BAP

Performances mécaniques a l’état durci

D’une manière générale, les comportements mécaniques et physico-chimiques et les principes de dimensionnement des ouvrages en BAP sont similaires à ceux des bétons vibrés.

Les BAP présentent, compte tenu de leur volume de pâte plus important, un module d’élasticité légèrement plus faible et des déformations instantanées et différées (retrait et fluage) légèrement plus élevées que les bétons traditionnels vibrés.

Pour les structures complexes et sensibles aux déformations, pour lesquelles la prise en compte des déformations différées est nécessaire, il convient d’ajuster les lois de déformation proposées par les normes de dimensionnement des ouvrages en béton (série des normes NF EN 1992) à partir d’essais de fluage. 

Durabilité

Les propriétés et performances des BAP permettent d’améliorer le remplissage des coffrages même dans des conditions et des géométries délicates ou pour des éléments fortement ferraillés et de supprimer tous les risques inhérents à des défauts de vibration

Il en résulte une meilleure compacité et homogénéité des bétons durcis, gage d’une plus grande durabilité des ouvrages.

Les BAP, formulés avec les mêmes composants que les bétons traditionnels, sont soumis aux mêmes propriétés de transfert et mécanismes d’altération vis-à-vis des agressions externes (attaques sulfatiques, gel…) et internes (carbonatation, pénétration des chlorures). Ils présentent donc une durabilité au moins équivalente à celle des bétons vibrés.



0 commentaires

Voir aussi

  • 01/09/2016
    beton

    Domaines d’utilisation privilégiés des BAP

    Les BAP sont utilisables aussi bien pour des applications horizontales que verticales, sur tous les types de chantiers, de bâtiments ou de génie civil et pour la réalisation de nombreux produits préfabriqués en béton.
  • 12/11/2018
    beton

    Essais de caractérisation spécifiques au BAP

    Les BAP doivent présenter une grande fluidité et pouvoir s’écouler sans apport d’énergie externe (vibration) à travers des zones confinées (armatures et coffrages). Ils doivent donc offrir une bonne résistance à la ségrégation « dynamique » (en phase de coulage), mais aussi à la ségrégation « statique » (une fois en place), afin de garantir l’homogénéité de leurs caractéristiques, de ne pas présenter de ressuage ou de tassement et de garantir un remplissage optimal des coffrages.