Sommaire 

  1. Sénart-Corbeil (91) : un béton hydrodécapé ocre pour le TCSP
  2. Dossier : la congestion du trafic routier est-elle une fatalité ?
  3. Illzach (68) : du béton désactivé pour valoriser un parvis en entrée de ville
  4. Lyon - Confluences (69) : des blocs en béton préfabriqué pour aménager la promenade du quai du Port Rambaud
  5. Corbières (11) : un béton balayé pérenne au service des voiries viticoles


0 commentaires
CAPTCHA
Voir aussi
  • 01/09/2013
    REVUE
    Routes n°125
    Les chaussées vieillissent, se dégradent progressivement pour aboutir, au bout de leur période de service, à l’apparition en surface de désordres, signes révélateurs de faiblesses structurelles, souvent aggravées par les effets du gel - dégel. Les causes sont l’âge, le trafic poids lourds et les conditions climatiques. Les conséquences sont des fissures, des déformations, de l’orniérage, des nids-de-poule, etc. Ces désordres conduisent à une forte diminution du niveau de service requis pour l’usager, particulièrement sur le plan du confort et de la sécurité.
  • 15/04/2006
    Collection technique
    T90. Entretien des routes secondaires. Le retraitement en place au ciment
    Écologique, économique, durable, ce procédé à froid recycle les matériaux, économise l’énergie et respecte l’environnement. La chaussée ainsi traitée possède les mêmes qualités qu’une grave-ciment élaborée en centrale : grande rigidité, grande résistance au trafic, solidité à toute épreuve, entretien quasiment nul sur la période de service.