Premier espace d’océan vert, cette terrasse de 100 m2 est réalisée en bétons clairs, poncés et colorés dans les ocres jaunes avec des finitions gommées très finement usées sur la surface.

Un centre de lutte contre le cancer n’est pas un centre de soins comme un autre. Les nouvelles peuvent y être plus inquiétantes et plus bouleversantes qu’ailleurs. La maladie s’empare indifféremment des enfants, des adultes et des personnes âgées. Echanger sur ou autour du sujet n’est pas chose aisée.

C’est pour faciliter cette communication et ménager des moments de détente que le Centre hospitalier François Baclesse a décidé d’offrir à ses patients et à son personnel un jardin adapté à leurs besoins. « De nombreux malades et leurs familles désiraient un petit carré de verdure. Un souhait modeste qui donna lieu à une demande initiale très simple : quelques bancs, un arbre, trois petites fleurs et point final. Mais, après discussion avec la direction de l’hôpital, je me suis aperçu qu’ils attendaient quelque chose de beaucoup plus significatif. Finalement la maîtrise d’ouvrage m’a incité à lui proposer une approche globale, un projet, une histoire. J’avais carte blanche, raconte l’architecte-paysagiste Benoît Dumouchel de l’Atelier Zenobia.

À l’époque, le seul espace extérieur était un gigantesque parking où les gens fumaient et discutaient en famille entre les voitures. Le projet du jardin était donc d’apporter un surcroît d’humanité pour tous ceux qui étaient amenés à fréquenter le centre. Nous souhaitions gommer au maximum l’environnement hospitalier et inviter chacun à un temps de partage et de vie. »  

Des nuisances canalisées 

Convaincu qu’une telle entreprise ne peut être menée sans les personnes intéressées, Benoît Dumouchel soumet un questionnaire au sein de l’hôpital. Une cinquantaine de retours permettent alors d’initier le projet.

« Notre réponse s’est déclinée en sept microcosmes, sept univers très différents les uns des autres », explique l’architecte. De son côté, Florian Helie, chef de l’agence Basse-Normandie de Minéral Service, se souvient d’un chantier inhabituel.

« Il fallait sans cesse penser à la capacité des malades à investir chacun des espaces : oublier les trottoirs, les pentes trop raides… Nous avons fait des tests tout au long de la réalisation pour valider auprès des futurs utilisateurs l’accessibilité et la capacité d’usage du jardin.

Nous étions aux portes du centre hospitalier, ce qui imposait un taux de poussière égal à zéro ! Toutes les découpes ont été faites à l’eau. Nous avons également planifié les travaux pour ne pas faire de bruit durant les heures de traitement des malades. Il fallait canaliser le plus possible les nuisances. »

une allée centrale dessert l’ensemble du jardin pour finir dans une impasse.

Sept espaces thématiques 

C’est donc au pied du Centre Baclesse qu’Océan vert s’est installé. Quelque 800 m2 de jardins en enfilade forment un véritable petit poumon vert où il est possible de se retrouver, de s’isoler ou de rêver. Contenue par une grande clôture évoquant une « barrière » en bambou, cette étonnante contrée de végétaux et de minéraux soustrait le promeneur au reste de l’environnement et l’invite à découvrir sept espaces thématiques délimités par des murets d’un mètre de hauteur, travaillés en pierre de Caen et en brique.

Une allée centrale dessert l’ensemble pour finir dans une impasse qui invite le promeneur à s’installer et à profiter d’un moment de quiétude, entouré d’arbres comme dans un bois. « Pour cette terrasse de quelque 80 m2, nous avons complètement oublié l’idée dominante ailleurs d’un béton coloré et sablé finement, pour réaliser un arlequin rouge, noir, jaune et bleu en béton lissé, spatulé et gravé. Des chaises légères et empilées ont été installées pour les amateurs de discussion en groupe ou en aparté », explique Florian Helie.

une aire de jeux a été aménagée pour les enfants. elle dispose de jeux à ressort et d’un petit toboggan sur des sols souples et multicolores ainsi que d’un banc en lattes de bois pour les accompagnateurs

Des échanges à la contemplation 

En quittant cette petite forêt, les visiteurs passent d’abord par un espace zen, qui arbore des rochers en granit de la région, des jardins nivelés en terre et quelques pas japonais, puis une sphère de repos avec des bancs agrémentés de repose-tête et de repose-pieds, et une aire de jeux. En poursuivant sur la large allée centrale, l’oreille est attirée par le sympathique glouglou d’une fontaine.

