89IMG_1615.jpg

Une mutation vers un lieu de savoir et d’ouverture

Le complexe formé par les deux prisons représentait un témoignage de l’architecture carcérale française du 19e siècle avec la juxtaposition de deux plans : en peigne pour Saint-Joseph, construite fin des années 1820 par Louis Pierre Baltard, et un plan panoptique, avec six bâtiments rayonnants autour d’une rotonde centrale de surveillance surmontée d’une chapelle, pour Saint-Paul. Ces plans étaient conçus comme une avancée appliquant les principes de l’hygiénisme, mais cela n’a pas empêché la surpopulation d’altérer le lieu en « marmite du diable ».

« Transformer un lieu d’enfermement en lieu de savoir » est devenu le défi de l’architecte Jean-Pierre Blondeau. Le parti architectural consistait à construire les bâtiments neufs sur le pourtour, à l’emplacement de l’enceinte partiellement conservée, et à créer une grande « rue couverte », traversante d’ouest en est, sur le principe de la traboule, pour relier les anciennes prisons Saint-Paul et Saint-Joseph.

Sept nouveaux bâtiments ont été ajoutés pour contenir les 19 amphis et les 70 salles de cours. La moitié du bâti d’origine a été conservé : la rotonde centrale de Saint-Paul devenue le point de desserte de toute l’université ; la chapelle ; le laboratoire d’économie sociale. Par ailleurs, cinq des six ailes conservées accueillent les fonctions administratives de l’université.

Côté Saint-Joseph, la partie centrale avec la rotonde et ses bâtiments est et ouest, ont également été conservés. Idem pour l’ensemble des portiques. Cinq pavillons en peigne ont été remplacés par des immeubles neufs qui accueillent des logements, dont une résidence intergénérationnelle séniors/étudiants, et les bureaux d’Habitat et Humanisme.

Une autre trace a été sauvegardée sur les dizaines de mètres de tunnel qui reliait les deux prisons, une fresque peinte par des détenus, parmi lesquels un certain Didier Chamizo, artiste maintenant reconnu sur la scène internationale.

Campus Saint-Paul de l’UCLY, à Lyon : grande place intérieure couverte.


0 commentaires
Voir aussi
  • 12/03/2019
    Le béton dépolluant de la maison de Corée
    Et si la construction en béton pouvait dépolluer nos villes ? C’est le pari fait par Ciments Calcia grâce à un béton « nouvelle génération », basé sur la technologie de la photocatalyse : elle permet de réduire les pics de pollution atmosphérique liés à la présence du dioxyde d’azote (NO2) généré par les automobiles, le chauffage et l’industrie.
  • 12/03/2019

    Les sculptures-paysages de Gilles Brusset

    Le béton a longtemps été associé à l’angle droit et au parallélépipède, alors que sa souplesse peut être finement travaillée. Gilles Brusset s’en saisit pour tisser des liens avec l’origine des lieux. Récemment, il a conçu trois projets où la matière minérale est recomposée comme par magie.
  • 12/03/2019
    Séoul
    Le projet Gangnam
    Au cœur de Séoul, dans le quartier de Gangnam, un méga projet souterrain va changer la vie dans la capitale sud-coréenne par son gigantisme et son ambition urbanistique. Le futur Pôle multimodal de Gangnam s’imposera en 2023 comme le plus gros nœud de transports de la capitale, coiffé en surface d’un parc monumental et mêlant sous terre infrastructures de transport, lieux de loisirs, de commerce et d’activités. Le béton y sera en majesté et constituera le squelette de cette ville sous la ville.