Le captage du CO2 pendant la durée d'utilisation de l'ouvrage  

En effet, en présence d’eau, le gaz carbonique (CO2 ) contenu dans l’air réagit avec les produits d’hydratation du béton notamment l’hydroxyde de calcium (portlandite) Ca(OH)2 pour former du carbonate de calcium CaCO3 .

Des simulations numériques ont été réalisées dans le but d’évaluer la capacité de fixation en CO2 d'un élément de structure simple : un mur de bâtiment de 20 cm d'épaisseur se carbonatant sur ses deux faces. Trois bétons ont été étudiés (classes de résistance C 25/30, C 40/50 ,C 50/60), formulés à partir de ciment de type  CEM I et présentant des dosages en ciment respectivement égaux à 230, 300 et 410 kg.m-3.

Les  calculs ont montré que la carbonatation joue de manière non négligeable sur le bilan carbone des matériaux à base de ciment, puisque, pendant la durée d’utilisation de l’ouvrage, le béton piège ainsi du dioxyde de carbone à hauteur de 10 à 15 % du CO2 initialement émis lors de la décarbonatation du calcaire nécessaire à la fabrication du clinker. 



0 commentaires

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Voir aussi
  • 24/06/2019
    Captage du CO2 dans les granulats recyclés
    La carbonatation des hydrates de ciment présents dans les granulats concassés de béton de démolition peut aussi être exploitée pour fixer du CO2, dans la pâte de ciment durcie d’un béton de démolition, à la fin de la vie d’un ouvrage.
  • 01/02/2013
    SOLUTIONS BÉTON
    Carbonatation des bétons et piégeage du CO2
    Une piste pour lutter contre ce gaz à effet de serre. La carbonatation du béton est un phénomène indissociable de ce matériau de construction. Pendant la durée de vie de l’ouvrage, le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère pénètre dans le béton à partir de la surface du matériau. Le dioxyde de carbone peut alors réagir avec les produits résultant de l’hydratation du ciment.