Catégories de BAP

Les bétons autoplaçants sont classés en 3 catégories (1, 2, 3) en fonction de 4 critères :

  • type d’application : horizontale ou verticale ;
  • valeur de l’intervalle d’écoulement ;
  • épaisseur de la dalle (dans le cas d’une application horizontale) ;
  • longueur de cheminement.

Les catégories 2 et 3 se décomposent en sous-catégories (2a et 2b, 3a et 3b) en fonction de la longueur maximale de cheminement.

   

   AH

     AH

    AH

    AH

   AV

     AV

   

<300 mm

 <300 mm

 >300 mm

  > 300 mm

    -

      -

L   

     -

 <5m

5m<L<10m

<5m

5m<L<10m

 <5m

5m<L<10m

      I

I > 100

1

1

2a

2b

2a

2b

      I

80 < I < 100

2b

2b

2a

2b

2a

2b

      I

I < 80

3b

3b

3a

3b

3a

3b

  • AH : Application Horizontale
  • AV : Application Verticale
  • E : Epaisseur 
  • L : longueur maximale de cheminement
  • I : intervalle d’écoulement

 

Spécifications des BAP à l’état frais

Les exigences spécifiques relatives au BAP à l’état frais dépendent en particulier du type d’application, des conditions de confinement liées à la géométrie du coffrage, du matériel et de la technique de mise en œuvre.

Les propriétés requises à l’état frais des BAP sont fonction de leur catégorie (1, 2a, 2b, 3a, 3b) et déterminées à partir des valeurs :

  • maximale au tamis
  • minimale à la boîte en L.

Nota : Les seuils spécifiés dans le tableau 2 doivent être respectés au stade de la qualification de la formulation et pendant toute la Durée Pratique d’Utilisation (DPU).

Propriétés requises pour le BAP en fonction de sa catégorie

Catégorie de

     BAP

    1

     2A

    2B

     3A

     3B

Valeur maximale au tamis : SR  %

     20

    20

    15

   15

   10

Valeur minimale à la boite en l : H2/H1

Pas de prescription particulière

0,8 avec

2 barres

0,8 avec

 2 barres

0,8 avec

3  barres

0,8 avec

 3  barres

Classification des BAP

Les BAP font l’objet de 3 classes spécifiques pour caractériser leurs propriétés à l’état frais.

Classes de consistance

La consistance des BAP peut être spécifiée par plusieurs types de classes : 

  • classes d’étalement au cône d’Abrams
  • classes de viscosité apparente : t500
  • classe de viscosité apparente : entonnoir en V.

En France, c’est la classe d’étalement au cône d’Abrams qui est essentiellement utilisée et l’on distingue 3 classes de consistance (SF1, SF2, SF3).

Le choix de la consistance doit tenir compte en particulier de la technique de mise en œuvre.

La valeur de l’étalement d’un BAP (dénommée Fourchette d’Étalement à la Réception : FER) peut être définie :

  • sur la base d’une valeur cible comprise entre 600 et 750 mm (avec une variation admissible en général de + ou - 50 mm) ;
  • par la désignation d’une classe (SF1, SF2, SF3).

 

CLASSES DE CONSISTANCE

ETALEMENT en mm

SF1

550 à 650

SF2

660 à 750

SF3

760 à 850

Nota : Le BAP ne doit présenter aucun signe de ségrégation ou de ressuage lors de l’essai d’étalement.

Nota : On distingue :

  • la Fourchette d’Étalement à la Fabrication (FEF) : gamme de valeurs d’étalement admissibles à la fabrication au départ de l’unité de production ;
  • la Fourchette d’Étalement à la Réception (FER) : gamme de valeurs d’étalement admissibles à la réception du BAP sur le chantier.

La FER est déterminée lors des essais de qualification du BAP.

Classes d’aptitude à l’écoulement

L’écoulement du BAP est spécifié par 2 types de classes :

  • boîte en L ;
  • étalement à l’anneau.

En France, c’est l’essai de la boîte en L qui est le plus utilisé.

CLASSES D’APTITUDE A L’ECOULEMENT

Taux de remplissage

PL1

 Supérieur à 0,8 avec 2 barres

PL2

 Supérieur à 0,8 avec 3 barres

Classes de résistance à la ségrégation

Elle est spécifiée à l’aide de l’essai de stabilité au tamis.

CLASSES DE SEGREGATION

Pourcentage de laitance %

SR1

  Inférieur  à 20

SR2

 Inférieur à  15

Intervalle d’écoulement

L’intervalle d’écoulement (mm) correspond à la dimension de l’espace le plus petit (plus petite maille d’armatures) au travers duquel le béton doit s’écouler pour se mettre en place correctement dans le coffrage. Il permet, en prenant en compte la géométrie du coffrage, les dimensions et les dispositions des armatures et de leurs espacements, de quantifier la sévérité du confinement lié à la présence d’armatures. Il caractérise le risque de blocage vis-à-vis des armatures et des inserts.

Recommandations relatives à la classification des BAP

ETALEMENT

CLASSES

APPLICATIONS PRIVILEGIEES

SF1

- Structures en béton non armées ou faiblement armées, bétonnées par le haut avec un libre déplacement du point de remplissage (dalles de maison)

-Bétonnage à la pompe par injection

-Sections suffisamment petites pour éviter de grande longueur de cheminement horizontal (pieux…)

SF2

- nombreuses applications courantes (voiles, poteaux…)

SF3

Applications verticales, structures de formes complexes, ferraillage dense

STABILITE AU TAMIS

SR1

- Dalle de faible épaisseur

- Application verticale avec distance de cheminement inférieur à 5 m, et intervalle d’écoulement supérieure à 80 mm

SR2

- Application verticale avec distance de cheminement supérieur à 5 m, et intervalle d’écoulement inférieure à 80 mm

APTITUDE A L’ECOULEMENT

PL1

- Structures avec intervalle d’écoulement compris entre 80 et 100 mm (structures verticales d’habitation)

PL2

- Structures avec intervalle d’écoulement compris entre 60 et 80 mm (ouvrages Génie Civil)

Aucune spécification

- Dalles de faible épaisseur dont l’intervalle d’écoulement est supérieur à 80 mm

-Structures dont l’intervalle d’écoulement est supérieur à 100 mm

 



0 commentaires

Voir aussi

  • 12/11/2018
    beton

    Les bétons autoplaçants

    Les bétons autoplaçants (BAP) s’inscrivent dans une logique de progrès qui contribue à une meilleure maîtrise de la construction des ouvrages, à la sécurité et à la santé des ouvriers. Sur les chantiers, comme dans les usines de préfabrication, ils offrent une chaîne d’avantages multiples, liés à leurs caractéristiques exceptionnelles d’écoulement et leur mise en œuvre sans vibration : réduction des délais d’exécution, qualité des parements, bétonnage aisé de structures complexes, de très grande hauteur ou très armées, remplissage optimal des coffrages et des moules, réduction considérable de la pénibilité pour les ouvriers et des nuisances sonores, gain de sécurité…
  • 01/09/2016
    beton

    Principes de formulation des BAP

    Le défi à relever lors de la formulation d’un BAP consiste à obtenir un béton fluide qui ne ségrége pas, qui offre une bonne rhéologie et une viscosité adaptée et qui permet la réalisation de parements de qualité.