Après son retrait de la vie politique, au début de l’année 1920, Georges Clemenceau (1841-1929) viendra chaque année, jusqu’à sa mort, séjourner à la belle saison dans une longère isolée face à la mer au lieu-dit de Bélestat, dans la commune de Saint-Vincent-sur-Jard. Entre l’océan et la maison qu’il loue, il aménage, sur la dune, un jardin aux innombrables fleurs. L’État se porte acquéreur de la maison et des terrains environnants en 1932 et en 1935. De leur côté, les enfants de Georges Clemenceau font don à l’État des objets et mobiliers présents dans la maison. Depuis 1970, le site est classé monument historique. Remplie de souvenirs, notamment de ses voyages, la maison transformée en musée est restée dans l’état exact où elle se trouvait à la mort de Georges Clemenceau. Elle a reçu le label « Maison des illustres ». En 2010, la tempête Xynthia a provoqué d’importants dégâts au niveau du jardin et du bâtiment d’accueil existant. Après la démolition de ce dernier, le Centre des monuments nationaux a retenu l’agence d’architecture Titan pour en concevoir et en réaliser la reconstruction. Le nouveau projet devait prendre place dans l’emprise du volume d’origine, formé de deux bâtiments juxtaposés. 

Un monolithe discret

« Dans ce magnifique paysage, Clemenceau avait élaboré un jardin qui forme l’une des intensités du site », expliquent les architectes de l’agence Titan. « Notre proposition est un volume discret, qui s’intègre harmonieusement dans son environnement. Respectant la dimension patrimoniale, le pavillon d’accueil forme la porte d’entrée du jardin. Il s’apparente à un monolithe émergeant du sol. Sa coque, entièrement constituée de béton, se confond avec la plage, les dunes et le parvis, tout en définissant clairement un passage de l’espace public ouvert aux jardins de Clemenceau, plus intimes. Prenant en charge les contraintes du site, le nouveau projet s’articule autour d’une nef centrale – un pavillon jouant le rôle de structure de transition abritant la réception, la boutique du musée et un espace de médiation – connectée à deux volumes supplémentaires, dédiés l’un à la technique, l’autre au personnel. Alliant minimalisme et écologie, notre projet vise la durabilité et l’intégrité ; il marque sa présence sans pour autant concurrencer la maison musée. »

En béton couleur sable

Le nouveau pavillon d’accueil tout en béton de la couleur du sable de la dune dessine le volume pur et minimal de deux maisons traditionnelles accolées et décalées l’une par rapport à l’autre. Depuis la rue Georges Clemenceau et le parvis, une large baie vitrée invite à entrer dans la partie la plus en retrait. Une fois la porte franchie, l’espace d’accueil du public prend la forme d’une longue et profonde nef, dont la voûte à double pente en béton brut gris clair transforme, pour les architectes, le lieu « … en un vestibule minéral, évoquant un tunnel creusé dans la pierre, qui guide le visiteur vers les jardins… ». Il abrite la billetterie, la boutique et la salle de médiation. De part et d’autre de la nef centrale viennent se greffer les bureaux et les locaux techniques. 

 

 

Le pavillon d’accueil est entièrement construit en béton. La structure intérieure et l’enveloppe autoportante sont coulées en place. Les façades et la toiture sont des doubles murs en béton avec l’isolant pris en sandwich entre les voiles intérieurs et extérieurs. L’enveloppe en béton coloré décline deux types de textures. Un parement lisse marque le volume de la nef centrale, tandis que le reste de l’enveloppe présente un parement texturé coulé par passes successives et sablé. Une passe était coulée le matin et la suivante en fin de journée, afin de permettre à la première passe de faire sa prise et ainsi de suite. L’aspect texturé est obtenu par un jeu de décalage des coffrages, ainsi que par le sablage du béton en surface.

Le projet conçu par l’agence Titan marque sa présence, affiche l’entrée du lieu et le valorise, sans concurrencer la maison musée. Il a été distingué par différents prix, parmi lesquels on peut citer le Trophée Béton PRO 2019, le prix AMO 2019 dans la catégorie de la mise en œuvre la plus audacieuse. Il a également été nommé au prix de l’Équerre d’argent 2019 dans la catégorie première œuvre et est nominé au prix d’architecture contemporaine de l’Union européenne Mies van der Rohe 2022.

Localiser la réalisation

Fiche technique

Reportage photos : Julien LANOO 

  • Maître d’ouvrage : Centre des monuments nationaux, direction de la conservation des monuments et des collections
  • Maîtrise d’œuvre : TITAN (architectes-paysagistes mandataires)
  • BET (structure) : arest
  • Entreprise (gros œuvre) : HENRI BRUNET
  • Surface : 125 m2 
  • Coût : 500 000 € dont aménagement paysager 80 000 €


Programme : reconstruction du pavillon d’accueil de la maison Clemenceau comprenant : la billetterie, une boutique, une salle de médiation, des bureaux, des locaux techniques.



0 commentaires
Voir aussi
  • 01/06/2018
    REVUE
    Construction Moderne n°156
    Par son implantation, son programme et son architecture, tout bâtiment participe à la transformation et à l’amélioration du cadre de vie urbain. De plus en plus fréquemment, une même opération abrite différents programmes répondant ainsi à la mixité d’usages dont ont besoin les habitants. À Lingolsheim, le groupe scolaire Simone Veil, le gymnase Colette Besson et l’IME s’inscrivent dans un bâtiment unique qui participe à la constitution du coeur du nouvel écoquartier des Tanneries.
  • 12/02/2021
    Palmarès
    Retour sur la 9ème édition du Trophée Béton Écoles
    Le Trophée béton Écoles organisé depuis 2012 par l’association Bétocib, CIMbéton et la Fondation EFB, sous le patronage du ministère de la Culture, a pour but de révéler les jeunes talents des écoles d’architecture françaises, de les parrainer et de leur offrir une visibilité à l’orée de leur vie professionnelle.