Résumé

Le béton résiste au temps qu’il fait et au temps qui passe. Mais les ouvrages en béton peuvent nécessiter des opérations de réparation ou de renforcement pour augmenter leur durée d’utilisation ou offrir de nouvelles fonctionnalités. De nombreuses solutions techniques sont disponibles et maîtrisées, elles ont fait la preuve de leur efficacité et répondent à l’ensemble des problèmes potentiels rencontrés sur les matériaux ou sur les structures. Il convient de choisir la solution technique adaptée à la pathologie à traiter, après un diagnostic complet et précis des désordres, de leurs causes et de leurs évolutions.

Sommaire

  1. Principes clés - Les guides du STRRES
  2. Réparation des désordres superficiels - Traitement des fissures
  3. Réparation et renforcement des structures par des armatures passives additionnelles
  4. Renforcement des structures par précontrainte additionnelle
  5. Protection des bétons par application de produits à la surface du parement
  6. Béton projeté
  7. Réparation des ouvrages en béton armé dégradés par corrosion des armatures
  8. Réparation et renforcement des structures en béton au moyen de matériaux composites


0 commentaires
Voir aussi
  • 15/12/2016
    GÉNIE CIVIL
    Quelques ponts non courants
    Les arcs sont, avec les ponts à béquilles, les structures les mieux adaptées au franchissement de vallées encaissées ou de gorges profondes.
  • 24/06/2019

    Le mécanisme de carbonatation

    Le CO2 présent dans l’atmosphère peut être à l’origine d’une carbonatation des matrices cimentaires. Il se diffuse sous forme gazeuse dans la porosité du béton ou du mortier et se dissout en formant des acides au contact de la solution interstitielle contenue dans la pâte de ciment.
  • 17/01/2010
    Construction Moderne Ouvrages d'art
    Construction Moderne Ouvrages d'art 2010
    On voyait jadis, dans les ponts et les chaussées, autant de façons de relier les hommes entre eux et d’en favoriser les échanges. Tracer un chemin augmentait la prospérité des villages qu’il traversait. On venait de plus loin au marché, à l’école ou à l’église. Hier encore, la route carrossable permettait un accès plus rapide à l’hôpital, donc à la santé, et aux loisirs : la découverte des congés payés, en 1936, se fit en vélo, au fil des routes. Or il s’est produit, avec le Grenelle, un curieux basculement du regard porté sur les territoires. Les infrastructures de transport sont désormais perçues comme une fragmentation de l’espace, réductrice de la biodiversité ordinaire.