Résumé 

La carbonatation modifie progressivement la composition chimique et la micro- structure interne du béton. Durant la vie de l’ouvrage, le béton piège ainsi du dioxyde de carbone à hauteur de 10 à 15 % du CO2 émis lors de la décarbonatation du calcaire nécessaire à la fabrication du ciment. Les ingénieurs ont, au cours du XXe siècle, appris à maîtriser certaines conséquences problématiques du phénomène de carbonatation.

À la fin de vie de l’ouvrage, la carbonatation peut, cette fois, être exploitée pour fixer du CO2 dans la pâte de ciment durcie d’un béton de démolition. Des résultats récents montrent qu’il est alors possible de recapter jusqu’à 50 à 60 % de CO2 supplémentaire. Par ailleurs, cette carbonatation est particulièrement favorable à une amélioration de la qualité du granulat recyclé issu du béton de démolition, facilitant ainsi sa réutilisation.

Sommaire 

  1. Le cycle du calcium, la carbonatation et les ouvrages en béton
  2. Les mécanismes de la carbonatation
  3. Les bienfaits de la carbonatation pour le béton
  4. Le piégeage du CO2 dans les bétons de démolition


0 commentaires

Voir aussi

  • 01/09/2016
    Turquie 

    Pont Yavuz Sultan Selim, le pont des records

    Par son comportement hybride, le troisième pont sur le Bosphore résout l’équation contradictoire d’un ouvrage suspendu et haubané à profil aérodynamique.
  • 01/09/2014
    Construction Moderne

    Construction moderne Ouvrages d'art 2014

    Nous ignorons ce que sera demain, mais il est certain qu’il sera très différent d’aujourd’hui. Nous sommes dans une période de mutation et de transition, et ce qui apparaît comme des « crises » est en fait l’expression du changement. Mais l’avenir nous appartient.