y sont présentés. Elle peut également recevoir des activités culturelles telles que des manifestations musicales et artistiques diverses. Une porte latérale donne accès aux locaux techniques, aux archives, à la salle de détente et de repas du personnel. Un escalier aérien invite à monter. Il se déploie dans le vide toute hauteur que domine une grande sculpture organique en acier. Suspendue en lévitation dans le vide, « elle représente l’artère de la construction, la circulation verticale et la vie dans l’agence », précise l’architecte.

Au rez-de-chaussée du hall, une salle d’exposition accueille les visiteurs.

Fluidité et spatialité

Au premier étage face à l’escalier, le visiteur arrive sur l’accueil et le secrétariat. D’un côté, la banque d’accueil et l’espace d’attente sont en balcon sur le grand vide du hall, tandis que de l’autre, le secrétariat bénéficie d’une vue généreuse, en surplomb sur le jardin. De là, on accède à la salle où sont regroupés le bureau de Pierre Minassian et les postes de travail de ses collaborateurs. Ces derniers se répartissent de part et d’autre d’un axe central baigné de lumière zénithale. Ici, l’espace est fluide et totalement ouvert. Il est ponctué par le rythme de la structure poteaux/poutres et les deux blocs opaques du local des sanitaires et du local de la reprographie. Le sol, le plafond, les parois en béton noir associés aux façades nord et sud entièrement vitrées offrent un cadre de travail de qualité. Chacun profite de la lumière naturelle, des vues sur l’environnement végétal, de la transparence, qui qualifient l’ambiance du lieu. Une grande salle de réunion traversante domine seule au second étage le hall et l’édifice.

Les postes de travail se répartissent dans un espace fluide ouvert, où chacun profite de la lumière naturelle, des vues sur l’environnement végétal et de la transparence, qui qualifient l’ambiance du lieu.
Les postes de travail se répartissent dans un espace fluide ouvert, où chacun profite de la lumière naturelle, des vues sur l’environnement végétal et de la transparence, qui qualifient l’ambiance du lieu.

L’ensemble du projet est construit en béton noir teinté dans la masse à l’aide de pigments. Il est coulé en place dans des banches métalliques neuves et laissé brut de décoffrage. Comme le règlement d’urbanisme du secteur ne définit pas de limite de constructibilité en hauteur, l’architecte a prévu la possibilité de surélever de deux ou trois étages son projet et la structure a été dimensionnée en conséquence. 

Le bâtiment est conforme à la RT 2012.Comme dans tous ses projets, Pierre Minassian a apporté une attention particulière à la suppression des ponts thermiques. Tous les voiles verticaux des façades sont des doubles murs coulés avec isolation intégrée, selon le procédé GBE. Les dalles horizontales en contact avec l’extérieur sont isolées, soit par-dessus pour celle de la toiture-terrasse, soit par-dessous au niveau des places de stationnement protégées.

Espace d’attente au 1er étage du hall.

Les parties extérieures en porte-à-faux des façades nord et sud sont connectées ponctuellement à la structure par des bandes noyées. Elles sont séparées du plancher et du plafond intérieurs par un vide de quelques centimètres laissé entre les points de connexion, au niveau des baies vitrées. Le vide est rempli avec un isolant et les menuiseries des grands vitrages y sont encastrées. « Du fait de la présence importante du béton, ce bâtiment présente une excellente inertie thermique. » Pour illustrer cette affirmation, l’architecte cite, non sans une pointe d’humour, l’anecdote suivante : « Lors du premier hiver de notre installation, nous avons connu une grosse panne de chauffage. L’inertie thermique a alors pleinement jouée son rôle. Il a fallu plusieurs jours pour que la température intérieure diminue d’un degré. Nous avons pu continuer à travailler sans désagrément, jusqu’à ce que tout rentre dans l’ordre. » L’été, les débords en porte-à-faux des façades protègent les baies vitrées du rayonnement solaire direct, évitant ainsi tous risques de surchauffe. Au sud, le majestueux cèdre du Liban projette sur le bâtiment son ombre rafraîchissante.

Vue sur le secrétariat et la salle de réunion.

Dans ces lieux aux lignes épurées qualifiés par les sols, les murs, les plafonds en béton noir et les vastes baies vitrées, des baffles acoustiques faites sur mesure pour l’agence participent au confort sonore et à l’ambiance sereine des espaces de travail. Le béton noir apporte toute son expressivité à cet édifice qui incarne l’approche architecturale de Pierre Minassian.

Fiche technique

Reportage photos : STUDIO Érick Saillet

  • Maître d’ouvrage : AUM architectes
  • Maître d’œuvre : AUM architectes, Pierre Minassian architecte
  • BET structure : ICS
  • Entreprise gros œuvre : Duron
  • Surface : 510 m2 SP 
  • Coût : NC
  • Programme : bureaux, salles de réunion, espace d’exposition et d’activités culturelles.

Localiser la réalisation



0 commentaires
Voir aussi
  • 04/09/1999
    REVUE
    Construction Moderne n°100
    Au-delà des louanges, la rédaction veut retenir que Construction moderne est apparue à ses juges comme “présentant de façon esthétique les réalisations architecturales” et que cette revue “est une véritable ode au béton”, à tel point que le jury“a révisé son opinion sur le sujet”. Autant de gagné, donc, pour l’image de notre matériau. Dont acte.
  • 01/09/2006
    Solutions béton
    HQE : démarche et enjeux
    La démarche haute qualité environnementale tend à devenir un passage obligé dans le secteur de la construction.