Crédit photo : Shutterstock

Rudy Ricciotti, l’architecte retenu pour ce projet, est parti d’un constat : la nouvelle passerelle allait cohabiter avec des franchissements existants : le Point du Diable, plus vieux pont roman en France (XIe siècle), le pont routier qui marque la fin du XIXe siècle et un autre pont en béton du XXe siècle, « tous porteurs de savoir de leur siècle ». Et compte tenu de son environnement exceptionnel, cette nouvelle passerelle piétonne devait presque s’effacer dans le paysage.

Avec Romain, son fils ingénieur, Rudy Riccotti a imaginé une structure squelettique, telle une colonne constituée de vertèbres et traversées par la moelle épinière. Concrètement, il s’agit d’un arc léger dont les quinze voussoirs en U dessinent les contours du tabler et parapet.

Relever les défis techniques

Pour concilier l’effet de légèreté voulu, le franchissement de 69 m sans appui intermédiaire et l’impact visuel réduit au minimum, le duo Ricciotti a choisi le béton fibré ultra-haute performance (Befup). Une première en Europe ! Avec une portée de 67,5 m pour 1, 8 m de hauteur (soit un élancement de 1/38 eme), sans arcs ni haubans, la dalle de la passerelle des Anges ne mesure que 4 cm d’épaisseur ! Au final, la passerelle de 144 tonnes est composée de deux poutres isostatiques parallèles formant le garde-corps.

La totalité des éléments de l’ouvrage ont été préfabriqués en usine, puis assemblés sur site par précontrainte par posttension sur cintre. Les voussoirs ont été assemblés au dixième de millimètre près. Les études en amont du projet, la préfabrication des éléments béton, les méthodes constructives utilisées et la mise en œuvre de précontraintes très importantes ont permis une très grande maîtrise des délais : 3 mois de préfabrication, 1 mois de préparation du site, 1 semaine de pose - et seulement 6 ouvriers - et réglage, 1 semaine de démontage, soit moins de deux mois sur site.

 

Chiffres clés

  • 72 mètres de longueur totale, pour 67,5 m de portée
  • 1,8 m de large
  • 1,8 m de haut
  • 4 cm d’épaisseur de dalle
  • 15 voussoirs (environ 10t chacun) de 4, 60 m
  • 144 tonnes au total


0 commentaires
CAPTCHA
Voir aussi
  • 01/09/2017
    Rennes 
    Un viaduc tout en finesse pour le métro
    La qualité architecturale du viaduc est essentielle à sa bonne insertion dans le tissu urbain de la métropole bretonne. La finesse et la légèreté de l’ouvrage masquent une vraie complexité technique.
  • 01/01/2015
    SOLUTIONS BÉTON
    Les acier plats. Pour des ouvrages à plus faibles impacts environnementaux
    Pourquoi ne pas utiliser des aciers plats ? Quels pourraient être les avantages et les inconvénients des aciers plats ? Pourquoi ne pas disposer de verrous pour aussi améliorer l’adhérence ? Pourquoi ne pas réaliser les verrous avec des pas variables pour forcer les fissures à se produire selon un pas donné ?
  • 20/12/2004
    Construction Moderne Ouvrages d'art
    Construction moderne Ouvrages d'art 2004
    La réussite de l’ouvrage d’art vient d’abord de la symbiose originelle entre l’ingénieur et l’architecte. Elle vient aussi de l’apport des autres concepteurs associés : que serait le pont reliant Rion à Antirion sans la performance de ses fondations? Elle vient enfin des constructeurs et des spécialistes de matériaux qui ont apporté, ces dernières années, une évolution remarquable du matériau béton. Les progrès considérables du béton ont permis une audace toujours plus grande des formes grâce à la maîtrise de la maniabilité et l’amélioration du comportement mécanique, et des avancées déterminantes pour la durabilité et la maintenance des ouvrages grâce à sa compacité.