Crédit photo : Shutterstock

Rudy Ricciotti, l’architecte retenu pour ce projet, est parti d’un constat : la nouvelle passerelle allait cohabiter avec des franchissements existants : le Point du Diable, plus vieux pont roman en France (XIe siècle), le pont routier qui marque la fin du XIXe siècle et un autre pont en béton du XXe siècle, « tous porteurs de savoir de leur siècle ». Et compte tenu de son environnement exceptionnel, cette nouvelle passerelle piétonne devait presque s’effacer dans le paysage.

Avec Romain, son fils ingénieur, Rudy Riccotti a imaginé une structure squelettique, telle une colonne constituée de vertèbres et traversées par la moelle épinière. Concrètement, il s’agit d’un arc léger dont les quinze voussoirs en U dessinent les contours du tabler et parapet.

Relever les défis techniques

Pour concilier l’effet de légèreté voulu, le franchissement de 69 m sans appui intermédiaire et l’impact visuel réduit au minimum, le duo Ricciotti a choisi le béton fibré ultra-haute performance (Befup). Une première en Europe ! Avec une portée de 67,5 m pour 1, 8 m de hauteur (soit un élancement de 1/38 eme), sans arcs ni haubans, la dalle de la passerelle des Anges ne mesure que 4 cm d’épaisseur ! Au final, la passerelle de 144 tonnes est composée de deux poutres isostatiques parallèles formant le garde-corps.

La totalité des éléments de l’ouvrage ont été préfabriqués en usine, puis assemblés sur site par précontrainte par posttension sur cintre. Les voussoirs ont été assemblés au dixième de millimètre près. Les études en amont du projet, la préfabrication des éléments béton, les méthodes constructives utilisées et la mise en œuvre de précontraintes très importantes ont permis une très grande maîtrise des délais : 3 mois de préfabrication, 1 mois de préparation du site, 1 semaine de pose - et seulement 6 ouvriers - et réglage, 1 semaine de démontage, soit moins de deux mois sur site.

 

Chiffres clés

  • 72 mètres de longueur totale, pour 67,5 m de portée
  • 1,8 m de large
  • 1,8 m de haut
  • 4 cm d’épaisseur de dalle
  • 15 voussoirs (environ 10t chacun) de 4, 60 m
  • 144 tonnes au total


0 commentaires
Voir aussi
  • 08/07/2021
    Rendez-vous
    Colloque "Le Pont" - 28-29/09/2021
    TOULOUSE. 28-29 sept. Le 26ème colloque aura pour thème « Le changement climatique et les ouvrages de génie civil ». Ce colloque réunit chaque année les acteurs et spécialistes du génie civil sur des problématiques de maintenance des ouvrages d'art.
  • 17/12/2011
    Construction Moderne Ouvrages d'art
    Construction Moderne Ouvrages d'art 2011
    Les bâtiments en béton armé sont les monuments historiques du XXe siècle. On pense à Notre-Dame du Raincy, Saint-Joseph au Havre, la villa Savoye ou Notre-Dame de Royan. Les architectes des Monuments Historiques s’emploient aujourd’hui à restaurer et à transmettre ces monuments de béton : ainsi les halles du Boulingrin à Reims et les unités d’habitation de Le Corbusier à Marseille sont actuellement en chantier. On sait moins que dès la fin du XIXe siècle, le Service des Monuments Historiques, avec ses architectes, fut précurseur de l’utilisation du béton armé pour la restauration des monuments et pour la construction des édifices publics. Je pense à Anatole de Baudot, plus proche collaborateur d’Eugène Viollet-le-Duc, créateur dès 1887 de « L’École de Chaillot», où sont enseignées les techniques contemporaines de restauration pour la formation des architectes du patrimoine.
  • 10/11/2016
    GÉNIE CIVIL
    Ponts à haubans
    Le tablier des ponts à haubans est soutenu par une ou deux nappes de câbles (appelés haubans) accrochés à des pylônes. Le principe de ce type d’ouvrage est ancien. Albert CAQUOT en 1950 à Pierrelatte, Jean MULLER en 1975 au pont de Brotonne, ont contribué au développement de cette technique qui, en France, a abouti avec Michel VIRLOGEUX à la réalisation du pont de Normandie, puis du viaduc de Millau.