Résumé 

Si le réseau des routes principales est régulièrement entretenu en France, il n'en va pas de même de l'énorme réseau de routes secondaires : 1 000 000 de km de rues, de routes et de chemins ruraux, représentant un capital investi de 100 milliards d’euros. Ce réseau se caractérise par des chaussées de faible largeur (de 3 à 6 mètres) et par un trafic généralement inférieur ou égal à t3, c’est-à-dire à 150 poids lourds par jour.

De structure ancienne, ces routes vieillissent et se dégradent : chaque année, 5 % en moyenne doivent faire l'objet de travaux. Parfois, cette usure n'est que superficielle : fissures longitudinales hors des traces de pneus, fissures transversales, arrachements de surface, orniérage à petit rayon. La rénovation de la couche de surface par un enduit super ciel ou un enrobé mince suffit, dans ce cas, à assurer l'étanchéité de surface et à améliorer l'adhérence de la chaussée tout en protégeant sa structure.

Mais, très souvent, c'est la structure même de la chaussée qui est atteinte : les causes en sont l'âge, bien sûr, mais aussi l'hétérogénéité des matériaux utilisés - briques, gravats, pierres -, les remontées en place d'un sol souvent argileux ou limoneux, et surtout l'effet dévastateur du tra c de poids lourds ou d'engins agricoles en période de dégel, après un hiver rigoureux.

Sommaire 

  1. Principes fondamentaux de la méthode graphique
  2. Comparaison économique
  3. Comparaison environnementale – Indicateur Energie
  4. Comparaison environnementale – Indicateur CO2
  5. Conclusion générale


0 commentaires

Voir aussi