Villa SI – Résidence secondaire. L’espace du séjour s’ouvre en angle sur l’extérieur.
Villa SI – Résidence secondaire. L’espace du séjour s’ouvre en angle sur l’extérieur.

Les villas PL et SI, conçues par l’architecte Stéphane Fernandez, lui ont été commandées par deux jeunes entrepreneurs aixois, qui à l’époque venaient de fonder leur société, devenue rapidement très florissante. L’un et l’autre amateurs d’art contemporain et d’architecture sont de la même génération que l’architecte. Stéphane Fernandez et ses commanditaires ont longuement échangé et partagé pour appréhender la question de l’architecture dans son rapport au corps. C’est-à-dire, comment chaque élément qui constitue une architecture de maison interagit sur notre corps, sur notre manière d’être, de vivre, d’habiter, de percevoir ce qui nous entoure... 

Les volumes en béton blanc des villas émergent de la végétation méditerranéenne.
Les volumes en béton blanc des villas émergent de la végétation méditerranéenne.

Ils sont ainsi allés ensemble à des conférences d’architecture. Un voyage au Portugal a été l’occasion de visiter des maisons d’Eduardo Souto de Moura et des carrières de pierre. Car, initialement, les maîtres d’ouvrage voulaient leurs maisons en pierre. Plus que la simple réponse à une commande, l’architecte conçoit, pour chaque maison, une manière de vivre et d’habiter unique résultant du parcours, du dialogue, de la complicité partagés avec ses clients. Issues d’un même concept architectural, elles présentent une véritable ressemblance, tout en étant différentes l’une de l’autre du fait de leur relation au paysage, de leur adaptation au caractère et au mode de vie de chaque propriétaire… La plus grande (villa PL) sert d’habitation principale, tandis que sa voisine (villa SI) est utilisée comme résidence secondaire.

Villa SI – Dans le séjour, le grand porte-à-faux du plafond oriente et cadre les vues sur le paysage.
Villa SI – Dans le séjour, le grand porte-à-faux du plafond oriente et cadre les vues sur le paysage.

Volumes blancs dans la végétation

Le site du projet se trouve à l’ouest d’Aix-en-Provence, à proximité d’un golf. Dominé par une colline boisée avec de grands pins, le paysage vallonné alterne bosquets et prairies qui évoquent le passé agricole et pastoral du lieu. Les deux villas se côtoient. Elles sont implantées en partie haute du terrain qui descend en pente douce vers le sud-ouest et s’inscrivent dans le sens du paysage. Leurs volumes en béton blanc, géométriques et abstraits, émergent de la végétation méditerranéenne qui les entoure.

Les maisons sont comme deux carrés parfaits suspendus dans le paysage. À la manière de Cézanne dans ses peintures de la Sainte-Victoire, elles apparaissent tels deux volumes en calcaire blanc qui se posent dans une intensité végétale très forte. L’architecte a travaillé le mouvement des maisons pour l’intégrer à celui de la pente du terrain. « Elles se composent chacune de trois maisons », souligne Stéphane Fernandez. 

Villa SI – Vue d’une chambre d’amis à l’étage, donnant sur un patio longitudinal.
Villa SI – Vue d’une chambre d’amis à l’étage, donnant sur un patio longitudinal.

« La maison du sol constitue le socle qui est partiellement encastré dans la pente du terrain. Il ne possède aucun percement en façade et est ponctuellement creusé par-dessus pour aménager la piscine, une zone plantée ou des prises de lumière zénithales. Au-dessus, correspondant au rez-de-chaussée et à l’espace de la vie familiale, vient la maison du paysage faite de larges cadrages initiés par la structure éliminant la limite horizontale entre le dedans et le dehors. Enfin, la maison du ciel termine l’ensemble. Elle accueille les chambres d’amis et s’organise autour d’un patio central dans un cas (villa PL) ou le long de deux patios latéraux dans l’autre (villa SI). Les chambres s’ouvrent sur le patio minéral et le ciel bleu azur de Méditerranée, sans aucune autre vue sur l’extérieur.

Villa PL – Villa familiale. L’espace en croix du salon est strictement orienté sur les quatre points cardinaux.
Villa PL – Villa familiale. L’espace en croix du salon est strictement orienté sur les quatre points cardinaux.

L’espace de la vie familiale s’organise sur la base d’un carré palladien, qui se subdivise en neuf carrés. Chaque angle est occupé par un bloc bâti en béton blanc, ce qui dessine au centre un généreux espace ouvert en croix. Dans la grande maison, les branches de la croix sont chacune strictement orientées vers un des quatre points cardinaux. La seconde est légèrement pivotée en direction d’un très beau bosquet de pins qui se dresse dans le paysage. Ici, un des quatre angles de la figure fondatrice n’est pas construit. Le large porte-à-faux ainsi créé ouvre entièrement l’espace du séjour sur l’extérieur et permet d’embrasser du regard l’ensemble du bosquet de pins. » 

 

Des maisons dans la maison

Chaque maison a un accès propre qui conduit vers son socle. Une grande porte à deux vantaux en béton, montés sur pivots et motorisés, s’efface entièrement pour permettre aux voitures d’entrer. Une fois refermée, elle disparaît dans le mur en béton blanc du socle. 

