Vue de la façade est. La création d’une extension contemporaine sur l’arrière du bâtiment o re une salle d’exposition supplémentaire.

Avec environ 400 000 promeneurs, randonneurs ou touristes qui s’y rendent chaque année, le site des sources de la Loire au mont Gerbier-de-Jonc est le deuxième lieu le plus fréquenté du département de l’Ardèche. À 1 000 m d’altitude, le paysage est ici à la fois superbe et rude. Le plateau rocailleux, avec peu de végétation, est dominé par la masse en phonolite du mont Gerbier-de-Jonc à la forme si particulière, caractéristique des sucs des monts d’Ardèche.

Terrasse - Ancien chalet - Extension – Salle d’exposition 1

Restituer et transformer

Pour mettre fin à des usages incompatibles avec le lieu et au désordre régnant en termes de stationnement, d’implantation des forains, etc., le conseil départemental de l’Ardèche a décidé de réaliser l’aménagement paysager du lieu et de créer un musée d’interprétation du site des sources de la Loire au mont Gerbier-de-Jonc. Les paysagistes de l’agence Territoires et l’équipe d’architectes associant Charles-Henri Tachon et Gelin Lafon ont été lauréats du concours. Le musée a ouvert ses portes au mois de juin 2017. Il est installé dans l’ancien chalet du Touring Club de France, faisant office de gîte d’étape, construit en 1904.

« S’il n’était pas toujours flatteur avec son désordre joyeux et ses stands bricolés, le site des sources de la Loire possédait pourtant un charme désuet qui rappelle l’épopée du Tour de France ou les vacances en 4 chevaux, à une époque où le tourisme n’était pas encore une affaire de masse, il était populaire, simple, honnête. C’est ce sentiment qui nous a touchés et sur lequel nous avons fondé notre réflexion. Nous avons laissé de côté l’idée d’un aménagement trop policé comme on en voit dans tant de lieux touristiques et qui finit par les faire tous se ressembler. Notre projet s’est attaché à retrouver le vide et la minéralité que l’on peut voir sur les anciennes cartes postales. Dans le concours, il était demandé de conserver et de redonner son aspect d’origine au chalet du Touring Club de France, tout en le transformant en un petit musée d’interprétation du site pour y parler de la Loire, du volcanisme et accueillir aussi un relais touristique d’informations. »

Les murs de la nouvelle salle d’exposition sont en béton coulé dans des co rages en planchettes de châtaignier brossé.
Les poutres croisées en béton portent la verrière. À travers la résille de la structure, des vues cadrées en contre- plongée sur le mont Gerbier- de-Jonc sont proposées aux visiteurs.

Les architectes ont fait le choix de restituer la silhouette du chalet d’origine, sans le refaire à l’identique. Ils gardent les traces de l’histoire du bâtiment qui a fait l’objet de différentes extensions ou transformations au fil des décennies. Ainsi, les baies comblées ou les extensions supprimées restent lisibles par la juxtaposition à la pierre d’origine d’un béton brut. Comme le programme demandé ne pouvait pas rentrer dans l’enveloppe existante, la création d’une extension contemporaine sur l’arrière du bâtiment offre une salle d’exposition supplémentaire. Très peu visible depuis la route, elle respecte l’intégrité de la construction d’origine. Cette extension prend la forme d’une « cour couverte », dont les murs sont en béton coulé dans des coffrages en planchettes de châtaignier brossé.

Seul le mur du fond est en béton lissé à la taloche et épouse la pente du mont Gerbier. Elle est couverte par une verrière, portée par une structure en béton constituée de poutres croisées à angle droit. Ces poutres sont surdimensionnées pour obtenir une épaisseur, pour accrocher l’ombre et la lumière, pour créer un rythme de plein et de vide, qui dissimule les menuiseries de la verrière. Toutes les poutres transversales sont inclinées dans le sens de la pente. Elles composent tout un ensemble de vues cadrées en contreplongée sur le mont Gerbier-de-Jonc, qui participe à la mise en scène du lieu.

Vue des espaces du sous-sol.

Reportage photos : Nicolas WALTEFAUGLE

Maître d’ouvrage : conseil départemental de l’Ardèche a Maître d’œuvre : Territoires, paysagiste mandataire ; Charles-Henri Tachon & Gelin Lafon, architectes ; SCPA Soler Gasseng, architecte d’exécution – BET structure : EVP Ingénierie – Scénographes : Armelle Bres & Agence Basalte – Entreprise terrassement & gros œuvre : SAS Gontier – Surface : 290 m2 SU – Coût : 2,7 M€ HT (dont 1,53 M€ HT pour le bâtiment) – Programme : accueil, salles d’exposition, bureau, sanitaires publics.



0 commentaires
Voir aussi
  • 01/06/2016
    Saint-Lys
    Modernisation de la piscine d'été
    Le nouveau bâtiment linéaire, conçu par l’atelier ATP, est rythmé par l’enchaînement des parois verticales et horizontales en béton, par des cours/patios en creux et la présence d’un grand claustra.
  • 17/11/2006
    Solutions béton
    SB N°124. Mieux connaître et mieux profiter de l’inertie thermique du béton
    Fidèle aux engagements de la France sur la maîtrise de l’énergie, la nouvelle réglementation thermique (RT 2005) pour les bâtiments neufs abaisse encore, par rapport à la version précédente, la consommation maximale d’énergie autorisée. L’utilisation des énergies renouvelables et la conception bioclimatique y sont clairement encouragées.