Dans un environnant bâti éclectique et désaligné, le projet joue un rôle de pivot et recompose une manière de front urbain.

L’éco-quartier Danube à Strasbourg, élaboré par les agences d’urbanisme de Christian Devillers et de Pascale Richter, s’inscrit dans une démarche de reconquête urbaine des berges du canal du Rhône au Rhin et des bassins portuaires d’une ancienne friche industrielle. Il se développe sur l’emprise d’une usine de production de gaz à partir de la houille, qui a été en activité jusqu’en 1974. Ce nouveau quartier prend place dans un lieu significatif de l’histoire industrielle de Strasbourg : l’ancien site portuaire du bassin d’Austerlitz situé au sud-est du centre historique. Il agît comme un nouvel élément de jonction entre les quartiers de l’esplanade au nord et du Neudorf au sud.

La forme plissée et dynamique de la façade sur la rue Edmond Michelet vient redonner un alignement en reliant les deux bâtiments voisins décalés l’un par rapport à l’autre, tandis que le volume installe une hauteur intermédiaire entre eux.

Posture urbaine

L’ensemble de 31 logements et commerce conçu par les architectes Cédric Petitdidier et Vincent Prioux est la dernière pièce constitutive de l’éco-quartier Danube. Dans un environnant bâti éclectique et désaligné, le projet joue un rôle de pivot. La forme plissée et dynamique de la façade sur la rue Edmond Michelet vient redonner un alignement en reliant les deux bâtiments voisins décalés l’un par rapport à l’autre, tandis que le volume installe une hauteur intermédiaire entre eux, recomposant ainsi une manière de front urbain. La partie arrière, donnant sur la place publique, s’imprègne dans sa volumétrie et sa composition des constructions existantes.

Pensé sur quatre faces, le projet s'organise en deux volumes différenciés. Le premier bâtiment haut de 8 étages se dresse sur la rue Edmond Michelet. Le second s'élève sur 4 étages et est orienté vers la place centrale.

Un édifice, deux volumes

« Pensé sur quatre faces, notre projet s’organise en deux volumes différenciés, soulignent les architectes. Le premier bâtiment haut de 8 étages donne sur la rue Edmond Michelet. Le second s’élève sur 4 étages et est orienté vers la place centrale. Sa toiture accueille une terrasse végétalisée et un solarium plus minéral, auxquels peuvent accéder les résidents. Une faille scinde les deux plots et permet ainsi de marquer l’entrée de l’ensemble des logements, au rez-de-chaussée, depuis l’espace public. Elle est traversée par des passerelles privatives qui offrent un accès direct aux logements du bâtiment bas, depuis le noyau de circulations situé dans le bâtiment haut. Le grand local à vélos semi-ouvert présent au rez-de-chaussée du bâtiment bas permet une ouverture sur la place minérale centrale. Profitant de la fréquentation de la rue, le rez-de-chaussée de l’autre corps de bâtiment est quant à lui entièrement occupé par des commerces. La pureté et la sobriété de traitement que nous avons retenues dans l’architecture de ce projet réinterprète à la fois l’ambiance des anciens Docks et des entrepôts portuaires, ainsi que les codes de l’architecture strasbourgeoise, en montrant le bâtiment dans sa vérité structurelle, un peu à la manière dont les pans de bois constituent l’image de la Ville et en utilisant la couleur comme accompagnement. » 

Diversité typologique

Chaque plot du projet accueille un type de logements. Le bâtiment sur rue abrite des appartements familiaux. La double peau des façades sud et ouest permet aux habitants de bénéficier de généreux espaces de prolongement extérieurs offrant orientations et vues variées.  Le plot donnant sur la place est conçu comme un immeuble de rapport constitué d’un empilement de duplex classiques ou inversés. Pour chacun, une loggia d’angle en simple ou double-hauteur agrémente l’espace du logement.

Des panneaux préfabriqués en béton dessinent la trame structurelle de la première peau qui abrite balcons et loggias.

Peau de béton

L’ensemble du projet est réalisé en béton. Pour la structure voiles et planchers sont coulés en place. L’enveloppe est constituée d’éléments préfabriqués. Pour les façades ouest, côté rue Edmond Michelet, et sud du bâtiment haut, les panneaux préfabriqués en béton dessinent la trame structurelle de la première peau qui abrite balcons et loggias. Toutes les autres façades, sont réalisées avec des éléments de type Murs à coffrage et isolation intégrés (MCII). Livrés bruts, tous les éléments préfabriqués en béton reçoivent une lasure gris clair appliquée sur site. « Les sous-faces des loggias et balcons sont traitées avec l’importance d’une « sixième façade », précisent les archiectes. Participant à la perception du bâtiment depuis la rue, elles sont subtilement teintées de rose dont les variations chromatiques animent la façade au gré de la journée. »

Une faille scinde les deux plots. Elle est traversée par des passerelles privatives qui offrent un accès direct aux logements en duplex, depuis le noyau de circulations situé dans le bâtiment haut donnant sur la rue Edmond Michelet.

Localiser la réalisation

Fiche technique

Maitrise d’ouvrage : CDC Habitat
Maitrise d’œuvre : Petitdidierprioux Architectes
BET TCE : BEA
Entreprise gros-œuvre : Armindo Frères 
Préfabricant : Spurgin
Surface : 2 060 m² SHAB, 2 349 m² SP 
Coût : 2,8 M€ HT
Programme : 31 logements et commerces en rez-de-chaussée



0 commentaires
Voir aussi
  • 14/08/2020
    ISRAEL
    Une tour solaire géante au milieu du désert
    Au beau milieu du désert de Néguev, en Israël, s’élève depuis début 2018 la plus haute tour solaire du monde. L’ouvrage monumental en béton culmine à 256 m de hauteur.
  • 14/09/2020
    MARSEILLE
    Un centre dentaire sculptural
    Conçu par l’agence MARRET&FERNANDEZ, ce bâtiment sculptural en béton, qui abrite un centre dentaire, a été primé au Trophée béton Pro 2019.
  • 18/06/2020
    Tassin-la-Demi-Lune
    Nouveaux bureaux pour un architecte
    Le béton noir, teinté dans la masse et brut de décoffrage, façonne la volumétrie générale et la spatialité intérieure du nouveau siège de l’agence de Pierre Minassian.