Ce niveau est occupé par les locaux techniques et de service, le garage des véhicules, la cave à vin, les salles de jeu, de sport, etc. Dans la grande comme dans la petite maison, le rez-de-chaussée est consacré à la vie commune et à la famille. Le séjour, salon, salle à manger est un espace horizontal fluide, continu, épuré, généreusement ouvert sur les terrasses extérieures et offrant tout un jeu de vues cadrées sur différentes parties remarquables du paysage alentour, proche ou plus lointain. Les blocs d’angle en béton blanc, évoqués précédemment par l’architecte, constituent des éléments monolithiques protégés dans chacun desquels sont aménagés la cuisine ou un bureau ou des lieux d’intimité des habitants tels que l’espace des parents ou les chambres des enfants. 

Chaque bloc fonctionne comme une maison dans la maison. Ils donnent tous sur l’espace commun du séjour. Dans ce dernier, les grandes baies vitrées sont coulissantes et peuvent disparaître intégralement dans l’épaisseur des blocs. Le salon s’ouvre alors largement et devient comme une halle couverte avec pour seule limite la végétation tout autour. Les deux maisons sont entièrement construites en béton coulé en place. Toutes les parois visibles sont en béton de ciment blanc, avec la présence d’un sable gris local, qui entre dans sa composition. Ainsi, lorsque le temps est couvert, les façades blanches se grisent légèrement. Ce sont des banches métalliques en inox qui ont été utilisées pour avoir un parement brut de décoffrage de haute qualité, qui est entièrement poncé, afin d’obtenir une texture homogène et soyeuse. 

Villa PL – Au premier étage, les chambres d’amis s’organisent autour d’un patio central.
Villa PL – Au premier étage, les chambres d’amis s’organisent autour d’un patio central.

Dans chaque maison, le plan continu du plafond en béton blanc du grand salon est en fait la sous-face d’une dalle à caisson de 70 cm d’épaisseur réalisée en 3 phases. La dalle en béton blanc du plafond du salon est coulée en premier. Par-dessus, les poutres croisées sont ensuite réalisées et enfin la dalle de plancher du 1er étage est mise en œuvre. Cet élément de structure à caisson, porté par les blocs d’angle, permet d’avoir des franchissements inhabituels dans une maison, pouvant aller jusqu’à 10 m dans la villa PL. De même, cette dalle caisson et les parois de façade en béton du volume supérieur, qui constituent des poutres-voiles, permettent de réaliser le grand porte-à-faux de la villa SI. Les planchers sont chauffants/rafraîchissants et utilisent la géothermie. « Le choix du béton blanc a une dimension esthétique car il rappelle la roche calcaire de la région et est en harmonie avec le lieu », précise l’architecte. « L’inertie du béton et le déphasage qu’il permet participent au confort thermique d’été des maisons. La réflexion solaire sur le béton blanc donne une lumière très douce dans les espaces intérieurs. En renvoyant le rayonnement solaire, le béton blanc réduit le réchauffement des murs. » 

Villa PL – Ici, la vue vers l’ouest depuis le salon, qui s’ouvre sur la terrasse, la piscine et le paysage.
Villa PL – Ici, la vue vers l’ouest depuis le salon, qui s’ouvre sur la terrasse, la piscine et le paysage.

Tout ceci participe au caractère profondément méditerranéen de ces villas à l’architecture abstraite et épurée intimement liée à ce territoire de la Provence.

Localiser la réalisation

Fiche technique

Reportage photos : © Stephane Aboudaram – We Are Content(S)

  • Maître d’ouvrage : privé
  • Maître d’œuvre : atelier Stéphane Fernandez
  • BET structure : SEI
  • BET fluides : B52
  • Entreprise gros œuvre : Campenon Bernard
  • Surfaces : 800 m2 et 600 m2 SDP
  • Coût : NC

Programme : villa principale et villa secondaire pour deux amateurs d’art contemporain et d’architecture.



0 commentaires
Voir aussi
  • 01/12/2014
    REVUE
    Construction Moderne n°143
    Solutions béton présente l’ensemble des bétons et des traitements disponibles pour l’aménagement urbain et paysager. Un focus sur les bétons intelligents permet de découvrir des solutions innovantes adaptées aux exigences environnementales.
  • 01/05/2008
    REVUE
    Construction Moderne n°130
    Apporter des réponses constructives pérennes qui font progresser le confort de nos maisons, tout en satisfaisant nos légitimes exigences environnementales, tel est l’enjeu pour nos métiers. En particulier en matière d’efficacité énergétique, comme en témoignent les exemples présentés dans notre dossier “Solutions béton”. Aujourd’hui en effet, les performances techniques et les qualités de parement des bétons accompagnent l’invention et l’imagination des concepteurs.
  • 01/06/2016
    Côte Varoise 
    Maison "le Cap", entre la nature et la mer
    Construite sur un site privilégié de la Riviera, c’est une luxueuse maison de vacances, à la fois rustique et sophistiquée, qui regarde vers la mer en offrant au paysage des parements de béton brut.