Résumé

Dans son discours d'ouverture, Hélène Jacquot Guimbal, directrice générale de l'IFSTTAR, est revenue sur les résultats de la COP 21, estimant qu'une grande avancée avait été obtenue. Elle observe également que les récentes innovations démontrent que les infrastructures de transport auront leur rôle à jouer dans la transition énergétique et dans la lutte contre le changement climatique. Georges Tempez, directeur de la DTecITM du Cerema, a fait le point sur la situation du Cerema, deux années après sa création, tout en rappelant ses objectifs et ses priorités.

Enfin, Marc Tassone, directeur général de l'IDRRIM, est revenu sur les bouleversements technologiques et sociétaux que nous vivons actuellement, estimant ainsi que les infrastructures de transport seront soumises elles aussi à ces évolutions et qu'elles doivent se préparer à ce changement. La première session thématique a ensuite été consacrée à la problématique de la lisibilité et la visibilité de la route pour assurer la mobilité des usagers. Celle-ci a été vue sous trois aspects distincts : en améliorant la lisibilité de la signalisation, par le développement des ITS coopératifs et par l'arrivée prochaine du véhicule autonome. La deuxième session thématique a porté sur les mesures de caractéristiques de surface des chaussées.

Après la présentation du nouveau guide IDRRIM sur l'état de l'art en matière d’adhérence des chaussées, les présentations ont porté sur les travaux actuellement en cours afin d'harmoniser les méthodes de mesure d'adhérence. La deuxième journée s'est ouverte par une session consacrée aux innovations dans le domaine des liants hydrauliques et des bétons. Une présentation a notamment permis de revenir sur les résultats du projet Terdouest, dont le rapport a été publié en décembre par l'IDRRIM. Ces présentations ont également démontré tout l'intérêt que présente l'utilisation des liants hydrauliques dans les infrastructures de transport terrestre. Enfin, une ultime session a permis de présenter les derniers développements en termes de techniques à faible impact, économes en énergie et en ressources. Cette session s'est terminée par la présentation des récentes innovations du secteur, et notamment le procédé Wattway.

Pour conclure, ces deux journées se sont achevées par deux ateliers thématiques : les éco-comparateurs et l'intégration des enjeux de protection de la biodiversité et du paysage dans les projets de conception d'infrastructure. Ce numéro de Routes illustre au travers de reportages de chantiers plusieurs thématiques développées lors de la session "liants hydrauliques" des JTR 2016. 

Sommaire 

  1. Val de marne (94) : à Ivry-sur-Seine, le béton embellit la place du Général-de-Gaulle
  2. Gard (30) : La Rouvière choisit le retraitement en place
  3. Seine-Maritime (76) : Retraitement en place, une première “anti-pollution“ à Rouen
  4. Drôme (26) : béton matricé et sablé pour le centre commercial à Saint-Paul-lès-Romans
  5. Innovation : TRAC, un “béton caoutchouc“ anti-bruit et anti-vibrations
  6. Le Béton Compacté Routier (BCR) fait peau neuve

Articles à consulter directement sur le site
 

Vue de l’œuvre Marbre d’ici, de Stefan Shankland, durant la phase de chantier. Le motif ondulé évoque le lit de la Seine, qui passait là il y a 360 000 ans.

Le béton embellit la place du Général de Gaulle

Développé dans le cadre de la ZAC du Plateau, créée en décembre 2006 aux portes sud de Paris, à Ivry-sur-Seine, le projet Ivry Grand Place comprend un ensemble immobilier et une place publique dont les travaux de revêtement ont été confiés à Mineral Service. Inaugurée à l’automne 2015, celle-ci a la particularité d’accueillir une œuvre d’art signée Stefan Shankland, réalisée de manière inédite à partir du recyclage de 10 tonnes de gravats.
Gard

La Rouvière choisit le retraitement en place

À l’automne dernier, la mairie de La Rouvière, près de Nîmes (Gard), a fait procéder à la réfection d’une voie communale en recourant au retraitement en place à froid au liant hydraulique. Une opération réalisée par Eiffage TP Méditerranée à la satisfaction générale.
Rue Henri-Saint-Pierre, sur environ 140 m, le chantier s'est déroulé à proximité immédiate de l'école des Sapins. Disposés sur des trépieds (ici, à côté des chenilles), des capteurs ont mesuré les concentrations en HAP émises lors du retraitement.
CIMbéton

