Résumé 

Livré tout récemment, l’hôtel de ville de Lillebonne se devait d’illustrer le mot d’ordre de la mairie pour ses constructions actuelles : exprimer dans la modernité architecturale le dynamisme d’une commune en développement. Sans rompre avec l’ancien.

Sommaire

  1. Lillebonne. Hôtel de ville : un kaléïdoscope de lumière
  2. Montbéliard. Pôle universitaire : composition urbaine
  3. Vitry. Logements : la ZAC humaniste
  4. Joinville, Rouen, Colombes - Traiter l'eau : dans la cour des géants
  5. Boulogne-Billancourt. Caserne de pompiers : une caserne sur pilotis
  6. Alençon. Siège de l'office d'HLM : en toute simplicité


0 commentaires

Voir aussi

  • 04/09/1998
    REVUE

    Construction Moderne n°96

    Objet d’une rubrique dans notre dernier numéro, l’hôtel de ville de Lillebonne a donné à Chloé Parent l’occasion d’illustrer ses talents de coloriste : choix du matériau, choix des couleurs, elle a aussi assuré le suivi de la réalisation dans son ensemble...
  • 04/12/1998
    REVUE

    Construction Moderne n°97

    Lancée au printemps 1998, une enquête de lectorat de Construction moderne a donné à nos lecteurs l’occasion de s’exprimer. Plébiscitée sur le fond, la revue se voit confortée dans son objectif :montrer le béton “matière d’architecture” et la liberté constructive qui résulte de ses ressources techniques et plastiques. Le principe fondateur de notre publication s’en trouve ainsi réaffirmé.Mais parce que nous entendons répondre aux attentes de notre public, une nouvelle formule a été élaborée :plus dynamique, la revue attache toujours autant d’importance à l’image mais s’oriente vers un traitement plus structuré et plus visuel du texte qui facilite l’accès à l’information.
  • 01/01/1999
    REVUE

    Construction Moderne n°98

    Près de cinq cents étudiants sont entrés en lice : la session 1998-1999 du concours Bétons, matière d’architecture est maintenant bien lancée.Mais c’est en juin prochain, au moment de la proclamation des résultats, que le concours connaîtra son point d’orgue. Quatrième du nom, ce concours est bien sûr une preuve du dynamisme de la filière béton. Davantage encore, c’est une démonstration renouvelée de l’intérêt des étudiants pour ce matériau d’avenir.