Résumé 

Mélanges de granulats (sables, gravillons, fillers, etc.), de ciment, d’eau et d’adjuvants, les matériaux autocompactants, comme le laisse suggérer leur appellation, se mettent en place naturellement, par simple déversement, sans compactage, ni vibration.

Ils ont été introduits en France dans les années quatre-vingt-dix pour pallier les difficultés rencontrées avec le remblayage classique des tranchées. Devant le succès rencontré, ces matériaux se sont diversifiés pour répondre à d’autres besoins spécifiques, tels le remblai technique (remblayage derrière les culées des ouvrages d’art) et les matériaux autocompactants essorables de structures MACES (remblayage pour l’élargissement des routes sur accotements non stabilisés).

Sommaire

  1. Les matériaux autocompactants pour le remblayage des tranchées
  2. Les matériaux autocompactants essorables de structure (MACES)
  3. Les matériaux autocompactants pour les remblais techniques


0 commentaires
Voir aussi
  • 01/06/2017
    Rive-de-Gier et Saint-Chamond
    Une minéralisation de terre-plein central au service de la sécurité des usagers de l’autoroute A47
    Début avril 2016, la direction interdépartementale des routes (DIR) de Centre-Est a procédé à la minéralisation du terre-plein central de l’a47, sur 7 km entre Rive-de-Gier et Saint-Chamond (42), avec le concours actif de Colas et de sa filiale Aximum. But de l’opération : améliorer la sécurité et le confort des usagers, tout en limitant les perturbations en cas d’accident. « Pour ce chantier, nous avons mis en œuvre notre produit fluide de remblayage et d’élargissement, baptisé Rempleco », précise Didier Desmoulin, directeur technique adjoint chez Colas.