Réaliser une reprise de bétonnage consiste à bétonner un béton frais au contact d’un béton durci, afin d’assurer une continuité esthétique ou mécanique entre les deux bétons.

Les zones de reprise de bétonnage sont déterminées lors de la conception de l’ouvrage et précisées sur les plans d’exécution. Ces zones sont en général prévues, dans la mesure du possible, suivant des plans disposés normalement à la direction des contraintes.

Leur emplacement est prévu par un calepinage pour correspondre à la jonction des éléments constitutifs, et de façon à ne pas créer un joint gênant pour l’aspect du parement du béton.

Les dispositions à mettre en œuvre pour la réalisation des reprises de bétonnage ont pour but d’améliorer l’adhérence entre le béton ancien et le nouveau béton. Elles doivent être définies dans le plan d’assurance qualité mis au point par l’entreprise.

Lors de la réalisation de reprises de bétonnage, trois recommandations minimales doivent être impérativement respectées :

La surface de reprise doit être propre : les poussières, la laitance, les produits de cure et les agents de démoulage éventuels doivent être enlevés par soufflage à l’air comprimé et/ou associé à l’action d’eau sous pression,

La surface de reprise ne doit pas être recouverte d’eau libre. Toute flaque ou film en surface doivent être éliminés par soufflage à l’air,

Les armatures doivent être décapées et positionnées correctement. Les surface de reprise doivent être rugueuses pour faciliter l’adhérence et humidifiées.

L’amélioration de la rugosité de la surface de reprise peut être réalisée par un repiquage mécanique et un sablage énergique. Cette opération doit être suivie d’une attaque à l’eau sous pression, pour éliminer les parties altérées par le repiquage.

Il convient de mettre en œuvre un procédé de cure spécifique au niveau des reprises de bétonnage pour protéger le béton de première phase, en fonction des conditions climatiques et météorologiques au moment de la réalisation.

Nota : le béton de deuxième phase doit être formulé avec un ciment chimiquement compatible avec celui du béton en place.



0 commentaires

Voir aussi

  • 20/04/2018

    Conditions de décoffrage

    Sauf dans le cas de l’utilisation de coffrages glissants ou de traitement thermique, on ne procède au décoffrage que lorsque la résistance à la compression du béton atteint une valeur suffisante d’au moins 5 MPA.
  • 23/04/2018
    BETON

    Recommandations pour la durabilité des bétons durcis soumis au gel et aux sels de déverglaçage

    Les mécanismes de dégradation du béton sont liés à l’alternance de cycles répétés de phases de gel et de dégel. Le risque de désordres est d’autant plus élevé que le degré de saturation en eau du béton est important. C’est le cas notamment des parties d’ouvrages non protégées des intempéries et en contact direct avec des eaux saturées en sel. Une formulation mal adaptée et une mise en œuvre incorrecte du béton peuvent amplifier les dégradations.