Ici, le thème de l’eau a présidé à l’aménagement. Un bassin, quelques poissons rouges, des plantes aquatiques et une petite cascade installés sur un gazon artificiel se laissent admirer, avant de faire une pause dans le périmètre consacré à la contemplation du ciel. Avant de sortir du jardin, il faut encore traverser le dernier et le premier espace, identifiable à son mobilier.

« C’est l’endroit des rencontres, avec une grande table familiale en bois assortie de chaises installées sous une pergola et sur 100 m2 de bétons clairs, poncés et colorés dans les ocres jaunes avec des finitions gommées très finement usées sur la surface, pour mettre à l’aise les visiteurs », détaille Florian Helie.

« C’est un peu la place publique, celle qui sert pour le goûter, les mots croisés, les échanges sur l’actualité… Un endroit où l’on peut partager avec d’autres, même s’ils sont des inconnus », conclut Benoît Dumouchel. 

Le jardin est composé de plusieurs espaces délimités par des murets d’un mètre de hauteur, travaillés en pierre de Caen et en brique.

Un jardin financé par des fonds privés

Océan vert est un jardin, mais le soin avec lequel il a été conçu et réalisé montre à quel point il s’agit d’un projet exceptionnel. Entièrement financé par des fonds privés, il est le fruit d’une solidarité et d’une générosité peu communes. Pas moins de 500 000 euros ont été réunis pour qu’il voie le jour. Des entreprises de la région, parmi elles toutes celles mobilisées sur le chantier, et plusieurs autres mécènes, dont de nombreuses familles de patients, ont participé.

L’opération, emmenée avec enthousiasme par l’acteur Jacques Perrin, a su convaincre beaucoup de monde. Le nom du jardin rend d’ailleurs un discret hommage à cet homme généreux, réalisateur du documentaire Océans.

Couronné aux Victoires du Paysage, le jardin compte parmi les tout premiers de ce type en France.

Cet espace de détente de 80 m2 en béton coloré et finement sablé arbore un arlequin rouge, noir, jaune et bleu en béton lissé, spatulé et gravé.

Principaux intervenants

Maîtrise d’ouvrage : Centre de lutte contre le cancer François Baclesse, à Caen (14) - Maîtrise d'œuvre : Atelier de paysage Zenobia -Entreprise mandataire : Minéral Service Lot n°2 Maçonnerie et revêtements de sol - Fournisseur du béton : Cemex - Fournisseur du ciment : Calcia - Fournisseur du désactivant : Chryso  - Pépiniéristes : Vivaces de l’Odon, Jardin Service et Pépinières Soupe



0 commentaires
Voir aussi
  • 14/12/2015
    Routes
    Voiries : un nouveau ciment sulfo-alumineux met le turbo
    Déjà vaste, la gamme des ciments s’élargit encore avec un nouveau produit prometteur : AlpenatUP, le dernier-né de la gamme UP de Vicat. Fruit de sept ans de recherches, il ouvre des perspectives nouvelles, notamment dans le domaine des bétons de chaussée à prise rapide.
  • 14/12/2015
    Var

    Saint-Tropez : voie d’accès bétonnée pour propriété de prestige

    La Côte d’Azur est une des régions françaises où le béton décoratif est le plus utilisé dans les aménagements urbains et routiers, notamment pour son esthétique et pour sa durabilité. Les architectes-paysagistes qui souhaitent valoriser le patrimoine des particuliers n’hésitent pas non plus à y recourir. Un bel exemple à Saint-Tropez.
  • 14/12/2015
    Deux-Sèvres
    Retraitement en place : du liant composé dans les Deux-Sèvres
    Au printemps, à La Chapelle-Saint-Laurent, 6 000 m2 de la RD 748 ont bénéficié d’un retraitement en place à froid mis en œuvre par Eiffage Route avec ses Procédés spéciaux, l’ARC®Dosage et l’ARC®1000. Particularité : l’utilisation d’un liant composé, Flexocim®.