Retraitement en place : une première anti-pollution

La vaste opération de réhabilitation lancée en 2011 et achevée l’an dernier dans la métropole normande a été l’occasion de confirmer l’efficacité d’une approche innovante pour résoudre le problème des chaussées polluées aux HAP : l’utilisation du retraitement en place à froid aux liants hydrauliques, associée au procédé « Recyclean® », un dispositif d’encapsulation et de protection par voie humide mis au point par Eiffage Route.
Leparvisdel'hypermarchéLeclerc fait l'objet d'un traitement résolument contemporain, avec du mobilier urbain en béton et une palette de trois couleurs : noir, gris et brun-rouge.

Béton matricé et sablé pour le centre commercial

Saint-Paul-les-Romans Pour accompagner sa mise au goût du jour, l'hypermarché Leclerc de Saint-Paul-lès-Romans, près de Valence, dans la Drôme, s’est vu adjoindre un parvis en béton matricé un peu particulier.
Quelque 30 000 m2 d’écrans SOUND TRAC ont déjà été installés en Île-de-France, notamment dans l’Essonne (à Lognes et à Saint-Michel-sur- Orge, le long de la RN 104, ainsi que depuis deux ans entre Arpajon et Longjumeau, sur la RN 20) ou dans le Val-de-Marne (à Orly).

Un béton caoutchouc anti-bruit et anti-vibrations

Innovation : Trac Le groupe Rincent a développé un procédé qui permet d’obtenir un « composite inverse » à base de ciment et de caoutchouc recyclé. Baptisé « TRAC », ce nouveau matériau permet de réaliser des murs anti-bruit performants et « écologiques » qui équipent déjà plusieurs grands axes routiers d’Île-de-France. D’autres applications – notamment anti-vibrations – sont en cours de développement.
BCR Surface Pro s’applique sur la surface juste avant le passage de la truelle mécanique, avec un pulvérisateur à grand débit. Il permet au béton d’être taloché  n, avec suffisamment de pâte cimentaire en surface pour recevoir une Finition balayée traditionnelle.
CIMbéton

Le béton compacté routier (BCR) fait peau neuve

Un nouvel adjuvant de surface permet d’améliorer les finitions esthétiques du BCR tout en augmentant ses performances et sa durabilité. Un nouvel avantage compétitif pour ce béton très résistant qui ne manque pas d’atouts !


0 commentaires
Voir aussi
  • 01/06/2016
    REVUE
    Routes n°136
    By Béton a été créée sous l’impulsion des trois organisations professionnelles du secteur — le Centre d’information sur le ciment et ses applications (CIMbéton), la Fédération de l’industrie du béton (FIB) et le Syndicat national du béton prêt à l’emploi (SNBPE).
  • 01/09/2016
    REVUE
    Routes n°137
    L’étalement urbain et la densification des espaces déjà construits augmentent l’imperméabilisation des sols, accentuant ainsi les risques pour l’environnement. Ces phénomènes se concrétisent par des inondations plus fréquentes, en raison de la surcharge des réseaux et des vitesses de montée en charge des cours d’eau, ainsi que par une pollution des milieux récepteurs par lessivage. Au-delà de la gestion qualitative et quantitative de l’eau, l’imperméabilisation des sols dans les zones urbaines entraîne une diminution de l’évapotranspiration.
  • 01/12/2016
    REVUE
    Routes n°138
    Il se tiendra du 6 au 8 juin 2017 à Paris. Ce symposium est organisé par l’ATILH et l’industrie cimentière française. Il est placé sous le patronage de la Commission nationale française pour l’Unesco et il a reçu le parrainage de l’Académie des sciences, de l’Académie des technologies et de la FIB (International Federation for Structural Concrete). « The Future of Cement » est organisé à la fois pour célébrer les 200 ans de la découverte des lois régissant l’hydraulicité du ciment par Louis Vicat et pour exprimer la vitalité d’une industrie toujours partie prenante des évolutions majeures de notre société.