Le choix de la classe d’exposition est de la responsabilité du maitre d’ouvrage.

À chacune des classes correspondent des spécifications sur la composition des bétons, sous forme de valeurs limites à respecter.

Chaque classe fait l’objet d’une description des conditions environnementales et est illustrée d’exemples informatifs.

CLASSE XO : aucun risque de corrosion ou d’attaque
CLASSES XC1 à XC4 : corrosion induite par carbonatation
CLASSES XD1 à XD3 : corrosion induite par les chlorures ayant une origine autre que marine
CLASSES XS1 à XS3 : corrosion induite par les chlorures présents dans l’eau de mer
CLASSES XF1 à XF4 : attaque gel / dégel avec ou sans agent de déverglaçage
CLASSES XA1 à XA3 : attaques chimiques

Nota : En France, la désignation des classes d’exposition doit être suivie du sigle (F) car leur définition a été  adaptée au contexte climatique et géographique français.

La prise en compte de toutes les classes d’exposition permet de définir avec précision l’environnement de chaque partie d’ouvrage et d’optimiser les performances des bétons et leur durabilité.

NOTA : Les actions dues à l’environnement correspondent à des actions physiques et chimiques auxquelles le béton est exposé, qui entraînent des effets sur le béton et les armatures et qui ne sont pas considérées comme des charges pour la conception de la structure.

L’Eurocode 2  définit pour les ouvrages structurels des dispositions constructives et des spécifications pour le dimensionnement (valeur minimale d’enrobage, valeur limite d’ouverture des fissures) en fonction de chaque classe d’exposition.

Le Fascicule de Documentation FD P 18-011 fournit des recommandations complémentaires aux exigences de la norme NF EN 206/CN, pour les bétons soumis aux environnements chimiquement agressifs.

Si plusieurs classes d’exposition sont spécifiées pour un même béton, il doit respecter toutes les exigences prévues pour chaque classe d’exposition.

 

Classes d'exposition des bétons selon la norme NF EN 206 / CN

Classe d’exposition Description de l’environnement Béton concerné
XO Aucun risque de corrosion ou d’attaque Béton non armé ou béton armé en environnement très sec
XC Corrosion induite par carbonatation Béton contenant des armatures ou des pièces métalliques noyées exposé à l’air et à l’humidité
XC1 Sec ou humide en permanence  
XC2 Humide, rarement sec  
XC3 Humidité modérée  
XC4 Alternance d’humidité et de séchage  
XD Corrosion induite par les chlorures ayant une origine autre que marine Béton contenant des armatures ou des pièces métalliques noyées soumis au contact d’une eau ayant une origine autre
XD1 Humidité modérée que marine contenant des chlorures, y compris des sels de déverglaçage
XD2 Humide, rarement sec  
XD3 Alternance d’humidité et de séchage  
XS Corrosion induite par les chlorures présents dans l’eau de mer Béton contenant des armatures ou des pièces métalliques noyées soumis au contact des chlorures présents dans l’eau
XS1 Exposé à l’air véhiculant du sel marin mais pas en contact direct avec l’eau de mer de mer ou à l’action de l’air véhiculant du sel marin
XS2 Immergé en permanence  
XS3 Zone de marnage, zone soumise à des projections ou des embruns  
XF Attaque gel/dégel avec ou sans agent de déverglaçage Béton soumis à une attaque significative due à des cycles gel/dégel alors qu’il est
XF1 Saturation modérée en eau sans agent de déverglaçage mouillé
XF2 Saturation modérée en eau avec agent de déverglaçage  
XF3 Forte saturation en eau sans agent de déverglaçage  
XF4 Forte saturation en eau avec agent de déverglaçage  
XA Attaques chimiques Béton exposé aux attaques chimiques se produisant dans les sols naturels, les
XA1 Environnement à faible agressivité chimique eaux de surface et / les eaux souterraines
XA2 Environnement d’agressivité chimique modérée  
XA3 Environnement à forte agressivité chimique  

 

NOTA : La classe « XO » concerne les bétons ne comportant aucun risque de corrosion, ni d’attaque. Cette classe ne peut concerner que les bétons non armés, ou faiblement armés avec un enrobage d’au moins 5 cm à condition qu’ils ne soient soumis ni au gel, ni à l’abrasion, ni à des attaques chimiques.

Valeurs limites pour le classement des attaques chimiques

La norme NF EN 206/CN définit les valeurs limites des paramètres correspondants aux attaques chimiques. Ces seuils correspondent à des caractéristiques chimiques des eaux de surfaces et souterraines ou des sols.

Valeurs limites pour les attaques chimiques des eaux de surfaces et souterraines

Caractéristiques Chimique Classe d'exposition    
  XA1 XA2 XA3
SO42- en mg/l 200 à 600 600 à 3000 3000 à 6000
pH 5,5 à 6,5 4,5 à 5,5 4 à 4,5
CO2 en mg/l 15 à 40 40 à 100 de 100 jusqu’à saturation
NH4+ en mg/l 15 à 30 30 à 60 60 à 100
Mg 2+ en mg/l 300 à 1000 1000 à 3000 de 3000 jusqu’à saturation

Valeurs limites pour les attaques chimiques des sols naturels

Caractéristiques chimiques Classe d'exposition    
  XA1 XA2 XA3
SO42- en mg/l 2 000 à 3 000 3 000 à 1 2 000 12 000 à 24 000
Acidité ml/kg Supérieur à 200 Baumann Gully n’est pas rencontré dans la pratique

NOTA : le choix de la classe d’attaques chimiques se fait par rapport à la caractéristique chimique conduisant à l’agression la plus élevée.

Pour ce type d’environnement la norme NF EN 206/CN renvoie au fascicule de documentation FDP 18-011 « Bétons – classification des environnements chimiquement agressifs », notamment pour le choix de ciments.



0 commentaires
Voir aussi
  • 23/04/2018
    BÉTON
    Facteurs influençant la teinte des parements
    La qualité de la teinte d’un parement ne résulte pas de l’application de recettes simples. Elle repose sur la maîtrise d’un ensemble de paramètres liés à la formulation du béton (régularité des matières premières utilisées, précision des dosages), à sa fabrication et sa mise en œuvre (bétonnage, vibration), aux caractéristiques du coffrage, de la peau coffrante et du produit démoulant, et aux conditions climatiques et météorologiques (température, humidité) lors de la réalisation de l’ouvrage et les jours suivants.
  • 12/11/2018
    beton
    Bétons autoplaçants
    Les bétons autoplaçants (BAP) s’inscrivent dans une logique de progrès qui contribue à une meilleure maîtrise de la construction des ouvrages, à la sécurité et à la santé des ouvriers.