Il convient de prendre en compte les combinaisons d’actions les plus agressives pour la structure qui sont physiquement possibles et qui ont une probabilité d’occurrence non négligeable.

Les diverses combinaisons d’actions à prendre en compte pour les dimensionnements vis à vis des états limite de service et les états limites ultimes sont définies dans la norme Eurocode NF EN 1990 (Eurocode 0).

Une structure est soumise à un grand nombre d’actions qui doivent se combiner entre elles. Chaque combinaison d’action regroupe des actions qui s’exercent simultanément en les affectant de coefficient de pondération.

La probabilité d’occurrence simultanée d’actions indépendantes peut être très variable selon leur nature. Il est donc nécessaire de définir les combinaisons d’actions dans lesquelles, à la valeur caractéristique d’une action dite de base, s’ajoutent des valeurs caractéristiques minorées d’autres actions.

Les combinaisons d’actions sont définies pour des situations de projets, que la structure va rencontrer tant en phase d’exécution que d’exploitation ou de maintenance : situations de projets durables (correspondant à des conditions normales d’utilisation), transitoires (correspondant à des situations temporaires telle que l’exécution), accidentelles (incendie, chocs) ou sismiques (tremblement de terre).

Les combinaisons d’actions considérées doivent tenir compte des cas de charges pertinents, permettant l’établissement des conditions de dimensionnement déterminantes dans toutes les sections de la structure.

Exemples ce combinaisons d'actions

L’annexe A1 de l’Eurocode 2 : « Application pour les bâtiments » fournit les règles pour établir les combinaisons d’actions pour les bâtiments :

Pour les ELU expressions 6.10 à 6.12 b

  • Combinaisons fondamentales : 6.10 – 6.10 a/b pour situations de projet durables ou transitoires
  • Combinaisons accidentelles : 6.11 pour situations de projet accidentelles
  • Combinaisons sismiques : 6.12 pour situations de projet sismiques

Pour les ELS expressions 6.14 à 6.16 b

Exemples de combinaisons :

  • 1.10Gk,sup + 0,90Gk,inf + 1,50Qk1 + 1,5 Σψo,i Qk,I, i > 1
  • 1.35Gk,sup + 1,00Gk,inf + 1,50Qk1 + 1,5 Σψo,iQk,I, i > 1
  • 1.15Gk,sup + 1,00Gk,inf + 1,50Qk1 + 1,5 Σψo,iQk,I, I > 1

AVEC :

  • Gk,sup Actions permanentes défavorables
  • Gk,inf Actions permanentes favorables
  • Gk,1 Action variable dominante
  • Gk,i Action variable d’accompagnement


0 commentaires
Voir aussi
  • 20/04/2018
    BÉTON
    Pompage des bétons
    La technique de pompage du béton consiste à refouler, par l’intermédiaire d’une pompe, le béton dans une tuyauterie. Elle est utilisable pour toutes tailles de chantier et une large gamme de bétons (fermes , fluides , autoplaçant , légers ,ordinaires , spéciaux …)
  • 15/06/2020

    La recommandation AFGC

    Cette recommandation concerne les bétons destinés aux travaux géotechniques au sens de l’annexe D de la norme NF EN 206/CN.
  • 23/04/2018
    BÉTON
    Facteurs influençant la teinte des parements
    La qualité de la teinte d’un parement ne résulte pas de l’application de recettes simples. Elle repose sur la maîtrise d’un ensemble de paramètres liés à la formulation du béton (régularité des matières premières utilisées, précision des dosages), à sa fabrication et sa mise en œuvre (bétonnage, vibration), aux caractéristiques du coffrage, de la peau coffrante et du produit démoulant, et aux conditions climatiques et météorologiques (température, humidité) lors de la réalisation de l’ouvrage et les jours suivants.