Côté sud sur la prairie, une partie du rez-de- chaussée s’étire en avant-plan, du corps vertical à R+2, dans un volume horizontal qui révèle la pente du terrain naturel et donne un socle à l’ensemble.

Le site du groupe d’assurance MMA à Chartres occupe un terrain de 15 hectares, situé dans un secteur en développement à l’entrée de la ville depuis l’accès de l’autoroute A11. Il se compose de huit bâtiments, comprenant un restaurant d’entreprise, un gymnase, un amphithéâtre de 350 places, et constituant un ensemble de 25 000 m² dans lequel travaillent mille personnes.

Volumétrie élancée

Le 31 mai 2017, le nouveau campus MMA, dédié à la formation des agents généraux du réseau MMA, a ouvert ses portes sur ce site, dans un bâtiment neuf, conçu par l’agence aGaPé architectes, qui a été lauréate de la consultation d’architectes organisée par le maître d’ouvrage covéa.

Sur les 2 924 m² (SDP) réalisés et répartis sur trois niveaux (R+2), plus d’un tiers des surfaces est consacré aux espaces d’enseignement. Chaque année, ce sont environ 55 futurs agents MMA qui font ici un parcours de formation de 23 semaines. Ils reviendront au cours des deux années suivantes pour suivre des modules complémentaires obligatoires. Par ailleurs, en moyenne, 300 agents généraux viennent par an sur ce campus dans le cadre de leur formation continue, ainsi que des collaborateurs d’agences. 


L’agence AGAPÉ Architectes a choisi d’inscrire le nouveau bâtiment dans le plan masse d’en- semble, dans la géographie du lieu, dans la volumétrie générale existante et de l’ouvrir sur la grande prairie, présente au sud du site. 

L’ensemble de l’enveloppe du bâtiment est réalisé avec des éléments préfabriqués en béton de type mur à co rage et isolation intégrés au parement lisse ou texturé et dont la couleur beige rappelle la tonalité de la pierre locale.

Ainsi, implanté le long de l’axe est/ouest et perpendiculairement au bâtiment de l’amphithéâtre, le projet ferme l’équerre en encadrant la prairie, ce qui donne une cohérence nouvelle à la gure du plan masse. Il crée une frontalité qui affirme avec force la présence du bâtiment, symbolisant ainsi le dynamisme de l’entreprise souhaité par le maître d’ouvrage. Son gabarit progressif assure, depuis la prairie, une transition volumétrique douce vers les constructions existantes les plus hautes. 

« Le projet est dessiné pour s’affranchir de la volumétrie monotone typique des bâtiments de bureaux », souligne l’architecte Antoine Pélissier. « Nous voulions ici une architecture plus horizontale, plus élancée, jouant sur le jeu des lignes, des plans, des porte-à-faux, souligné par le rythme des opacités et des transparences, de l’ombre et de la lumière. Dès les premières esquisses, il était évident pour nous que la façade principale et l’entrée étaient côté sud, face à la prairie et au parking.

Nous avons développé tout un travail de décalage, de profondeur, ainsi que sur les façons de faire entrer la lumière naturelle. Le programme nous a aidés en cela. Nous avions en fait un besoin important de surfaces au sol pour les salles de formation. Le rez-de-chaussée est, en grande partie, plus épais que le reste du bâtiment. Les décalages avec des avancées et des retraits, que cela permet de créer, dynamisent la volumétrie générale du projet et son élancement horizontal ». L’ensemble de l’enveloppe de ce bâtiment est réalisé avec des éléments préfabriqués en béton.

Il s’agit essentiellement de panneaux sandwichs de type mur à coffrage et isolation intégrés (MCII). À cela s’ajoutent des éléments de vêture utilisés ponctuellement en habillage. Toutes ces pièces sont de couleur beige rappelant la tonalité de la pierre locale. Les panneaux sandwichs présentent un parement lisse ou texturé. Leur calepinage fabrique l’architecture de l’édifice caractérisée par le jeu d’articulation entre les lignes et les plans en béton, leur enchaînement dans une géométrie orthogonale aux proportions justes et équilibrées. 

Vue sur le sas d’entrée à droite et le hall en transparence.
Vue sur le hall et la courbe de l’escalier, avant aménagement.
Le hall traversant s’ouvre également au nord et permet de rejoindre directement le centre de formation depuis l’accès principal du site.

Un hall fédérateur

Côté sud sur la prairie, une partie du rez-de-chaussée s’étire en avant-plan, du corps vertical à R+2, dans un volume horizontal qui révèle la douce pente du terrain naturel et donne un socle à l’ensemble. À son extrémité est, le sas d’entrée se lit comme un petit écrin dont la présence est marquée par un patio en creux et une fenêtre haute en longueur qui le détache de la ligne de l’acrotère. Au dernier étage du corps vertical, parois et lignes de béton encadrent des alignements sériels de brise soleil verticaux en bois derrière lesquels s’estompent les fenêtres des bureaux. L’ensemble couronne ainsi l’édice. Le même dispositif se retrouve sur la façade ouest du volume à rez-de-chaussée. Protégeant une grande salle de formation, il souligne la géométrie du volume et en renforce la lecture. Au premier étage, un bandeau vitré en creux vient articuler parties horizontales et verticales. La composition d’ensemble soulignée par les matériaux sculpte dans une même unité un volume aux lignes pures et équilibrées dont les stratifications et les transparences invitent à entrer. 


