Le Fascicule 65 introduit deux méthodes pour justifier la durabilité des bétons vis-à-vis des risques de corrosion des armatures, des risques associées au gel-dégel et des risques de gonflement interne.

  • Spécifications de compositions liées aux classes d’exposition
  • Spécifications performantielles liées aux classes d’exposition

Spécifications de composition liées aux classes d’exposition

Le Fascicule 65 renforce les spécifications liées aux classes d’exposition destinées à assurer la durabilité de la norme NF EN 206/CN (Tableau 8B)

TABLEAU 8.B. Valeurs limites applicables en France pour la composition et les propriétés du béton en fonction de la classe d’exposition

Spécifications performantielles liées aux classes d’exposition

Le Fascicule 65 permet de recourir à des spécifications performantielles selon 2 approches (méthode de conception performantielle et concept de performance équivalente).

Les méthodes performantielles sont basées essentiellement sur la notion d’indicateur de durabilité et d’essais de performances.

Elles permettent de trouver une réponse adaptée dans les cas où l’approche prescriptive conduit à des exigences difficiles à concilier.

Le fascicule introduit des dérogations possibles aux exigences du Tableau NAF1 de la norme NF EN 206/CN, pour la durabilité du béton et des armatures vis-à-vis des risques de corrosion des armatures associés aux classes (XC1 à XC4, XD1 à XD3, XS1 à XS3) ,vis-à-vis des risques associés au gel-dégel (XF1 à XF4) et vis-à-vis des risques de gonflement interne ), par des spécifications performantielles selon l’une des deux méthodes.

  • Méthode de conception performantielle,
  • Concept de performance équivalente.

Ces méthodes de prescriptions performantielles  permettent de déroger aux exigences du tableau 8B pour la teneur en liant équivalent, le rapport eau efficace sur liant équivalent et les teneurs en additions en introduisant des garde fous (écarts bornés par rapport à l’approche prescriptive).

Méthode de conception performantielle :

Cette méthode est basée sur le guide LCPC de 2010 : Maitrise de la durabilité des ouvrages d’art en béton avec des seuils, pour les indicateurs de durabilité, modifiés.

Elle propose une approche performantielle absolue pour le risque de corrosion des armatures, basée sur les indicateurs Peau, Kgaz, Dapp. Elle précise les mesures à réaliser en études, convenance et contrôle.

Concept de performance équivalente :

Ce concept est basé sur le guide FNTP/FFB/CERIB-FIB « Méthodologie d’application du concept de performances équivalentes des bétons » avec des exigences renforcées sur le béton de référence.

Nota : « Lorsqu’il est fait appel à ces méthodes les différents intervenants doivent adopter les dispositions organisationnelles et mobiliser les capacités techniques et les compétences actualisées nécessaires à la conduite d’une telle démarche. 

En particulier les laboratoires en charge de réaliser les essais doivent disposer de références justifiant la pratique effective de ces essais et la vérification des résultats obtenus sur la base d’essais d’intercomparaison. »



0 commentaires
Voir aussi
  • 01/12/2009
    COLLECTION TECHNIQUE CIMBÉTON
    B90C. Concevoir en béton. Matière et texture
    Ce cahier des modules de conférences explique comment le béton, matériau composite par nature, autorise un travail approfondi sur l’apparence de son parement. Trois grands types de traitements sont utilisés pour animer sa surface : l’empreinte, les traitements chimiques et les traitements mécaniques. Le choix des composants, sables, granulats, ciments gris ou blanc, leur dosage, associé aux différents traitements de la surface génèrent une large palette d’aspects et de teintes.
  • 12/04/2018
    BETON
    Textures du béton
    Matériau composite par nature, le béton autorise un travail approfondi sur l’apparence de son parement. Il peut offrir un aspect rugueux ou lisse, s’animer de motifs en creux ou en relief ... Techniquement, trois types de traitements peuvent lui être appliqués : le travail de l’empreinte, les traitements chimiques et les traitements mécaniques. Ces traitements peuvent être réalisés soit pendant la période de coulage du béton soit après une période d’attente plus ou moins longue lorsque le béton a durci.
  • 11/06/2020
    Règles B.A. 1960
    Les règles B.A.1945 sont remplacées en octobre 1960 par les règles B.A. 960 publiées sous le statut de Document Technique Unifié (DTU) avec l'intitulé ci-dessous.