Différence entre absorption et isolation.

Dans les sources de bruits les plus fréquentes, on peut distinguer les bruits aériens (voix, musique) et les bruits d'impact (bruits de pas, chutes d'objets). Pour les bruits aériens, les ondes sonores sont véhiculées par l'air et parviennent à l'oreille directement ou après rebond contre une paroi. L'isolation acoustique dépend donc de la capacité des matériaux à transmettre ou à intercepter les ondes sonores.

Les bruits d'impact sont propagés par les éléments de la construction eux-mêmes. Les bruits de choc les plus gênants sont ceux transmis par la structure. Il faut amortir ces bruits à la source par l'absorption.
Une différence est également à faire entre l'absorption et l'isolation. Une bonne absorption ne signifie pas automatiquement une bonne isolation.

Le béton est un bon isolant acoustique. Pour lui conférer des propriétés d'absorption, il faut le coupler avec des matériaux absorbant tels que les sols PVC, la moquette, etc.
La complémentarité du béton avec les autres matériaux est infinie, et peut assurer la maîtrise de l'acoustique du lieu.

Isolation des sols

La technique du sol flottant permet de limiter les bruits d'impact : une chape de mortier est posée sur une sous-couche isolante constituée d'un matériau mince qui absorbe les vibrations et empêche leur propagation.
Pour que le résultat soit le plus efficace possible, le sol doit être désolidarisé des murs et de la dalle de support.

Isolation des murs et cloisons

Le béton offre une solution efficace à la réalisation de parois isolantes. En effet, plus un matériau est lourd, moins il laisse passer le bruit. Un mur en béton épais de 20 cm isole efficacement une pièce. Il faut néanmoins veiller à ce que les jonctions entre la façade et les refends, les murs et les planchers ne constituent pas de ponts phoniques et soient correctement calfeutrées ou doublées.

Isolation des murs de séparation entre les habitations

Les murs mitoyens sont idéalement constitués de deux parois qui doivent être séparées par un vide de plusieurs centimètres et n'avoir aucune liaison entre elles. La paroi double se comporte comme un système mécanique « masse/ressort/masse », la lame d'air comprise entre les deux parois jouant le rôle de ressort.
Pour qu'une paroi double soit efficace, plusieurs conditions s'imposent : les deux parois doivent être désolidarisées pour éliminer les transmissions parasites, être dissemblables pour éviter qu'elles aient la même fréquence critique et séparées par une distance suffisante, celle- ci influant sur la fréquence de résonance. Un absorbant acoustique doit être placé entre les parois pour amortir les ondes stationnaires.



0 commentaires
17/01/2019 lily
très interresant

Voir aussi

  • 01/09/2007
    COLLECTION TECHNIQUE CIMBÉTON

    B41. Béton et confort : l'acoustique

    Cet ouvrage montre comment la compréhension des mécanismes de l’acoustique, la prise en compte des contraintes du lieu, en amont de la conception, permettent de répondre favorablement aux attentes des usagers avec des solutions pragmatiques pour lesquelles le matériau béton a toute sa légitimité.
  • 01/11/2013
    COLLECTION TECHNIQUE CIMBÉTON

    B90N. Performances thermiques et acoustiques des bâtiments en béton

    La construction neuve en France fait l’objet de toutes les attentions de nos politiques. De très nombreuses réglementations et incitations ont été mises en œuvre afin d’augmenter le nombre de logements construits dans le pays, et ainsi de résor- ber un déficit chronique entre l’offre et la demande (l’objectif est de 500000 logements construits annuellement).
  • 17/04/2018

    Performance thermique

    33% des émissions de gaz à effet de serre sont liés à l’utilisation quotidienne des bâtiments, chauffage et climatisation représentant 92% du CO2 émis par un bâtiment durant sa vie en œuvre. Pour réduire ces émissions, construisons efficacement et diminuons chauffage en hiver et climatisation en été. Les propriétés d’inertie thermique du béton permettent de réduire les écarts de températures grâce à des solutions bioclimatiques.