À l’intérieur, les différentes composantes du programme s’organisent à partir d’un grand hall à la fois double hauteur et traversant. Véritable foyer spatial du projet, généreusement ouvert sur la prairie au sud, il est baigné de lumière naturelle tout au long de la journée, changeant d’ambiances au fil des heures et des saisons. Traversant, il s’ouvre également au nord et permet de rejoindre directement le centre de formation depuis l’accès principal du site et les constructions existantes. Il offre un ensemble varié de vues cadrées vers l’extérieur sur le ciel, le paysage alentour et le site. Un escalier, entièrement réalisé en béton coulé en place et peint en blanc, développe la plastique de ses courbes dans l’espace du hall. « Nous avons conçu ce hall comme un cœur de village, qui accueille, qui distribue les différents lieux et offre des espaces où l’on peut se détendre, discuter à quelques-uns, consulter ses mails, etc. Le mobilier choisi ici par Covéa est tout à fait dans l’esprit de ce que nous avons imaginé », précise Antoine Pélissier. La partie centrale du bâtiment est occupée par deux noyaux en béton brut laissé apparent, qui abritent les circulations verticales, les sanitaires et différents locaux de service.

Ils sont longés de part et d’autre par un couloir de desserte. Au rez-de-chaussée, sont regroupés les bureaux des formateurs, des espaces de co-working et toutes les salles de formation. Ces dernières se répartissent le long des façades nord, ouest et sud. Le premier et le deuxième étage sont réservés aux bureaux de l’entreprise. De différentes tailles, certains de grande dimension sont traités en open space. Sur ces deux étages, les bureaux sont entièrement modulables en fonction des besoins de l’entreprise et de leurs évolutions. Dans tout le bâtiment, les couloirs sont séparés des salles de formation et des bureaux par des cloisons vitrées sérigraphiées. Les utilisateurs sont ainsi protégés des regards et les circulations bénéficient de la présence de la lumière naturelle qui agrémente les parcours. 

Plan de rez-de-chaussée 1.Entrée 2. Accueil 3. Hall 4. Sales de formations 5. Bureaux des formateurs
Coupe sur le hall

Structure et enveloppe

La structure du bâtiment est entièrement réalisée en béton et associe différentes solutions. De façon générale, les dalles de plancher sont portées par les voiles coulés des noyaux servants centraux et les façades porteuses en panneaux préfabriqués de type murs à coffrage et isolation intégrés. Dans certaines parties du projet, lorsqu’il existe un décalage des plans de façade, comme au niveau du grand hall ou quand les panneaux de façade sont remplacés par des parois vitrées, la structure est de type poteaux-poutres. Les panneaux (MCII) de façade ont une épaisseur de 40 cm. Le voile intérieur, porteur, est de 20 cm et sa face visible dans les salles de formation et bureaux est laissée brute. Le voile de parement extérieur, matricé ou brut, a 8 cm d’épaisseur et l’isolant 12 cm. Ces panneaux participent à la performance du bâtiment qui atteint un niveau conforme à la RT 2012 – 40 %.

Le hall à la fois double hauteur et traversant est conçu comme un cœur de village, qui accueille, distribue et o re des espaces de détente.
Vue de la façade nord.

Reportage photos : Sandro DI CARIO DARSA 

Maître d’ouvrage : Covéa immobilier – Maître d’œuvre : AGaPé Architectes – BET structures : EVP – BET thermique : Benef cience – BET uides : Elithis – Entreprise gros œuvre : CMEG – Préfabricant : CMEG – Surface : 2 924 m2 SDP – Coût : 4,8 M€ HT – Programme : centre de formation du campus MMa (9 salles de formation, 2 salles de formation à distance, bureaux de formateurs, espace de rencontre et de détente) et bureaux collaborateurs MMA. 



0 commentaires
Voir aussi
  • 01/01/2000
    REVUE
    Construction Moderne n°102
    Les bâtiments industriels ont connu leur heure de gloire à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Reconnue – parfois même reconvertie–,leur architecture fait maintenant partie du patrimoine. Mais force est de reconnaître que la qualité architecturale des bâtiments industriels est ensuite passée au second plan. La tendance s’inverse, cependant:on voit aujourd’hui réapparaître un souci de qualité architecturale dans les bâtiments industriels, au bénéfice de l’image de marque des entreprises. Et quel matériau autre que le béton pourrait ainsi offrir une solution d’ensemble pour les sols, la structure et l’enveloppe ?
  • 01/04/2007
    SOLUTIONS BÉTON
    Les nouveaux bétons
    Des solutions bétons éprouvées et performantes. Les nouveaux bétons offrent des résistances mécaniques exceptionnelles, un aspect de surface remarquable, et une plus grande facilité de mise en oeuvre.
  • 18/10/2019
    Palmarès
    Trophée béton Pro : le palmarès de la 2eme édition
    PARIS. jeudi 17 octobre. Le jury du Trophée béton catégorie « professionnels » a livré le palmarès de sa 2eme édition. Organisé par l’association Bétocib, le Centre d’information sur le ciment et ses applications (CIMbéton), sous le patronage du ministère de la Culture, Trophée béton Pro est une distinction biennale qui vient valoriser et récompenser des réalisations remarquables en béton, construites en France au cours des cinq dernières années.