Précalcinateur : principes et fonctionnement

Avant son passage dans le four, au cours duquel elle va être progressivement chauffée à haute température (1450 °C) pour se transformer en clinker, la farine crue fait l’objet d’une préparation chimique puis thermique minutieuse : le préchauffage. Cette étape essentielle, qui se déroule dans la tour de préchauffage, consiste successivement à sécher, déshydrater puis décarbonater en partie le cru. Au cours de ce périple descendant en trois étapes, la matière va atteindre une température de 850°C grâce au flux de gaz chauds sortant du four, qui remontent la tour à contre-courant.

Pour améliorer l’efficacité énergétique et la productivité du process, les cimenteries à voie sèche les plus modernes se sont équipées de plusieurs étages de préchauffeurs et d’un précalcinateur. Cette chambre de combustion, dotée de sa propre tuyère, est installée dans la partie inférieure de la tour de préchauffage. Le brûleur du précalcinateur est alimenté d’une part par l’air chaud récupéré lors du refroidissement du clinker (comburant), et d’autre part par de nombreux types de combustibles (carburant), dont des combustibles alternatifs pouvant contenir de la biomasse.

Précalcinateur : avantages et efficacité

La fonction principale du précalcinateur est, comme son nom l’indique, de calciner le cru, qui est ainsi déjà en grande partie « cuit » lorsqu’il entre dans le four. Jusqu’à 55% de la chaleur nécessaire à la bonne marche du four peuvent être apportés en amont par le précalcinateur, ce qui diminue les fortes pertes de chaleur par convection le long du tube du four. De ce fait, le précalcinateur peut améliorer de 30% l’efficacité énergétique (par rapport à la voie sèche « classique ») et permet de diminuer les émissions de CO2 du process.

Si toutes les nouvelles cimenteries à voie sèche intègrent désormais dès l’origine plusieurs étages de préchauffeurs et un précalcinateur, cet organe d’apport thermique secondaire peut être ajouté à une installation voie sèche existante. Une étude préalable de faisabilité et un calcul de structures sont néanmoins nécessaires pour vérifier que la tour de préchauffage dispose d’un emplacement disponible pour accueillir le précalcinateur et de la résistance suffisante pour soutenir ces nouvelles charges. Il faut également prévoir un circuit dédié à l’alimentation de la tuyère en comburants et en combustibles, ainsi que de nouvelles zones de stockage de ces derniers.



0 commentaires
Voir aussi
  • 06/10/2021
    Carbone
    Décarbonation : l'Industrie cimentière se mobilise pour diminuer son empreinte carbone
    L’Industrie Cimentière est engagée dans une stratégie ambitieuse de réduction de ses émissions, en phase avec la SNBC. Des investissements conséquents sont en cours : l’aboutissement des nombreux travaux de recherche et de normalisation sur les ciments à faible empreinte carbone va se traduire par la mise sur le marché de nouveaux produits.
  • 27/04/2021
    Réduction de CO2
    Fours de cimenteries : en route vers la sobriété énergétique
    L’industrie cimentière investit régulièrement dans l’amélioration de ses fours de production. L’enjeu est double. Il s’agit d’une part d’en optimiser la productivité, et d’autre part d’en améliorer l’efficacité énergétique. De l’étanchéité à l’air à la mise en œuvre de technologies innovantes en passant par la maintenance régulière des installations ou les projets de R&D, les pistes d’optimisation énergétiques sont nombreuses.