Le phénomène de ségrégation

La ségrégation du béton se traduit par une séparation des gros granulats et de la pâte cimentaire et par un mouvement relatif des grains entre eux. Les gros granulats ont tendance à aller vers le bas sous l’effet de leur propre poids et les plus petits à monter. Il en résulte une hétérogénéité du volume de béton.

La vitesse de ségrégation dépend de la taille des granulats et de la différence de masse volumique entre la pâte et les granulats.

Ce phénomène peut avoir des conséquences sur les propriétés du béton et la qualité esthétique des parements.

La variation d’homogénéité entre les zones d’accumulation de granulats et celle trop riches en fines se traduit par une hétérogénéité des propriétés mécaniques et peut donc conduire à des fissurations.

Facteurs aggravants

L’excès d’eau dans le béton favorise la ségrégation.

Une vibration mal adaptée à la géométrie de l’ouvrage ainsi que le manque ou l’excès de vibration génère un risque accru de ségrégation.

Principes de prévention

Pour lutter contre la ségrégation il convient :

  • de maintenir l’agitation du béton pendant le transport ;
  • d’optimiser la formulation du béton :

        - dosage suffisant en ciment et fines ;
        - maitrise de la quantité d’eau de gâchage ;
        - granulométrie continue ;
        - utilisation d’additions minérales ;

  • d’éviter les hauteurs de chute du béton trop importantes ;
  • de vibrer correctement le béton.


0 commentaires
Voir aussi
  • 12/04/2018
    Eau
    L'eau joue un rôle déterminant dans la fabrication des mortiers et des bétons à base de liants hydrauliques. Elle agit non seulement pour conduire à la prise de ces matériaux, par réaction entre les constituants anhydres des ciments, mais aussi pour leur conférer certaines de leurs caractéristiques à l'état frais.
  • 01/11/2016
    Béton
    Détermination et optimisation de l'enrobage des armatures
    L’enrobage des armatures et les caractéristiques du béton d’enrobage sont les paramètres fondamentaux permettant de maîtriser la pérennité des ouvrages aux phénomènes de corrosion et donc leur durée d’utilisation.