Résumé 

Elle permet de formuler des bétons pour une durée de vie attendue dans un environnement donné lors de la phase de conception d’une structure et donc d’en maîtriser la durabilité, mais aussi de déterminer la durée de vie résiduelle d’un ouvrage existant. Elle constitue un outil de contractualisation des objectifs de durabilité des ouvrages en béton et représente une évolution majeure dans la prescription des bétons qui s’inscrit dans la continuité d’une logique de progrès depuis plusieurs décennies.

Elle a été traduite sous forme d’un guide technique pour maîtriser la durée de vie des ouvrages d’art, mis au point par les experts de l’IFSTTAR, afin de faciliter sa mise en œuvre en cohérence avec le cadre normatif européen. Les recommandations de ce guide ont été mises en œuvre sur le viaduc de Volesvres.

Sommaire 

  1. D'une obligation de moyens vers une obligation de résultats
  2. Point de vue de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’oeuvre
  3. Le guide du LCPC : Application de l’approche performantielle
  4. Les évolutions au niveau européen
  5. Les outils de l’approche performantielle
  6. Incidence sur le CCTP
  7. Exemple d’application de l’approche performantielle sur le viaduc de Volesvres


0 commentaires

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Voir aussi
  • 03/10/2018
    France

    Street Art et génie civil : un pas de plus vers la créativité

    Fresques ou graffitis, petits espaces pris sur de grands murs, pour des messages poétiques ou politiques, ce sont les mille visages de l’art urbain déclinés sur des ouvrages de génie civil. Petite promenade en France et ailleurs, à travers ces espaces d’expression hors de la ville, le plus souvent sur commande publique ou privée.