Les ateliers de l’accueil périscolaire s’ouvrent généreusement sur le paysage naturel.

Pour éviter aux enfants de l’école Roger Balan de devoir traverser la ville afin de rejoindre les locaux des activités périscolaires et la cantine, la ville de Saint-Marcel, voisine de Chalon-sur-Saône, a fait construire un nouvel équipement destiné à remédier à cette situation. Ce nouvel édifice abrite deux ateliers pour l’accueil périscolaire et un restaurant scolaire destinés aux enfants de maternelle et d’élémentaire de l’école Roger Balan située en face, de l’autre côté de la rue de Breuil. 

Le volume se creuse pour aménager des lieux de vie extérieurs protégés du soleil et des intempéries par les avancées de toiture.

Laisser pénétrer l’extérieur à l’intérieur

« Le site offre un grand paysage verdoyant composé d’herbes sauvages et d’espaces boisés, ouvrant de belles perspectives sur un environnement naturel agréable et apaisant. Notre parti architectural et paysager nous a conduits à concevoir un projet qui laisse pénétrer les espaces extérieurs à l’intérieur du bâtiment. Le périscolaire, orienté à l’ouest, se tourne au calme vers les grands espaces sauvages non constructibles. Le restaurant scolaire regarde vers l’est, ce qui permet son ouverture sur les espaces de loisirs communaux.

L’intérieur est dimensionné de sorte à pouvoir assurer une flexibilité d’usage au bâtiment et à la collectivité »

précise Lionel Debs, l’architecte lauréat de la consultation lancée par la ville.

Côté rue, le volume se creuse et le débordement de toiture qui en résulte signale l’entrée de l’équipement.

Une architecture de béton aux lignes pures

Une écriture aux lignes pures, minimales et orthogonales dessine les façades qui composent la volumétrie générale de cet édifice en béton gris clair laissé brut de décoffrage. Le calepinage des joints d’arrêt de coulage, des panneaux de coffrage et des écarteurs de banche ponctue et anime le parement brut tout en soulignant le dessin des façades et leur enchaînement. Côté rue, le volume se creuse et le débordement de toiture qui en résulte marque la présence de l’entrée.
De la même façon, au niveau de la salle de restaurant et des deux ateliers, des débords de toiture aménagent des lieux extérieurs à l’abri des intempéries. À l’inverse, en été, ces mêmes avancées de toiture protègent les grandes baies vitrées du rayonnement solaire direct et évitent ainsi tout risque de surchauffe dans les salles.

hall entre les deux ateliers de l’accueil périscolaire.

Le béton brut des murs séparatifs, la présence de la lumière naturelle, le bois de mélèze des menuiseries ou des rangements, les larges vues sur l’extérieur caractérisent l’ambiance intérieure. L’ensemble du bâtiment est construit en béton coulé en place. Les façades sont des doubles murs isolés en béton, constitués d’un voile extérieur de 20 cm, d’un isolant de 20 cm et d’un voile intérieur de 20 cm. La toiture-terrasse est isolée par l’extérieur. 

Le projet répond à la RT 2012. Lors de la mise en œuvre de la dalle de couverture, une réservation dans le coffrage permet de réaliser dans le plafond en béton un léger décaissé où sont intégrés les panneaux acoustiques en fibre de bois.

vue sur un atelier de l’accueil périscolaire.

Principaux Intervenants 

Reportage photos : Philippe Ruault

Maître d’ouvrage : ville de Saint-Marcel – Maître d’œuvre : LDA – Lionel Debs Architectures, architecte mandataire – Bureaux d’études TCE : 3iA – Artiste : Sabine Marcelis (œuvre miroir colorée dans hall d’accueil) – Entreprise gros œuvre : Dbtp – Surface : 550 m2 SP – Coût : 1,1 M€ HT – Programme : deux ateliers pour un accueil périscolaire, un restaurant scolaire.



0 commentaires

Voir aussi

  • 15/04/2019
    Auvergne-Rhône-Alpes

    157 logements résidence reflets 2 vies

    Aux abords de la gare de Lyon-Perrache, une pièce urbaine en béton matricé lasuré assure la transition avec le nouveau quartier de la Confluence.
  • 15/04/2019
    Provence-Alpes-Côte d'Azur

    Institut de la mer, résidence pour chercheurs

    La résidence pour chercheurs de l’agence CAB développe une architecture puissante, presque infrastructurelle où béton brut et lumière cadrent des vues d’exception.
  • 15/04/2019
    Haute-Garonne

    44 logements Square Maïmat Nord

    Les deux immeubles du square Maïmat 2 abritent 44 logements sociaux.Noyés au milieu de la verdure, ils présentent une alternative intéressante au pavillonnaire.