Résumé

Le pont a souvent été, pour nos sociétés, un symbole de gloire et de grandeur. De grands ouvrages sont même lancés comme des défis. N’avons-nous pas vu des piles d’ouvrages gigantesques déplacées encore de quelques mètres afin d’inscrire la portée du tablier au “livre des records” ? Toujours plus haut, toujours plus long : comment ce gigantisme qui nous fait rêver résistera-t-il au temps ? Construisons-nous encore aujourd’hui les “ponts du Gard” de demain ?

Sommaire

  1. Portugal –Viaducs autoroutiers
  2. Limoges (87) –Pont-passerelle
  3. Pomponne (77) –Estacade sur la LGV Est
  4. BFUP –Bétons d’exception
  5. Monestier-de-Clermont (38) – Viaduc
  6. Autoroute A51 –Mur de soutènement
  7. Issy-les-Moulineaux Centre de traitement des déchets
  8. Construire des ponts sans gêner le trafic
  9. Architectes à vocation ferroviaire
  10. Hommages à Charles Lavigne et Jean Muller


0 commentaires
Voir aussi
  • 20/08/2020
    Analyse du cycle de vie (ACV) d'un pont en béton
    La démarche s’appuie sur le cas concret d’un pont courant en béton (Passage Supérieur en Dalle Précontrainte) représentatif du patrimoine des ouvrages d’art routiers et autoroutiers français. Le Guide technique CIMbéton T87 décrit de manière détaillée l’ensemble de la démarche, qui détermine les impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie, afin de réaliser une évaluation globale de la qualité environnementale de l’ouvrage.
  • 23/09/2016
    GÉNIE CIVIL
    Pont en béton précontraint construits par poussage
    La méthode de construction d’un tablier de pont par poussage consiste à le réaliser par tronçons successifs sur l’une ou les deux rives de la brèche à franchir (à l’arrière d’une ou des deux culées), puis de le pousser au fur et à mesure de la fabrication des tronçons afin de dégager le coffrage (qui peut ainsi être utilisé pour la réalisation du tronçon suivant ) et de le mettre en place progressivement à sa position définitive (par translation longitudinal de l’ouvrage).